BFMTV

50.000 enfants déclarés en instruction à domicile en 2020, une tendance en hausse

Un père et son enfant font l'école à la maison le 17 mars 2020 à Mulhouse, dans le Haut-Rhin (photo d'illustration)

Un père et son enfant font l'école à la maison le 17 mars 2020 à Mulhouse, dans le Haut-Rhin (photo d'illustration) - Sébastien Bozon-AFP

Le nombre d'enfants instruits à la maison est en hausse. Le ministère de l'Education nationale prévoit un contrôle renforcé de ce type d'éducation pour éviter les dérives.

Le nombre d’enfants déclarés en instruction à domicile est en hausse. Selon une enquête menée par le ministère de l’Education nationale au cours de l’année 2020, 50.000 élèves font l’école à la maison, contre 41.000 en 2019 et 30 à 35.000 en 2017, a appris BFMTV auprès du ministère. Si cette proportion est en hausse, elle reste relativement à la marge car ces enfants représentent 0,5% du total des élèves français.

Toutefois, le ministère tient à maintenir une vigilance autour de cette forme d’éducation en vérifiant notamment dans quel cadre ces enfants sont instruits et le contenu de ce qui leur est enseigné. Ainsi, depuis 2018 le nombre de contrôleurs a été renforcé, avec un suivi plus tôt, dès l’âge de 3 ans.

Deux écoles clandestines fermées

Par ailleurs, la direction générale de l'enseignement scolaire travaille de plus en plus finement sur le contenu des contrôles et les exigences en matière d'instruction à la maison. Pour accompagner et aider les inspecteurs sur le terrain, l'Elysée envisage la production d'un vade mecum qui recenserait les cas concrets et les réponses à apporter.

Ce renforcement du suivi découle de certaines dérives liées à l’enseignement à la maison. En effet, il est apparu que des élèves scolarisés en famille étaient parfois regroupés dans des écoles clandestines: deux cas ont été découverts à Marseille et Sevran cette année, entraînant la fermeture de ces établissements illicites. Ainsi, en Seine-Saint-Denis, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a parlé "d'endoctrinement", sur fond d'islam politique, concernant les enfants placés dans cette école clandestine, rappelle Europe 1.

Véronique Fèvre avec Ambre Lepoivre