BFMTV

1.800 candidats au concours d'infirmier à Tours repassent une épreuve après une erreur de sujet

Une infirmière donne des soins à un patient dans un hôpital (photo d'illustration)

Une infirmière donne des soins à un patient dans un hôpital (photo d'illustration) - Jean-Sébastien Evrard - AFP

Ils sont à nouveau convoqués samedi prochain. Pas moins de 1.800 candidats au concours d'entrée de l'école d'infirmiers de Tours vont devoir repasser une épreuve après que les correcteurs ont découvert une erreur d'énoncé dans l'un de leurs sujets.

Ils vont devoir repasser une épreuve. Quelque 1.800 candidats au concours d'entrée de l'Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) du CHRU de Tours, en Indre-et-Loire, sont à nouveau convoqués ce samedi 8 avril. Quatre jours après avoir passé l'épreuve des tests psychotechniques, le 11 mars dernier, les futurs étudiants ont reçu un message leur annonçant la mauvaise nouvelle: l'épreuve a été annulée.

"Tout le concours aurait pu être annulé"

En cause: une erreur dont les correcteurs se sont aperçus trop tard. Des sujets qui ne leurs étaient pas destinés se sont glissés dans leur énoncé. Un moindre mal, selon la direction de l'établissement.

"Cela créait une situation de rupture d'égalité entre les candidats et on voulait assurer une égalité de traitement entre eux", a indiqué à France bleu Touraine Amélie Roux, la DRH adjointe du CHRU en charge des écoles. "En plus, si on avait laissé perdurer cette erreur et s'il y avait eu un recours, tout le concours aurait pu être annulé. Les conséquences auraient été plus dommageables".

Un syndicat dénonce une inégalité de traitement

Un point de vue que ne partage pas Delphine Laubu, du syndicat Sud santé sociaux. Interrogée par l'antenne régionale de la radio, elle considère que cette situation crée une inégalité de traitement. 

"On sait que des salariés se présentent au concours, est-ce qu'ils vont pouvoir être libérés? Pas sûr. Celui qui habite à 800 kilomètres, est ce qu'il va avoir les moyens de se payer à nouveau un ticket de train? Pas sûr".

Son syndicat a souhaité que les frais de dossier et de déplacement puissent être remboursés, ce que la direction du CHRU a refusé.

Céline Hussonnois-Alaya