BFMTV

Couvre-feu, règle des 6: quelles conséquences sur les vacances de la Toussaint?

(photo d'illustration)

(photo d'illustration) - Jean-Philippe Ksiazek - AFP

Malgré l'instauration d'un couvre-feu et d'un nouvel état d'urgence sanitaire, Emmanuel Macron a assuré que ces restrictions n'empêcheraient pas les Français de partir en vacances.

Entre les couvre-feux locaux et le rétablissement de l'état d'urgence sanitaire, que va-t-il advenir des vacances de la Toussaint? Emmanuel Macron a affirmé que les nouvelles restrictions annoncées mercredi soir n'empêcheront pas les Français de partir en vacances.

"Demander aux gens de rester confinés dans un appartement et de ne pas aller dans un lieu de vacances, ce serait disproportionné", a-t-il déclaré lors de son interview télévisée.

Les déplacements devront cependant se faire dans le respect des règles pour ne pas propager le virus, a souligné le chef de l'Etat, appelant les Français à se plier aux mesures restrictives lors de leurs vacances, "comme s'ils étaient chez eux".

· Est-il possible de se déplacer pendant les vacances?

A quelques jours du début des vacances de la Toussaint, Emmanuel Macron a rassuré les Français qui souhaitent quitter les métropoles pour passer leurs vacances à la campagne ou ailleurs.

Lors de son allocution télévisée mercredi soir, le président de la République a précisé qu'aucune restriction de transports ne sera mise en place malgré le couvre-feu nocturne qui rentrera en vigueur dès samedi en Île-de-France et dans huit métropoles.

"Nous n'avons pas décidé de réduire les déplacements entre les régions", a par ailleurs précisé le Chef de l'Etat.

· Est-il possible de se réunir en famille?

Le gouvernement a encouragé, la semaine dernière, les familles à rendre visite aux grands-parents pendant les vacances de la Toussaint. "L'idée de les priver de leurs petits-enfants, c'est lourd", a reconnu jeudi 8 octobre sur BFMTV le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Mais la prudence est de mise, car les personnes de plus de 65 ans font partie des plus à risque face au Covid-19. Pour éviter de répandre le virus lors de regroupements familiaux ou entre amis, Emmanuel Macron a rappelé mercredi soir la nécessité de restreindre sa bulle sociale avec la fameuse "règle des six".

"Au restaurant, on a dit pas plus de 6 à table (...) On essaie, quand on invite des amis, de ne pas être plus de six à table et on essaie de ne pas se regrouper à plus de six (...) C'est une règle de bon sens, il faut essayer de se l'appliquer à soi-même, parce que c'est aussi quelque chose qui nous protège", a expliqué le chef de l'Etat.

· Est-il possible d'aller au restaurant, au cinéma, au théâtre?

En Île-de-France et dans les métropoles de Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Lille, Aix-Marseille, Rouen, Montpellier et Toulouse à partir de samedi 17 octobre 00h00, il sera interdit de circuler entre 21h00 et 06h00, sauf dérogation. Une infraction à cette mesure sera sanctionnée par une amende de 135 euros, 1500 euros en cas de récidive.

Ces couvre-feux n'impliquent pas la fermeture des restaurants. Ils convient simplement de quitter ces lieux de convivialité afin de rentrer chez soi avant le début de l'heure de restriction. Idem pour les séances de cinéma et de théâtre qui pourront être avancées afin de finir à une heure permettant de respecter le couvre-feu.

"On va essayer d’aider au maximum pour les théâtres, les cinémas, à pouvoir avoir des reprogrammations, organiser les choses pour pouvoir y aller un peu plus tôt", a suggéré Emmanuel Macron.

Dans les villes qui ne sont pas concernées par cette restriction, la circulation reste libre. Pour l'heure, aucun confinement local n'a été décrété, même si désormais, le rétablissement de l'état d'urgence sanitaire en offre la possibilité.

· Est-il possible de quitter la France?

Les voyages à l'intérieur de l'espace européen restent possibles mais ils sont soumis à plusieurs conditions, voire restrictions, définies par les autorités de chaque pays. À l'heure actuelle, quatre pays européens interdisent l'entrée aux voyageurs français: la Hongrie, la Finlande, Chypre et le Danemark.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV