BFMTV

"Pas plus de 6 à table": pourquoi le chiffre de 6 personnes est-il retenu pour la sphère privée?

"On essaie quand on invite des amis de ne pas être plus de six à table", a expliqué Emmanuel Macron mercredi soir, demandant aux Français de limiter le nombre de contacts dans leur vie privée.

"Cette fameuse règle des six". Mercredi soir, le président français Emmanuel Macron a demandé aux Français de respecter une bulle sociale dans les semaines et mois à venir. "Au restaurant, on a dit pas plus de 6 à table", a-t-il déclaré, "mais on essaie quand on invite des amis de ne pas être plus de six à table et on essaie de ne pas se regrouper à plus de six".

"Cette règle des six, qui est une règle de bon sens que chacun peut avoir, il faut essayer de se l'appliquer à soi-même, parce que c'est aussi quelque chose qui nous protège", a expliqué le chef de l'Etat.

L'idée est de restreindre les contacts entre les personnes afin d'endiguer la propagation du coronavirus dans la population. Mais pourquoi avoir choisi ce chiffre de six?

"On aurait pu dire 7, 8, 9... On s'en fiche"

"Il n'y a pas de démonstration scientifique qui dise qu'à partir de 7 c'est beaucoup plus dangereux", fait valoir ce jeudi matin Alain Ducardonnet, cardiologue et spécialiste santé de BFMTV. "On aurait pu dire 7, 8, 9... On s'en fiche". Le chiffre de six, "c'est celui que les Anglais ont mis en place depuis déjà un mois et demi".

Depuis la mi-septembre, les rassemblements de plus de six personnes sont en effet interdits en Angleterre. En Espagne, ce chiffre est de dix dans certaines zones, comme la Catalogne.

En Belgique, un cercle encore plus restreint

En Belgique, ce type de bulle sociale existe également depuis plusieurs mois. Mais le comité de concertation belge a fortement restreint début octobre les rapports sociaux: les rassemblements privés à domicile sont limités à "maximum 4 personnes, dans le respect des distances de sécurité ou avec port du masque si c’est impossible", explique le site officiel Info Coronavirus. Et les contacts rapprochés (à moins d'1 mètre 50), sont restreints à 3 individus par mois.

Avec cette nouvelle règle, il faut simplement comprendre que "plus on est nombreux, plus il y a un risque de contamination", explique Alain Ducardonnet.

Le gouvernement et les médecins demandent en effet depuis plusieurs mois maintenant aux Français de limiter leurs contacts dans le cadre privé, et de respecter les gestes barrières au maximum. "Le but c'est de limiter un brassage non identifiable, non traçable", explique le médecin.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV