BFMTV

Le gouvernement incite les Français à réserver leurs vacances de la Toussaint

Jean-Baptiste Lemoyne.

Jean-Baptiste Lemoyne. - Bertrand Guay

Le Premier ministre a officialisé ce lundi le fait que la France se trouvait désormais dans une "deuxième vague forte". Le même jour, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat chargé du tourisme, a toutefois appelé les Français à réserver leurs vacances de la Toussaint.

Le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a encouragé lundi les Français à réserver leurs vacances de la Toussaint, sachant que le secteur a "réitéré l'engagement" de pouvoir les annuler sans frais. Il lance cet appel quelques heures après que Jean Castex, le Premier ministre, a reconnu que la France se trouvait désormais dans "une deuxième vague", qu'il a qualifiée de "forte".

"Nous allons tout faire pour la saison touristique jusqu'à Noël"

"Nous allons tout faire" pour que la saison touristique "jusqu'à Noël puisse se dérouler. Et j'incite les Français à réserver" pour les vacances de la Toussaint, a-t-il déclaré à l'AFP, au sortir d'un Comité interministériel consacré au secteur (CIT) en pleine remontée en puissance du Covid-19.

"Les professionnels ont réitéré leurs engagements, pris le 14 mai", lors d'un précédent comité interministériel, "que les réservations annulées ne coûtent rien aux Français" et "la sécurité sanitaire est au rendez-vous", a-t-il ajouté, en notant une baisse de 50% des réservations comparé au même moment l'an dernier.

Après Aix-Marseille et Paris, Lyon, Lille, Grenoble et Saint-Etienne sont passés en zone d'alerte maximale jeudi dernier et la France est "dans une deuxième vague forte" de l'épidémie, a prévenu lundi le Premier ministre Jean Castex, juste avant la tenue du Comité. Concernant l'événementiel et le tourisme d'affaires, "encore assez entravés", Jean-Baptiste Lemoyne a indiqué qu'un groupe de travail avait été mis en place et qu'il espérait "raisonnablement" pouvoir avancer en la matière d'ici "une quinzaine de jours".

L'un des secteurs les plus éprouvés

A l'occasion du CIT, le gouvernement a fait le point sur les aides au secteur, l'un des plus éprouvés par la pandémie avec le transport aérien notamment. Au 25 septembre, parmi les mesures d'urgence, 758,3 millions d'euros ont été accordés via le Fonds de solidarité à 527.834 entreprises, soit un montant moyen de 1.437 euros versés. Quant au Prêt garanti de l'Etat (PGE) "tourisme" géré par Bpifrance, il a été attribué ou pré-attribué à 187.767 entreprises pour un montant global de 18,4 milliards d'euros, ce qui fait un montant moyen de 97.473 euros.

L'aide exceptionnelle versée aux travailleurs indépendants, représentait, au 17 juillet, 87 millions d'euros pour 100.100 bénéficiaires. Quant à l'investissement en "quasi fonds propres", lancé ce mois-ci, il dispose d'une enveloppe de 80 millions d'euros, qui s'ajoutent aux 390 millions prévus pour l'investissement "en fonds propres" -tous deux étant gérés par Bpifrance- et 225 millions d'euros pour le fonds dédié au tourisme social, géré par la CDC.

Une mission sur l'avenir du thermalisme, durement affecté par la crise sanitaire avec une perte d'activité de l'ordre de 40% pour les 110 stations thermales du pays, selon le gouvernement, va être confiée à Jean-Yves Gouttebel, président du conseil départemental du Puy-de-Dôme.

R.V. avec AFP