BFMTV
Société

Carburant: les automobilistes ont-ils accentué la pénurie?

Les files s'allongent devant les stations-service

Les files s'allongent devant les stations-service - BFMTV

Alors que les raffineries françaises tournent au ralenti, la pénurie de carburants gagne du terrain. Mais les blocages ne seraient pas les seuls responsables de cette situation, la surconsommation des automobilistes pourrait y être pour beaucoup.

Des voitures qui s'agglutinent au niveau des stations-services, des concerts de klaxons, l'exaspération et surtout la peur de ne pas pouvoir remplir son réservoir. Ces derniers jours, ce sont les mêmes scènes qui se répètent un peu partout en France avec le blocage des raffineries et des dépôts de carburants par des opposants à la loi Travail. La crainte d'une pénurie est devenue palpable, à mille lieues du calme affiché par l'exécutif.

"On est en situation de pénurie quand le stock manque, or ce n'est pas le stock qui manque mais les conditions dans lesquelles on peut alimenter les stations", avait assuré le secrétaire d'Etat en charge des transports, ce lundi sur BFMTV.

Le cycle infernal de la surconsommation

D'ailleurs Alain Vidalies a mis l'épuisement des stocks sur le compte d'une "surconsommation considérable" liée aux "réactions d'inquiétude" des usagers. Un point sur lequel il est rejoint par Frédéric Plan, le délégué général de la Fédération française des combustibles, carburants et chauffage.

"Ces problèmes ont effectivement démarré sur la base de blocages de voiries pour accéder aux dépôts pétroliers, mais ce qui a le plus désorganisé la logistique, conduisant à des arrêts de livraisons dans certaines stations-service c'est surtout l'explosion de la demande du consommateur".

Francis Duseux, le président de l'UFIP (Union française des industries pétrolières) a quant à lui reconnu ce mercredi sur RMC que la situation était "tendue", ajoutant que "les consommateurs contribuaient aussi à cette situation".

"Ces derniers jours la consommation d'essence est multipliée par trois, voire par cinq dans certaines zones et nous ne sommes pas équipés pour cela. La demande est tellement importante que nous n'arrivons pas à suivre", a-t-il indiqué. 

Le principe de précaution pour anticiper la pénurie 

Et effectivement, c'est par peur de se retrouver à sec que les usagers prennent d'assaut les pompes. Nombreux sont ceux qui invoquent le principe de précaution. "On ne sait pas comment les choses vont évoluer…", se justifiait un conducteur l'air légèrement inquiet. 

Blocages, rationnements et même fermetures, près d'un quart des 12.000 stations-service du pays connaissent une pénurie partielle ou totale, et la situation ne risque visiblement pas de s'améliorer dans les prochaines heures.

Marie-Caroline Meijer avec Julien Migaud-Muller, Annabelle Rouleau et Edouard Blervaque