BFMTV

Biodiversité: malgré les alertes, l'étalement des villes sur la nature poursuit son avancée

Quartiers du nord-est de Marseille, en septembre 2018.

Quartiers du nord-est de Marseille, en septembre 2018. - BORIS HORVAT / AFP

Depuis près d'un demi-siècle, on connaît les dangers de l'extension des villes sur les zones naturelles pour la biodiversité. Pourtant, le phénomène peine à être endigué.

C'est un phénomène qui n'est, certes, guère nouveau. L'avancée des zones urbaines sur les territoires ruraux a été observée tout au long du XXe siècle en France. Ces dernières années, des voix tirent la sonnette d'alarme sur ce danger que représente ce phénomène pour la biodiversité.

Pourtant, le rapport publié lundi par la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) révèle que "la superficie des zones urbaines a doublé depuis 1992".

490.000 hectares urbanisés entre 2006 et 2014

En attestent ces deux photographies aériennes d'Aubagne (Bouches-du-Rhône) issues de l'Institut national de l'information géographique et forestière, l'une prise en 2017, la seconde datant de 1955: les quartiers d'habitations, de zones industrielles et les voiries n'ont cessé de gagner du terrain sur les territoires ruraux.

Les sols artificialisés continuent de gagner du terrain sur les espaces naturels, avec 490.000 hectares urbanisés entre 2006 et 2014, d'après le ministère de l'Agriculture. Ci-dessous, l'exemple de Vannes illustre le phénomène à l'échelle nationale: sur celle de gauche, la situation actuelle, sur celle de droite, un cliché pris entre 2000 et 2005.

"On est les meilleurs bétonneurs de France!"

Derrière la construction de zones pavillonnaires, d'entreprises ou d'autoroutes, c'est autant de forêts, de zones humides ou de champs qui disparaissent, et avec eux des territoires d'accueil pour la biodiversité. En témoigne l'exemple des Pays-de-la-Loire, où 35% des oiseaux nicheurs, 38% des reptiles sont menacés, rapporte France Bleu, ce qui suscite l'indignation de Sophie Bringuy, conseillère régionale du groupe Écologiste et Citoyen:

"La région est la championne de France en terme d'étalement urbain et d’artificialisation des sols. On est les meilleurs bétonneurs de France! Et quand on créé des ruptures dans la circulation des espèces, ça les fragilise", a-t-elle alerté à la radio.

Court-termisme 

Mais pourquoi continue-t-on de construire à l'extérieur des villes? Par réflexe, nous répond Olivier Razemon, journaliste et co-auteur de La tentation du bitume*: "Les promoteurs et les municipalités ne se posent souvent pas la question, c'est la chose la plus facile à faire, la pente la plus douce. On a du mal à sortir de ce schéma classique". Ce dernier nous donne l'exemple de la construction d'un hôpital où les autorités privilégient un nouveau terrain à proximité d'une rocade, au détriment du réaménagement d'anciens locaux.

En pensant à court terme, les porteurs du projet considèrent faire des économies. Pourtant, implanter une zone urbaine à l'extérieur de la ville a des coûts importants au long terme: "entretien de la voirie, de transports collectifs, aménagement du réseau de gaz et d'électricité", liste Olivier Razemon.

Un manque de débat local

Si les législateurs essayent de leur côté de limiter l'étalement urbain, notamment à travers la loi Grenelle I et II, en sanctuarisant certains espaces, Olivier Razemon estime que les projets d'urbanisme dépendent avant tout du débat local... Ou plutôt du non-débat. Les habitants sont bien souvent écartés des décisions finales et de ce qui s'y joue.

Du contesté EuropaCity dans le Val-d'Oise au Centre commercial du Prado, inauguré il y a tout juste un an à Marseille, certains gros projets sont encore plébiscités par le public. Mais bien souvent, avec une méconnaissance des enjeux. Avoir une maison indépendante plutôt qu'un appartement nécessite des dépenses de mobilité supplémentaires, un centre commercial en zone rurale va créer des emplois mais peut en détruire autant en centre-ville... Bref, autant de freins qui déconstruisent le modèle dominant du "faire construire".

Lundi soir, réagissant au rapport rendu public dans la journée, Emmanuel Macron a annoncé plusieurs mesures pour défendre la biodiversité en France au cours du quinquennat. Outre plusieurs annonces qui n'étaient pas vraiment nouvelles, le chef de l'Etat a dit vouloir porter la part des aires marines et terrestres protégées à 30% du territoire d'ici 2022, contre 20% actuellement, dont un tiers "protégées en pleine naturalité".

*La tentation du bitume: où s'arrêtera l'étalement urbain?, Olivier Razemon et Eric Hamelin, Rue de L'equiquier, Paris, 2012.

Esther Paolini