BFMTV

À Metz, un adolescent de 14 ans rassemble 1500 personnes pour la biodiversité

Plus de 70 associations se sont rassemblées samedi aux côtés de Victor Noël, un passionné de nature et de photographie âgé de 14 ans. Objectif: dénoncer l'inaction du gouvernement concernant l'écologie.

À tout juste 14 ans, un collégien de Metz a réussi le pari de rassembler 1500 personnes pour une marche pour la biodiversité ce samedi dans les rues de la préfecture de Moselle. Autour de lui, 70 associations écologiques de la région étaient venues soutenir son initiative.

"On fonce droit dans le mur!"

Depuis un an, Victor Nöel a préparé la manifestation, à travers une mobilisation sur son site internet et sur Facebook. Passionné de nature et de photographie, l'adolescent voulait "alerter sur la disparition des insectes, des oiseaux et des grands mammifères et dénoncer l’inaction du gouvernement", explique-t-il à notre antenne, avant d’ajouter:

"On fonce droit dans le mur!"

Dans les rues de Metz samedi, ils étaient donc 1500 à scander "à mort, à mort, à mort les pesticides" Des dizaines d’associations avaient réalisé des pancartes pour la sauvegarde de la biodiversité. Une mobilisation saluée par Alexandre Portmann, responsable du centre de Sauvegarde de la Faune Lorraine:

"Un enfant de 14 ans qui rassemble autant de personnes, c’est magnifique. Il a soulevé des montagnes. Il a une ténacité qui est remarquable", nous déclare-t-il.

Dans le cortège, ses parents étaient également présents. "On ne peut pas dire non quand un enfant à une idée comme ça, ce n’est pas possible", confie à notre micro sa mère, Andra.

Le modèle de Greta Thunberg

Son initiative rappelle celle de Greta Thunberg, 16 ans, qui se mobilise depuis plusieurs semaines pour le climat. Elle avait notamment participé à des marches pour le climat à Paris fin février ou à Hambourg début mars.

Qualifiée "d’icône de la lutte contre le changement climatique auprès des jeunes", elle vient d’être élue femme de l’année en Suède. À l’image de Victor Noël, de nombreux jeunes européens veulent aujourd’hui suivre son modèle.

Esther Paolini