BFMTV
Santé

Propranolol: le remède en cas de rupture amoureuse?

Le propranolol est un bêtabloquant qui permet d'atténuer l'intensité des souvenirs post-traumatiques.

Le propranolol est un bêtabloquant qui permet d'atténuer l'intensité des souvenirs post-traumatiques. - Geralt/CC

Pour soigner les chagrins d'amour, un médecin canadien a développé un programme thérapeutique à base de propranolol. Cette pilule permet de diminuer l’impact émotionnel d'un souvenir traumatique, qui peut notamment être généré par une rupture. En France, des professionnels de santé spécialement formés s'apprêtent à l'appliquer.

Transformer un souvenir traumatique en banal mauvais souvenir. Et si c’était ça, la solution aux chagrins d’amour? C’est en tout cas le pari du docteur Alain Brunet. Depuis le mois de janvier, ce médecin canadien apprend à des professionnels français de la santé à soigner des cœurs brisés, révèle Le Parisien. Au programme, une thérapie encadrée par un psychiatre ou un psychologue et une molécule miracle: le propranolol.

Atténuer les angoisses

Née dans les années 1960 pour traiter la migraine, cette pilule blanche s’est notamment fait connaître dans le cadre de l’essai clinique Paris: Mémoire Vive, mené entre 2016 et 2018 par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris et réservé aux victimes des attentats du Bataclan ou encore du 14 juillet à Nice. 360 rescapés souffrant de stress post-traumatique ont suivi ce protocole qui aide à faire le tri entre les bons et les mauvais souvenirs, atténuant les réminiscences négatives.

"Le groupe de recherche dirigé par Alain Brunet est parmi les premiers à avoir utilisé le propranolol pour prévenir le développement de l’état de stress post-traumatique. Les résultats d’un premier essai clinique (…) montrent que la réactivation du souvenir traumatique diminue sous l’influence du propranolol", explique l’APHP sur son site. Et d’ajouter: "Ce bêtabloquant agit sur la phase-clé de la consolidation et permet de diminuer l’intensité des souvenirs traumatiques forts."

Fort de ces résultats prometteurs, Alain Brunet s’est lancé à l’assaut des peines de coeur, armé de cette "pilule de l’oubli". "Le chagrin d’amour, cela a l’air léger. Et pour cause, il ne présente pas de menace vitale. Mais si certaines personnes réagissent bien, pour d’autres, le sol se dérobe sous leurs pieds. Il peut alors engendrer un trouble de l’adaptation, au même titre que le stress post-traumatique. Ce sont des pensées répétitives, une envie dévorante de pleurer, des nausées, de la détresse. C’est à ces patients que la thérapie s’adresse", raconte au quotidien le professeur Brunet.

Suivi médical strict

Au Canada, son dispositif est déjà effectif. Les patients qui ont des peines de cœur peuvent intégrer le programme thérapeutique: ils ingèrent le bêta-bloquant avant leur première séance. 90 minutes plus tard, ils écrivent les événements traumatiques qu’ils ont vécus et les relisent ensuite à chaque séance. Aidés par les effets apaisants du propranolol, leurs angoisses s'effacent peu à peu.

Sophie Elise Bellaïche, psychologue en France, a suivi la formation dispensée par Alain Brunet et s’apprête à la mettre en application. "J’ai une patiente qui vient d’apprendre que son compagnon la trompe depuis trois ans. (…) Elle est en très grande autodévalorisation (…). Les symptômes permettent d’envisager de mettre en place le protocole d’Alain Brunet", livre-t-elle.

Aussi encourageants que soient les résultats obtenus avec cette pilule anti-trauma, certains spécialistes mettent en garde contre son utilisation. Ils insistent notamment sur la nécessité d'encadrer la prise de propranolol par un professionnel, impliquant un suivi médical strict. Sophie Elise Bellaïche rappelle par ailleurs qu'il y a des contre-indications à ce médicament, particulièrement pour les femmes enceintes.

Ambre Lepoivre