BFMTV

Maladie de Kawasaki: un test sanguin pour détecter les enfants à risque?

Analyses de sang de patients atteints du Covid-19 (illustration)

Analyses de sang de patients atteints du Covid-19 (illustration) - VASILY MAXIMOV / AFP

Des prélèvements sanguins réalisés sur des enfants présentant une forme grave de la maladie montrent la présence de cinq composants en quantité anormalement élevée.

Alors qu'une centaine d'enfants atteints de la maladie de Kawasaki ont été traités ces dernières semaines au Royaume-Uni, des médecins britanniques émettent l'hypothèse qu'un test sanguin pourrait permettre de détecter les patients risquant de développer cette réaction immunitaire potentiellement mortelle au coronavirus.

Des chercheurs de l'Imperial College de Londres ont analysé le sang d'enfants présentant des formes graves de la maladie et ont observé des niveaux élevés de cinq composants sanguins: la ferritine, la protéine C-réactive, la troponine, le peptide natriurétique de type B (BNP) et les D-dimères.

"Nous avons observé que ces marqueurs sont présents chez les patients gravement atteints de la maladie de Kawasaki, et qu'ils atteignent des niveaux inférieurs chez ceux présentant une forme plus 'normale'", a déclaré au Guardian Michael Levin, professeur de pédiatrie et de santé internationale des enfants à l'Imperial College de Londres. "Nous pensons qu'ils peuvent nous aider à détecter quels enfants risquent de développer une insuffisance cardiaque nécessitant un transfert en soins intensifs", a-t-il ajouté.

Cette hypothèse devra être confirmée par une étude plus vaste qui est actuellement menée en collaboration avec différents hôpitaux européens où d'importantes quantités d'échantillons d'enfants présentant une forme grave de la maladie de Kawasaki sont actuellement collectés.

Près de 150 cas recensés en France

La maladie de Kawasaki provoque une inflammation des parois des vaisseaux sanguins. "Une atteinte vasculaire inflammatoire, qui peut se manifester par une atteinte cutanée, une conjonctivite, des ganglions, et surtout de la fièvre pendant plus de 5 jours", expliquait à BFMTV le Professeur Stéphane Dauger, chef de service de réanimation pédiatrique de l'hôpital Robert Debré (AP-HP). Certains cas peuvent aussi présenter une atteinte cardiaque. "Ce syndrome peut se compliquer d'anévrismes coronaires dans 25 à 30% des cas". 

En France, près de 150 cas ont été recensés depuis le mois de mars, conduisant les scientifiques à établir un lien, encore non confirmé, avec une contamination au Covid-19.

Mélanie Rostagnat