BFMTV
en direct

1 adulte sur 4 a reçu une dose de vaccin: pour Macron, "on est sur la bonne voie"

Le président Macron s'exprime lors d'une visioconférence sur la cybersécurité, le 18 février 2021 depuis l'Elysée

Le président Macron s'exprime lors d'une visioconférence sur la cybersécurité, le 18 février 2021 depuis l'Elysée - Ludovic MARIN © 2019 AFP

12.999.655 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin ce mardi, selon le ministère de la Santé, ce qui représente un adulte sur quatre en France (24.8% de la population adulte).

Vaccination: "on est sur la bonne voie", pour Emmanuel Macron

"On est sur la bonne voie", a commenté Emmanuel Macron ce mardi soir depuis l'Élysée, alors qu'un adulte sur quatre a désormais reçu au moins une dose de vaccin en France.

"Aujourd'hui les choses s'accélèrent", a-t-il aussi déclaré, affirmant qu'il voulait désormais "savoir comment maintenir ce rythme et améliorer les leviers". Cela "nous place parmi les pays qui ont vacciné le plus de leur population adulte au sein de l'Union (européenne)", a ajouté le chef de l'État.

5984 patients en réanimation ce mardi soir

375 décès ont été enregistrés à l'hôpital ces dernières 24 heures, selon le dernier bilan de Santé Publique France mardi soir.

5984 patients sont actuellement en réanimation, avec 601 nouvelles admissions dans les dernières 24 heures. En tout, 31.086 patients sont actuellement à l'hôpital, avec 2404 nouvelles admissions depuis lundi.

Un adulte sur quatre a reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid

12.999.655 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin ce mardi, selon le ministère de la Santé, ce qui représente un adulte sur quatre en France (24.8% de la population adulte).

Dans le même temps, 4.845.217 Français ont reçu deux doses de sérum anti-Covid à ce jour.

Johnson & Johnson: le régulateur européen estime que la balance bénéfice/risque reste "positive"

Dans son communiqué, l'Agence européenne du médicament (EMA) estime, ce mardi, que la balance bénéfice/risque liée au vaccin Johnson & Johnson reste "positive".

Vaccin Johnson&Johnson: pour l'EMA, les caillots sanguins devraient être ajoutés aux effets secondaires rares

Dans un communiqué diffusé avant sa conférence de presse, l'EMA juge que les caillots sanguins devraient être ajoutés aux effets secondaires rares du vaccin Johnson&Johnson.

Johnson & Johnson "confiant" dans son vaccin

Johnson and Johnson (J&J) reste "entièrement confiant" concernant son vaccin contre le Covid-19 et espère trouver "très bientôt" une solution avec les régulateurs sur son utilisation, actuellement suspendue en Europe et aux Etats-Unis en raison de l'apparition rare de graves caillots sanguins, a affirmé mardi son directeur financier.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) doit donner ce mardi son avis sur le sérum développé par J&J tandis que le conseiller médical de la Maison Blanche Anthony Fauci a indiqué dimanche qu'une décision aux Etats-Unis devrait être rendue publique d'ici vendredi.

"Nous restons très confiants" et "nous espérons que la balance entre les bénéfices et les risques jouera en notre faveur", a indiqué Joseph Wolk lors d'une interview à la chaîne américaine CNBC.

Le gouvernement reste encore prudent sur l'échéance de la mi-mai

Prudence et patience. Si la mi-mai est dans la tête d'un grand nombre de Français, pressés de pouvoir à nouveau s'installer en terrasse pour boire un verre ou visiter un musée, le gouvernement multiplie les sorties précautionneuses sur cette étape du calendrier de réouvertures, à la date encore floue.

Tout semblait pourtant encore acté il y a une semaine. Dans un entretien accordé aux Échos, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal confirmait alors: "Certains musées et terrasses rouvriront à la mi-mai". Une déclaration hâtive à en croire les dernières prises de parole des membres de l'exécutif.

Quelle est la situation sanitaire dans votre département?

Comment s'organisera le déconfinement? Le calendrier et les modalités précises ne sont pas encore connues, mais le 15 avril, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal assurait dans Les Echos que "certains lieux culturels et certaines terrasses rouvriront à la mi-mai".

Ce lundi, dans Le Télégramme, c'est le ministre de la Santé Olivier Véran qui s'est dit "ouvert" à l'idée de lever "territoire par territoire" les mesures de freinage instaurées pour enrayer la troisième vague de l'épidémie. Il est vrai que le taux d'incidence, le nombre d'hospitalisations ou encore de décès varie parfois considérablement d'un département à l'autre et la situation est moins critique dans l'Ouest du pays, dont la Bretagne. Qu'en est-il dans votre département? BFMTV.com fait le point.

Déconfiner à la mi-mai? Schiappa "espère que ce rendez-vous sera tenu"

Les terrasses des cafés et des restaurants rouvriront-elles bien à la mi-mai, comme le prévoit le calendrier évoqué jusqu'ici par l'exécutif? "C'est mon voeu le plus cher, (...) si les mesures le permettent", répond Marlène Schiappa, prudente, ce mardi matin sur BFMTV-RMC.

"Il faut encore que nous consolidions un cerrain nombre de retours", a ajouté la ministre déléguée à la Citoyenneté. "Vous savez que la situation sanitaire évolue parfois vivement d'une semaine sur l'autre (...) et donc le Premier ministre a donné un rendez-vous à la mi-mai, j'espère que ce rendez-vous sera tenu".

Gérald Darmanin ne constate "pas de relâchement" des Français

Gérald Darmanin ne constate "pas de relâchement". Selon le ministre de l'Intérieur, environ 16.000 verbalisations ont été réalisées le week-end dernier pour non respect des règles sanitaires, sur un total de 100.000 contrôles. "Nous sommes dans la moyenne", commente-t-il ce mardi matin sur RTL.

"Je constate beaucoup de respect du couvre-feu", poursuit-il. "Les Français malgré des réactions d'humeur, et la difficulté de la situation, respectent les règles que nous imposons."

L'arrivée des beaux jours va-t-il changer la donne? "Le beau temps c'est aussi un moment pour que les gens restent dehors et se contaminent moins", rétorque Gérald Darmanin. Pour autant, le ministre de l'Intérieur rappelle que les services de réanimation sont encore "très impactés", par exemple dans son département du Nord: "Ça reste une maladie extrêmement violente, extrêmement grave."

Le nombre de malades en réanimation est repassé au-dessus de la barre des 5900

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en réanimation est repassé au-dessus de 5900, après plusieurs jours sous cette barre, selon les chiffres publiés ce lundi par Santé publique France.

Au total, on comptait 5970 personnes dans les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue), contre 5893 la veille. En 24 heures, 502 patients ont été admis dans ces services qui traitent les cas les plus graves, contre 233 patients la veille.

Samedi, le nombre de malades en réa était repassé sous la barre des 5900, franchie en début de semaine. Des seuils toutefois encore loin du pic de la première vague en avril 2020 (autour de 7000).

Le nombre total de malades du Covid hospitalisés est aussi en hausse, avec 31.214 patients, contre 30.789 la veille. Au total, 2.066 personnes ont été hospitalisées ces dernières 24 heures.

La Colombie dépasse le seuil des 400 morts en 24 heures

La Colombie a fait état lundi de 420 décès dus au Covid-19, le bilan quotidien le plus élevé depuis la détection du coronavirus il y a treize mois, a annoncé le ministère de la Santé. Ce bilan dépasse le précédent record qui était de 400 morts enregistrés le 22 août 2020, selon le nombre officiel de décès confirmés quotidiennement.

La Colombie, qui compte 50 millions d'habitants, est le troisième pays le plus touché d'Amérique latine par la pandémie, en nombre de cas et de décès, derrière le Brésil et le Mexique. Après avoir détecté le premier cas de Covid-19 début mars 2020, elle est confrontée à une troisième vague de contagions, qui menace de submerger le secteur hospitalier dans ses principales agglomérations.

Les restrictions pour tenter de freiner la pandémie ont été renforcées notamment dans les grandes villes comme Bogota, où un couvre-feu est à nouveau imposé de 20h00 à 4h00 locales à partir de mardi.

La campagne de vaccination, lancée à la mi-février en Colombie, progresse lentement avec seulement quelque 3,7 millions de personnes ayant reçu une première injection.

L'Agence européenne des médicaments va rendre son verdict sur le vaccin Johnson & Johnson

L'Agence européenne des médicaments (EMA) rend ce mardi après-midi son avis sur le vaccin Johnson & Johnson contre le Covid-19. Cette décision est d'autant plus importante que plusieurs pays européens, dont la France, comptent sur ce vaccin pour accélérer leur campagne d'immunisation.

Or, l'incertitude sur la viabilité du vaccin reste entière, alors que les autorités sanitaires américaines ont recommandé mardi dernier "une pause" dans l'utilisation du Johnson & Johnson afin d'enquêter sur l'apparition de cas graves de caillots sanguins chez plusieurs personnes aux États-Unis.

Toutefois, son utilisation devrait être de nouveau autorisée, peut-être accompagnée de "restrictions", et une décision devrait être rendue publique d'ici vendredi, a affirmé dimanche le conseiller médical de la Maison Blanche Anthony Fauci.

"Je pense que (la vaccination) reprendra, peut-être avec des restrictions. Je ne suis pas certain de ce que ce sera, si elles seront liées à l'âge ou au sexe, ou s'il sera simplement accompagné d'un avertissement", a-t-il affirmé.

Pour le déconfinement, Véran favorable à "une approche territoire par territoire"

Comment s'organisera le déconfinement? "À ce jour", le calendrier n'a pas changé, indique Olivier Véran dans une interview au Télégramme: "Le 26 avril, la réouverture des écoles en présentiel ; le 3 mai, la réouverture des collèges et lycées en présentiel ; et nous pourrons envisager ensuite un certain nombre d’allégements des mesures à partir de la mi-mai".

Mais la levée des restrictions se fera-t-elle à l'échelle nationale? Le ministre de la Santé ouvre la voie à un déconfinement localisé: "Je suis ouvert à l’idée d’une approche territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage, comme j’y étais favorable lors de leur mise en place", affirme-t-il.

"Lorsqu’on envisage de lever un certain nombre de contraintes, il faut regarder la situation épidémique dans chaque territoire, la situation hospitalière et, de façon générale, le niveau de saturation des hôpitaux en France", ajoute-t-il.

La situation est en effet très hétérogène en France. Dans certains départements, le taux d'incidence est en effet relativement bas: 88,7 dans le Finisètre, 107,3 dans le Gers ou encore 108,2 dans les Pyrénées-Atlantiques. C'est six fois plus en Seine-Saint-Denis (665,7), le département où l'épidémie reste la plus préoccupante.

Véran appelle à "continuer nos efforts"

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19. La décrue a-t-elle commencé? Pour Olivier Véran, "depuis cinq jours, nous amorçons une décroissance de l’épidémie". "Il y a moins de nouveaux cas au quotidien", autour de 33.000 chaque jour en moyenne, contre 40.000 au pic de la troisième vague, se réjouit le ministre de la Santé dans une interview au Télégramme.

Mais les contaminations restent à un niveau élévé. "Cette diminution reste fragile", concède Olivier Véran. "Nous sommes toujours à un niveau très élevé de l’épidémie et la descente n’est pas encore susamment rapide et tranchée. Il nous faut continuer nos efforts."
BFMTV