BFMTV
en direct

La Norvège ferme ses frontières à presque tous les non-résidents

Drapeau norvégien (au centre)

Drapeau norvégien (au centre) - Sameer al-Doumy

Un nouveau Conseil de défense est organisé ce mercredi mais sauf coup de théâtre, pas d'annonce avant la fin de la semaine sur un éventuel nouveau tour de vis sanitaire.

1.231.783 personnes vaccinées en France depuis le début de la campagne

1.231.783 personnes ont été vaccinées en France depuis le début de la campagne vaccinale, soit 47.273 personnes de plus en 24 heures, rapporte ce mercredi soir le ministère de la Santé.

Selon le ministère, 6153 personnes ont par ailleurs reçu la deuxième dose du vaccin contre le Covid-19.

Feu vert du Sénat pour une prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 3 mai

Le Sénat a donné son feu vert, ce mercredi, à une prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 3 mai.

Une réunion sur les traitements prévue jeudi matin avec Emmanuel Macron

Une réunion pour évoquer l'avancée des traitements contre le Covid-19 est prévue jeudi à 11 heures autour du président de la République. Seront présents le ministre de la Santé Olivier Véran, le directeur de la Santé Jérôme Salomon ainsi que plusieurs médecins tels que le professeur Jean-François Delfraissy ou encore Yazdanpanah.

350 morts à l'hôpital et près de 27.000 nouveaux cas identifiés en 24h en France

26.916 nouveaux cas et 350 décès ont été enregistrés dans les hôpitaux français au cours de ces dernières 24 heures, rapporte Santé Publique France dans son dernier bilan ublié ce mercredi soir.

Le nombre de personnes hospitalisées en raison du Covid-19 demeure trés important. À ce jour, 27.169 patients atteints du Covid se trouvent à l'hôpital, soit 1931 nouvelles admissions en 24 heures. Ce chiffre est très légèrement inférieur à celui de la veille, puisque 2006 admissions à l'hôpital avaient été recensées mardi soir.

Le nombre de malades en réanimation après avoir développé une forme grave du virus s'établit ce mercredi soir à 3107, soit 318 personnes de plus en 24 heures. En comparaison, 371 personnes avaient été admises la veille en réanimation.

Les leçons tirées de l'épidémie par Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a évoqué à l'occasion du Forum de Davos les leçons économiques qu'il tirait de l'économie: "Je crois que la première chose que ça nous a enseigné c’est qu’on ne peut pas penser l’économie sans l’humain. Ça paraît être une banalité, mais nous avons fait dans tous nos pays qqch qui était considéré comme impensable, on a arrêté toutes les activités économiques pour protéger des vies. Première leçon".

"La deuxième leçon c’est que cette période nous rappelle notre vulnérabilité", a-t-il ajouté.

Le préfet de Mayotte confine trois communes de l'île

Le préfet de Mayotte a annoncé mercredi le confinement de trois communes de l'île française située dans l'océan indien après la "dégradation brutale" de la situation sanitaire marquée par une augmentation des cas de variant sud-africain du coronavirus.

"Face à ce contexte qui s'est dégradé brutalement au cours des dernières 24 heures, en parfait accord avec l'Agence régionale de santé, Jean-François Colombet, Préfet de Mayotte, (...) a décidé de confiner totalement les communes de Pamandzi, de Dzaoudzi-Labattoir et de Bouéni pour une période indéterminée", peut-on lire dans un communiqué.

Tous les commerces seront fermés à l'exception des établissements qui vendent des denrées alimentaires et des pharmacies, et les personnes qui voudront se déplacer devront présenter une attestation, détaille le texte.

Seuls 26% des doses du vaccin AstraZeneca initialement prévues seront disponibles fin mars

Fin mars, AstraZeneca n’aura livré qu’un quart des doses prévues Hier, le ministère de la Santé a officialisé l’ampleur des dégâts : seulement 4,6 millions de doses attendues seront disponibles d’ici à fin mars, "26 % (et NON 29%, comme nous vous l'annonçions hier) des 17,5 millions de doses prévues à la commande". Soit un manque à livrer de 13 millions de doses. 

Dès décembre, AstraZeneca avait annoncé qu’elle ne serait en mesure de délivrer que 10 millions de doses au premier trimestre. Cette lenteur a déclenché "une très grande déception" au ministère de la Santé : "L’entreprise aurait dû démarrer la production dès décembre pour mettre en stock des vaccins et les délivrer dès l’obtention de l’AMM."

La Norvège ferme ses frontières à presque tous les non-résidents

La Norvège a annoncé mercredi la fermeture de ses frontières à presque tous les non-résidents afin d'éviter la propagation de nouveaux variants, plus contagieux, du coronavirus.

"A partir de minuit dans la nuit de jeudi à vendredi, la Norvège introduira les règles d'entrée sur le territoire les plus strictes depuis le 12 mars", a déclaré la Première ministre norvégienne, Erna Solberg, lors d'un point de presse. "En pratique, la frontière sera fermée à tous ceux qui ne résident pas en Norvège", a-t-elle ajouté

"Emmanuel Macron a raison de prendre son temps" selon le maire de Dijon, François Rebsamen

"Il y a une lassitude généralisée quant aux annonces. (...) Emmanuel Macron a raison de prendre son temps", a déclaré ce mercredi sur notre antenne François rebsamen, figure du Parti socialiste et maire de Dijon. "Ce que nous demandons, c'est de la transparence sur un calendrier précis", a-t-il cependant observé.

Avec plus de 18.000 morts, mardi a marqué la journée la plus meurtrière de la pandémie dans le monde depuis le début de la crise

Du jamais vu depuis le début de la pandémie, 18.109 décès ont été enregistrés sur la journée de mardi dans le monde, selon un comptage réalisé mercredi par l'AFP à partir des bilans communiqués par les autorités sanitaires.

Et ce chiffre confirme une tendance constatée depuis début janvier: la mortalité s'accélère nettement, les seuils de décès quotidiens sont passés plus rapidement et le plateau s'établit à des niveaux de plus en plus élevés (en moyenne, 14.000 décès quotidiens depuis le 22 janvier, contre 10.000 fin novembre). Au total, le monde a enregistré 2,16 millions de décès.

Virus: le variant brésilien dominant à Manaus, probablement plus contagieux

Le variant du coronavirus détecté début janvier au Japon et originaire de Manaus, dans le nord du Brésil, est désormais dominant dans la capitale de l'Amazonie, ce qui confirme les craintes sur sa contagiosité, a déclaré mercredi un chercheur à l'AFP.

Le variant détecté sur des voyageurs infectés par le coronavirus arrivés au Japon en provenance d'Amazonie "est déjà dominant à Manaus", ville en pleine crise sanitaire, a déclaré Felipe Naveca, qui étudie les mutations du virus dans l'Etat septentrional d'Amazonas.

"En décembre, on le trouvait dans 51% des échantillons séquencés" provenant de patients du coronavirus, et entre le début et le "13 janvier, c'était 91%", précise le scientifique.

"De plus il essaime dans l'intérieur de l'Etat" d'Amazonas, dont Manaus est la capitale. "Nous l'avons trouvé dans 11 des 13 villes que nous avons étudiées", ajoute-t-il, au sujet de ce variant P1.

Mardi, trois premiers cas de ce variant ont été détectés dans l'Etat de Sao Paulo (sud-est), le plus peuplé du pays avec ses 46 millions d'habitants. Le Brésil, deuxième pays le plus touché au monde, a enregistré au total plus de 218.000 décès.

Covid-19: Le Festival de Cannes reporté au mois de juillet

Le Festival de Cannes, plus important festival de cinéma au monde, qui se tient traditionnellement en mai, a été reporté au mois de juillet en raison de la pandémie de coronavirus, ont annoncé mercredi les organisateurs.

"Comme annoncé à l'automne dernier, le Festival International du Film de Cannes, se donnait la possibilité de modifier ses dates en fonction de l'évolution de la situation sanitaire mondiale. Ainsi, prévu initialement du 11 au 22 mai 2021, le Festival aura lieu du mardi 6 au samedi 17 juillet 2021", précisent-ils dans le communiqué.

Le Portugal annonce la suspension de ses vols avec le Brésil

Le gouvernement portugais a décidé mercredi de suspendre à partir de vendredi tous les vols avec le Brésil en raison de l'augmentation des cas d'infection par le Covid-19 au Portugal et la détection de nouvelles souches du virus.

"Le gouvernement a décidé de suspendre les vols en provenance et à destination du Brésil à partir du 29 janvier compte tenu de l'évolution de la pandémie au niveau mondial", selon un communiqué.

"Jusqu'au 14 février tous les vols sont suspendus, commerciaux ou privés, de toutes les compagnies aériennes", poursuit le texte.

Seuls les citoyens de l'Union européenne et les résidents pourront encore effectuer la liaison entre le Brésil et le Portugal, à condition de présenter un test PCR négatif au Covid-19 de moins de 72 heures à l'embarquement. Le Portugal rejoint ainsi la Turquie, le Maroc ou le Pérou dans la liste des pays ayant pris une telle décision.

Le variant britannique s'étend à 70 pays et le sud-africain à 31, selon l'OMS

L'OMS annonce que le variant britannique du Covid-19 s'étend désormais à 70 pays, et le sud africain à 31.

L'UE réclame à AstraZeneca de lui livrer des vaccins produits dans 2 usines britanniques

L'UE réclame au laboratoire britannique AstraZeneca de lui livrer comme convenu des vaccins anti-Covid-19 produits dans deux usines situées au Royaume-Uni, alors que le groupe prévoit désormais de ne livrer au premier trimestre qu'"un quart" des doses promises, selon une responsable de l'UE.

"Il est inacceptable de voir le calendrier de livraisons se réduire à une fraction", à "un quart de ce qui était censé nous être livré" au premier trimestre, a indiqué cette responsable. Le contrat signé prévoit qu'AstraZeneca mobiliserait quatre usines, dont deux au Royaume-Uni, pour produire les doses destinées à l'UE, ce que Bruxelles lui demande de faire, rappelle-t-on de source européenne, à l'encontre des affirmations du patron du laboratoire assurant réserver à Londres la production de ses sites britanniques.

Olivier Véran tiendra une conférence de presse jeudi

Selon le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran tiendra une conférence de presse jeudi.

"Ce qui prévu à ce stade pour demain (jeudi), c'est un point d'information par le ministre de la Santé, le directeur général de la Santé et des scientifiques sur l'état de la circulation du virus", a fait savoir Gabriel Attal lors de son point presse, alors que les journalistes l'interrogaient sur la possibilité d'une prise de parole de Jean Castex jeudi ou d'une prochaine allocution d'Emmanuel Macron.

"Nous vous tiendrons informés si d'autres éléments sont à mettre à l'agenda", a-t-il ajouté.

Un "confinement très serré" parmi les scénarios

Gabriel Attal indique par ailleurs qu'un "confinement très serré" fait partie des scénarios envisagés par l'exécutif.

"Nous envisageons plusieurs scénarios qui vont d'un maintien du cadre actuel avec le couvre-feu à 18 heures" - qu'il a toutefois jugé "à ce stade peu probable" - "jusqu'à un confinement très serré", a détaillé Gabriel Attal, faisant valoir que "des variants se développent à un rythme important".

Gabriel Attal indique que le couvre-feu "ne freine pas suffisamment" le virus

S'exprimant face à la presse à la sortie du Conseil de défense et du Conseil des ministres qui se sont tenus ce mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal livre quelques éléments sur les pistes étudiées par l'exécutif pour faire face à la situation sanitaire.

Il indique notamment que pour le moment, le couvre-feu à 18h démontre une efficacité relative et "ne freine pas suffisamment" la propgation du Covid-19 pour être "pleinement efficace".

"Différents scénarios" sont étudiés, "le président de la République a demandé des analyses complémentaires sur chacun des scénarios", précise-t-il.

Vaccins: AstraZeneca se retire d'une réunion avec l'UE sur ses retards de production

Le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca, mis en cause en Europe pour des retards de livraison de son vaccin contre le Covid-19, s'est retiré ce mercredi d'une réunion organisée par l'UE, a indiqué à l'AFP un haut responsable européen.

AstraZeneca, qui a annoncé des livraisons moins importantes que prévu au premier trimestre en raison d'une "baisse de rendement", avait déjà été convoqué à deux reprises lundi pour s'expliquer devant des représentants des États membres et de la Commission européenne. Ses justifications avaient été jugées "insatisfaisantes" et une autre réunion était prévue ce mercredi.

Un étudiant diffuse sur Instagram la vidéo de son échange avec Jean Castex

Jean Castex a appelé ce mardi Gaspard, un étudiant qui avait diffusé une vidéo sur la détresse étudiante. Ce dernier a publié sur Instagram son échange téléphonique avec le Premier ministre. "J'ai regardé ta vidéo et je voulais te dire qu'elle m'a beaucoup ému", lui a expliqué Jean Castex. "Si j'en reste à la compassion, à la constatation c'est bien (...) mais moi je suis là pour agir".

Durant l'entretien, Gaspard interroge le Premier ministre sur une mesure récemment annoncé par le gouvernement: le retour des étudiants en présentiel au moins une journée par semaine. Qu'en sera-t-il si un reconfinement est décidé, se demande-t-il.

"Même quand on est confiné, on a pu parfois, prévoir un certain nombre d'exceptions", rétorque Jean Cadtex. "Là aussi, est-ce que compte tenu de la réalité des étudiants, on les fait entrer dans les exceptions? à quel moment? Ces questions restent ouvertes."

"On n'a pas raté, on est en retard": le patron de Sanofi France s'explique sur l'avancée de leur vaccin

Initialement annoncé pour l'été 2021, le vaccin utilisant la technologie de la protéine recombinante développé par Sanofi avec le britannique GSK a essuyé un revers après des essais cliniques décevants.

"On n'a pas raté, on est en retard", a commenté sur BFMTV Olivier Bogillot, président de Sanofi France. "Si tout s'était bien passé, on serait arrivés probablement en juin-juillet, ce qui aurait été un exploit. Ça voulait dire 15 mois (par rapport au début des recherches), c'est exceptionnel. On savait qu'on arriverait après les autres."

"On a eu dans le cadre de nos essais un problème de doses, ça arrive dans beacoup de développements cliniques, ça va nous retarder de quelques mois", a-t-il relativisé.

L'infectiologue Jean-Daniel Lelièvre appelle à "trouver comment vivre au quotidien avec le virus"

Pour de nombreux scientifiques, un reconfinement est quasi inévitable dans les jours et les semaines à venir. "On va faire des couvre-feux, des confinements - on est obligés tant que la maladie n'est pas contrôlée", a commenté sur BFMTV-RMC l'infectiolgue Jean-Daniel Lelièvre, spécialiste de la vaccination et expert à la Haute autorité de Santé.

"Le vaccin va nous permettre de protéger les plus fragiles, mais ne va pas nous permettre de contrôler complètement la maladie", a-t-il expliqué. "Il faut trouver comment vivre au quotidien avec le virus."

Sanofi va aider Pfizer/BioNTech à produire "plus de 125 millions de doses"

Les objectifs de l'accord entre Sanofi et Pfizer/BioNTech. Le laboratoire français va finalement conditionner "plus de 125 millions de doses" du vaccin développé par ses concurrents.

"Sanofi et BioNTech ont conclu aujourd’hui un accord aux termes duquel Sanofi prêtera son concours à BioNTech pour la fabrication et la fourniture de son vaccin Covid-19 qui est codéveloppé avec Pfizer", détaille le laboratoire.

"Sanofi donnera à BioNTech l’accès à son outil de production et à son savoir-faire afin de produire plus de 125 millions de doses du vaccin Covid-19 de BioNTech en Europe. Les premiers lots de vaccins seront distribués par les installations de production de Sanofi situées à Francfort à partir de l’été 2021."

L'accord entre Sanofi et Pfizer/BioNTech est un accord "intelligent", selon un ancien dirigeant de l'Inserm et de l'institut Pasteur

Faute de pouvoir pour l'instant proposer son propre vaccin contre le Covid-19, le laboratoire français Sanofi va mettre en flacon celui de ses concurrents Pfizer et BioNTech et conditionner plus de 100 millions de doses cette année à destination de l'Union européenne.

"C'est la direction qu'on doit prendre, salue sur BFMTV Christian Bréchot, ancien directeur de l'Inserm et de l'institut Pasteur. On est en situation de guerre, contre un virus qui nous menace. Il faut se donner toutes les armes qu'on peut avoir. Il faut que tout le monde soit mis à contribution pour produire ce vaccin parce que c'est ce qui va nous permettre de régler le problème."

Castaner s'inquiète de la "désobéissance civile de certains" en cas de reconfinement

Y aura-t-il une fronde des Français en cas de troisième confinement? La perspective inquiète en tout cas Christophe Castaner. "Le risque, en refermant le pays, c'est la désobéissance civile de certains", explique l'ancien ministre de l'Intérieur, aujourd'hui président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale, cité par Le Parisien.

"D'un point de vue sanitaire, si tout le monde pouvait rester chez soi, ce serait formidable", affirme-t-il. "Mais d'un point de vue politique, on est sur un terrain glissant."

Un nouveau sondage montre qu'il "n'y a plus de consensus autour du confinement"

"La France est partagée", résume Bernard Sananès, président d'Elabe. Selon un nouveau sondage de l'institut pour BFMTV, un peu plus de la moitié des Français (52%) sont défavorables à un nouveau confinement national strict sur le modèle de celui de mars dernier,tandis que 48% y sont favorables.

Les personnes interrogées sont en revanche un peu moins de la moitié (48%) à s'opposer à un confinement assoupli, sur le modèle du deuxième confinement de novembre dernier. 52% des sondés y sont au contraire favorables.

"Il n'y a plus de consensus autour du confinement", analyse Bernard Sananès. "Il faut s'en souvenir, ce consensus a existé, il a été très solide. Souvenez-vous, on était surpris de voir comment les Français, notamment durant le premier confinement, avaient accepté, pas de gaieté de coeur bien sûr, cette mesure."

"Très peu de chances" que Macron parle cette semaine, selon un ministre

Emmanuel Macron veut se laisser du temps pour s'assurer qu'il n'y a pas d'autre option que le reconfinement. Il y a donc "très peu de chances qu'il parle cette semaine", sauf rebondissement de dernière minute, confirme un ministre à BFMTV.

"On va mesurer l'efficacité du couvre-feu à 18h à la fin de cette semaine, on aura les données samedi", a expliqué ce mardi sur BFMTV la ministre déléguée Agnès Pannier-Runacher. "Avant samedi, sauf accélération ou chiffre statistique qui nous amènerait à reconsidérer la situation, nous prenons les décisions pas sous la pression des commentateurs ou de telle ou telle opinion mais en regardant le compteur de la circulation du virus et de la pression sur les réanimations, ce sont nos deux boussoles."

Le gouvernement fait du confinement la réponse ultime et veut justifier cette décision: "Les chiffres doivent démontrer la nécessité, on ne peut pas décider de confiner un pays si on ne regarde pas les chiffres", prévient une source proche de l'exécutif.

Pas de reconfinement immédiat, sauf coup de théâtre

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'épidémie de coronavirus. Un nouveau Conseil de défense se tient ce mercredi matin mais sauf coup de théâtre, pas d'annonce avant la fin de la semaine sur un éventuel nouveau tour de vis sanitaire.

Le président de la République veut tout faire pour éviter un troisième confinement et attend des indicateurs consolidés, à la fois sur l'efficacité du couvre-feu à 18h et sur la circulation des variants sur notre sol. On vous explique dans cet article pourquoi l'exécutif ne veut pas précipiter un éventuel reconfinement.

BFMTV