BFMTV
en direct

EN DIRECT - Macron sur Raoult: "il a fait l'éloge du masque beaucoup mieux que je ne saurais le faire"

EN DIRECT - Macron sur Raoult: "il a fait l'éloge du masque beaucoup mieux que je ne saurais le faire"

Emmanuel Macron rencontre ce jeudi à Marseille le professeur Didier Raoult, qui prône l’usage de la chloroquine comme traitement contre le coronavirus. Le président de la République souhaite montrer son intérêt pour toutes les recherches en cours

Les autorités renforcent les mesures pour lutter contre la résurgence du virus: à partir de ce vendredi 8 heures, le port du masque sera obligatoire partout dans la capitale.

Emmanuel Macron salue la position de Didier Raoult sur le masque

Devant la presse présidentielle ce vendredi, Emmanuel Macron a évoqué les tensions entre Paris et Marseile sur la gestion du coronavirus, estimant que "l'identité de Marseille" s'était construite en opposition à Paris.

"Si ca permet de faire fonctionner les instances locales entre elles je m’en félicite. Il y eu un travail très intense du préfet, de l’ARS et des autorités locales", a-t-il déclaré, évoquant ensuite la figure de Didier Raoult pour illustrer ses propos.

"Le professeur Raoult a fait lui-même l’éloge du masque beaucoup mieux que je ne saurais le faire, en expliquant que non seulement cela participait de la stratégie de protection, mais il a raison sur le plan psychologique: porter le masque et le voir porté, cela accroît notre vigilance".

Macron confirme la nomination de Bayrou comme haut-commissaire au Plan

Emmanuel Macron a confirmé ce vendredi la nomination de François Bayrou comme haut-commissaire au Plan de relance, lors d'une prise de parole devant la presse présidentielle.

"François Bayrou a écrit sur ce sujet dans plusieurs de ses livres. C’est tout sauf un lot de consolation, c’est une responsabilité importante, c’est aussi pour cela que j’écrirai moi-même sa lettre de mission", a déclaré le chef de l'État.

6500 supporters pourront venir voir jouer le SC Bastia à Furiani

Après le club de Perpignan, autorisé à accueillir 8000 spectateurs à Aimé-Giral pour un match amical de rugby, c’est au tour du Sporting Club de Bastia, qui évolue en National, d’obtenir une dérogation afin de dépasser la jauge de 5000 spectateurs autorisés dans les tribunes en raison de l’épidémie de coronavirus. Le club corse a annonucé cette nouvelle par le biais d’un communiqué publié sur son site.

Les personnes avec des symptômes désormais majoritaires parmi les cas positifs

Les patients présentant des symptômes du Covid-19 étaient pour la première fois majoritaires parmi les personnes testées positives au nouveau coronavirus la semaine dernière, a annoncé vendredi Santé publique France.

Jusqu'ici, une majorité des cas positifs étaient des personnes asymtomatiques, porteuses du virus et donc susceptibles d'être contagieuses, mais qui ne présentaient pas elles-mêmes de signes de la maladie.

"Plus de la moitié des cas positifs (51%) présentaient des symptômes" au cours de la semaine du 17 au 23 août, contre 48% la semaine précédente. "Cette proportion est en augmentation et pour la première fois le nombre de cas symptomatiques est supérieur aux asymptomatiques", souligne Santé publique France dans son point hebdomadaire sur l'épidémie de Covid-19.

Ce nombre de cas positifs a poursuivi sa "progression exponentielle" la semaine dernière, en augmentation de 58%, plus rapide que celle du taux de dépistage (+32%).

Dans l'Hérault, interdiction de danser dans les bars et les lieux publics

Il est désormais interdit de danser dans les bars et les "établissements recevant du public", ainsi que dans les lieux publics, "couverts ou non", de l'Hérault, placé jeudi en "zone de circulation active" du coronavirus, en vertu d'un arrêté préfectoral.

La préfecture évoque de "nouvelles mesures de protection" à propos de ces dernières restrictions prises par un arrêté daté de jeudi et valable jusqu'au 15 septembre.

"Les bars et restaurants peuvent continuer à exercer leur activité sous réserve de ne pas contrevenir à cette mesure", précise-t-elle dans un communiqué.

Une "dérogation est accordée pour les activités des établissements d'enseignement de la danse", ajoute encore la préfecture de l'Hérault.

Le masque devient obligatoire à Strasbourg

Le masque est rendu obligatoire à Strasbourg et dans les communes de plus de 10.000 habitants du Bas-Rhin, annonce la préfecture.

Les communes concernées sont: Schiltigheim, Illkirch-Graffenstaden, Lingolsheim, Bischheim, Ostwald, Hoenheim, Haguenau, Sélestat, Bischwiller, Obernai, Saverne et Erstein.

La mesure est applicable dès ce samedi 8 heures et jusqu'au 30 septembre au moins.

Masque obligatoire: périmètre élargi à Bordeaux

Le port du masque sera obligatoire à partir de lundi dans la majeure partie du centre-ville de Bordeaux, dont les quais de Garonne, a annoncé le maire EELV Pierre Hurmic. Le périmètre pourra être étendu si la situation sanitaire empire, a prévenu l'édile.

Dès lundi, le port du masque dans une grande partie du centre historique, concernera "toute personne à partir de 11 ans", a précisé devant la presse le maire qui a demandé à la préfecture que les cyclistes et les joggeurs soient exemptés.

La situation sanitaire liée au Covid-19 s'est dégradée rapidement à Bordeaux au cours des dernières semaines, a précisé Patrick Dehail, conseiller médical du directeur général de l'Agence régionale de santé.

"Le taux d'incidence à Bordeaux a été multiplié par dix en quatre semaines" pour atteindre 111,6 pour 100.000 habitants, a-t-il fait savoir, y voyant "l'effet vacances". Le virus circule activement en particulier chez les 20-30 ans, a-t-il précisé.

Merkel s'attend à une situation "encore plus difficile" en automne et hiver

La chancelière allemande Angela Merkel dit s'attendre à une évolution de la pandémie de nouveau coronavirus "encore plus difficile" dans les prochains mois en automne et hiver.

"Nous devrons vivre avec ce virus pendant longtemps encore (...) La situation reste grave. Prenez-le au sérieux", a déclaré lors d'une conférence de presse Angela Merkel, ajoutant que "nous avons tous bénéficié de liberté et d'une protection relative contre les aérosols pendant l'été", quand est possible la "vie en plein air".

Emmanuel Macron défend les mesures anti-Covid, des "contraintes raisonnables"

"Nous devons continuer à vivre avec le virus", plaide Emmanuel Macron. "Le pays a besoin de continuer à produire."

"Comme vous je n'aime pas porter un masque, c'est gênant, c'est pénible", a-t-il commenté, tout en appelant à "apprendre à vivre avec". "Les gestes barrières ne sont pas dans nos habitudes", a-t-il poursuivi, mais "c'est une contrainte raisonnable que nous devons accepter durant un temps."

Emmanuel Macron annonce des investissements "massifs" pour les relocalisations

Le président de la République a affirmé que le plan de relance comporterait des investissements "massifs" pour les relocalisations, avec 15 milliards dédiés.

Emmanuel Macron: le plan de relance "n'est pas une stratégie pour faire face aux difficultés du moment"

À l'occasion de sa visite, Emmanuel Macron a également présenté la "philosophie" du plan de relance.

"Ce n'est pas une stratégie pour faire face aux difficultés du moment, nous l'avons déjà fait, c'est préparer la France de 2030", a-t-il plaidé. "Ce n'est pas subventionner les secteurs en difficulté, c'est investir dans l'avenir."

Le président de la République promet ainsi de "projeter le pays pour plus d'indépendance (...) et de bâtir sur les compétences, d'investir dans les femmes et les hommes, et en particulier dans notre jeunesse, (...) aider (les jeunes) à obtenir un emploi dans cette période si difficile".

Emmanuel Macron salue la relocalisation de la production de certaines molécules pharmaceutiques en France

En visite dans un laboratoire pharmaceutique, Emmanuel Macron salue la relocalisation en France de la production de "douze molécules". Une relocalisation rendue possible, dit-il, par la politique du gouvernement depuis le début du quinquennat, les mesures adoptées depuis le début de la crise sanitaire, et le futur plan de relance.

"Nous avons profondément réformé la fiscalité du capital et donc de l'investissement, le marché du travail, le secteur de l'apprentissage", a plaidé le chef de l'État, avant de saluer les "investissements depuis le début de la crise". "Ce fameux plan de relance (qui doit être annoncé la semaine prochaine, ndlr) est dans la continuité de ce travail", a-t-il affirmé.

Emmanuel Macron appelle à "relocaliser et recréer des forces de production sur nos territoires"

À quelques jours de l'annonce du plan de relance, Emmanuel Macron lance le volet économique de la rentrée. "Nous devons relocaliser et recréer des forces de production sur nos territoires", a écrit le président de la République sur son compte Twitter, dans un message publié durant sa visite d'un laboratoire pharmaceutique dans les Hauts-de-Seine. "La souveraineté sanitaire et industrielle sera l’un des piliers du plan de relance."

Emmanuel Macron en visite dans un laboratoire pharmaceutique

Emmanuel Macron est arrivé dans les ateliers du laboratoire pharmaceutique Seqens à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), pour un déplacement sur le thème de la souveraineté sanitaire et industrielle.

Accompagné du ministre de l'Économie Bruno Le Maire, le chef de l'Etat doit inaugurer un atelier de production sur ce site qui est l'une des plus anciennes usines de principes actifs du monde (nécessaires à fabriquer des médicaments), avant un point presse prévu vers 11 heures. Vous pourrez suivre son intervention en direct sur BFMTV.

Masque à Paris: la mairie se félicite de la "clarification des consignes"

La mairie de Paris salue "une excellente nouvelle", après la "clarification des consignes" à destinations des cyclistes et des joggeurs: ces derniers ne seront finalement pas obligés de porter le masque dans les rues de la capitale, comme cela avait été annoncé dans un premier temps.

"La préfecture de police a clarifié, entendant nos arguments, les arguments des cyclistes, des professionnels de santé", a commenté le Premier adjoint Emmanuel Grégoire sur BFMTV.

L'élu assure que les autorités vont clarifier "dans les minutes qui viennent" le fait qu'il est autorisé de retirer son masque pour fumer ou manger dans les rues de Paris. On attend encore cette communication officielle.

Le masque ne sera finalement pas obligatoire à vélo ou durant un jogging

Changement de ton pour la préfecture de police. Les autorités viennent finalement d'annoncer dans un communiqué que le port du masque ne sera pas exigé "s'agissant des personnes exerçant une activité physique au titre de la course à pied ou de vélo". C'est ce que la mairie réclamait.

Masque obligatoire à vélo à Paris: la mairie dénonce une "décision mauvaise"

C'est le point de crispation entre la mairie de Paris et la préfecture de police: en l'état actuel des choses, il est désormais obligatoire de porter un masque si vous faites du vélo dans les rues de la capitale.

"Nous pensons que c'est une décision mauvaise", commente sur BFM Paris le Premier adjoint au maire, Emmanuel Grégoire. "C’est contre-incitatif à l’usage du vélo. Nous sommes en désaccord sur ce point." Il espère une évolution des consignes sur le sujet.

Fumer interdit à Paris? La mairie compte sur du "discernement dans les consignes"

Avec le port du masque désormais obligatoire dans tout Paris, est-il désormais interdit de fumer dans les rues de la capitale? La réponse n'est pas très claire, à en croire le Premier adjoint Emmanuel Grégoire, invité de BFM Paris.

"Ça me paraît ubuesque d’interdire la cigarette ou de manger", a-t-il commenté. "En l’état actuel des textes tels qu’ils ont été publiés, on peut comprendre que c’est le cas."

"Je compte sur la préfecture de police pour préciser tout ça et lever les ambiguités qui paraîtraient un peu absurdes", a-t-il poursuivi. "Il faut aussi un tout petit peu de discernement dans les consignes qu’on impose."

À partir de maintenant, le masque est obligatoire dans tout Paris et en petite couronne

Il est 8 heures. À partir de maintenant, si vous résidez à Paris ou dans les trois départements de la petite couronne (Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne), vous ne pouvez plus sortir dans la rue sans porter de masque. La mesure a été annoncée hier par les autorités, pour tenter d'endiguer la recrudescence des contaminations en Île-de-France.

Il est "obligatoire pour tous les piétons circulant dans les espaces publics, les utilisateurs de vélos, deux-roues, trottinettes et autres engins de mobilité personnels, motorisés ou non", a précisé hier la préfecture de police. "Les usagers circulants à l'intérieur des véhicules à moteur (voitures des particuliers, camionnettes ou poids-lours des profesionnels) sont dispensés de cette obligation."

Les autorités ont martelé dans leur communiqué que les services de l'État seraient "mobilisés afin de faire respecter cette obligation", passible de 135 euros d'amende en cas de contravention.

Emmanuel Macron visite une usine pharmaceutique ce vendredi matin

Après que Jean Castex a incarné le volet sanitaire de la rentrée de l'exécutif, au tour d'Emmanuel Macron d'entrer en scène, mais sur la thématique de la relance économique.

Le président de la République doit visiter ce matin l'usine pharmaceutique Seqens à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), le deuxième producteur européen de principes actifs, nécessaires à la fabrication de médicaments.

Accompagné du ministre de l'Économie Bruno Le Maire, il inaugurera un atelier de production sur ce site qui est l'une des plus anciennes usines de principes actifs du monde. L'occasion pour lui de réaffirmer son attachement à la souveraineté industrielle et à la relocalisation de certaines productions, dont il avait fait une priorité au coeur de l'épidémie.

Le chef de l'État rencontrera dans l'après-midi les journalistes de la presse présidentielle. C'est la première fois depuis le confinement qu'il se retrouvera face à une assemblée de journalistes, après des mois d'allocutions solennelles ou d'échanges en comité très restreint. Mais il ne s'agira pas d'une conférence de presse traditionnelle puisque la rencontre ne sera ni enregistrée, ni filmée.

"Dépistages, masques et information": comment la Mayenne a lutté contre le virus

La Mayenne est-elle un exemple à suivre? Si 21 départements sont désormais classés en "zone rouge", elle n'en fait pas partie. Pourtant, au début de l'été, la situation sanitaire dans ce département inquiétait les autorités sanitaires: le taux d'incidence du Covid-19 était de 150 cas pour 100.000 habitants le 26 juillet. Il n'est plus que de 23 aujourd'hui.

Comment expliquer cette décrue? Le maire divers gauche de Laval, Florian Bercault, a résumé ce matin sur BFMTV la stratégie des autorités locales en trois points: "Dépistages, masques et information."

"Dans le dépistage, l'innovation c'était le sans rendez-vous, gratuit à travers des centres de dépistage éphémères et aussi des bus itinérants", a-t-il développé. Ensuite, il y a eu l'obligation "progressive" du port du masque, "pas du jour au lendemain parce que sinon la mesure ne serait pas comprise".

Et enfin, "la communication", avec des "campagnes d'affichage massif" et la mise en place dans sa ville d'un point d'information Covid où les habitants "pouvaient être rassurer, poser des questions et avoir des réponses".

Face à l'amélioration de la situation sanitaire, va-t-il être temps d'adoucir certaines restrictions? Florian Bercault le pense: "À partir du 1er septembre, il va falloir penser à réapprendre à vivre avec le Covid." Il prévoit ainsi "la réouverture de certains théâtres, de la piscine municipale (...) tout en restant vigilants pour ne pas revivre ce qu'on a vécu".

Même les cyclistes vont devoir porter le masque à Paris

C'est l'une des autres nouveautés de l'arrêté pris hier par la préfecture de police: les cyclistes, conducteurs de deux-roues et utilisateurs de trotinettes sont désormais aussi concernés par l'obligation de porter le masque dans les rues de Paris à partir de ce matin.

Mais la municipalité n'est pas convaincue par cette mesure. L'adjointe à la Santé Anne Souyris a affirmé sur BFMTV qu'elle souhaitait rouvrir le débat sur les cyclistes:

"Sur la question des cyclistes (...), c'est vrai que quand on est fragile, quand on est âgé, quand on est asthmatique, c'est un problème de faire un effort et de mettre un masque", a jugé l'élue. "C'est une question sur laquelle je souhaiterais revenir avec le préfet (...) et essayer d'avoir une position plus fine en terme sanitaire."

"Il vaut mieux faire du vélo pas masqué que, je le dis, prendre le métro quand on est justement une personne fragile", a-t-elle conclu.

Le Premier adjoint Emmanuel Grégoire sera l'invité de BFM Paris à 8h15.

Le masque obligatoire à partir de 8 heures dans tout Paris

Bonjour à tous et bienvenue dans ce direct consacré à l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Les autorités serrent un peu plus la vis, face à l'augmentation du nombre de cas: 21 départements sont désormais classés en "zone rouge", autrement dit considéré comme des "zones de circulation active" du virus.

À Paris, l'une des régions qui inquiète les autorités, le port du masque va devenir obligatoire partout dans la ville à partir de 8 heures. Il n'était jusque là imposé que dans quelques quartiers.

BFMTV