BFMTV

Aude: avant la rentrée scolaire, l'inquiétude des parents d'enfants contaminés à l'arsenic

38 enfants d'une école de Lastours, dans l'Aude, ont été intoxiqués à l'arsenic. Les parents des petites victimes dénoncent ce mercredi sur BFMTV un manque de soutien en provenance des autorités.

La proximité immédiate de l'ancienne mine, à présent fermée, d'or et d'arsenic de Salsigne, les tonnes de déchets toxiques levées par les inondations de l'automne dernier dans la vallée de l'Orbiel, dans l'Aude, sont les facteurs les plus probables. Dans le village de Lastours, 160 habitants, 38 enfants scolarisés ont en tout cas été contaminés à l'arsenic. Sur BFMTV ce mercredi, plusieurs parents disent se sentir abandonnés par les autorités.

Pas de dérogation à la carte scolaire

Cindy Morel, dont les deux aînés sont concernés, voulait ainsi inscrire sa petite dernière dans un autre établissement. Elle s'est heurtée à une fin de non-recevoir. "La directrice nous envoie un mail en disant : ‘Désolé mais on ne peut pas accepter votre fille car la communauté de communes de donner de dérogation’", relate-t-elle.

La municipalité de Lastours a cependant lancé des travaux de dépollution dans la cour de l'école, mais le maire s'inquiète d'une dispersion du problème. "La pollution s’en va et elle est dans l’Aude, affirme Max Brail. Et elle est bien plus loin : je pense qu’elle est dans l’estuaire. La Méditerranée va recevoir par les inondations, les affluents qui sont arrivés, les sédiments qui sont arrivés et la pollution qui se déplace."

La question du suivi 

L'affaire est en tout cas remontée jusqu'au sommet de l'Etat. Interpellé par le sénateur socialiste Roland Courteau, Emmanuel Macron a évoqué, dans une réponse écrite, une situation "préoccupante". Il a ajouté que "tout sera(it) fait pour protéger les populations". La préfecture, notamment, est chargée d'assurer le suivi des victimes. 

Pas suffisant pour rassurer Delphine, dont les deux filles ont été contaminées. "Dans 5 ou 10 ans, si mes filles ont un cancer, si ça leur arrive, on se sera donné bonne conscience en disant : ‘On a suivi vos enfants’. C’est tout."

L'Agence régionale de santé (ARS) Occitanie a recommandé un deuxième test sous deux mois pour les enfants surexposés, pour déterminer si les taux établis attestent d'une exposition récente ou chronique. Mi-août, une trentaine de parents d'élèves se sont rassemblés vendredi devant l'hôpital de Carcassonne pour demander de nouveaux dépistages, y compris pour les adultes.

Robin Verner