BFMTV
Santé

5e vague: pour l'infectiologue Odile Launay, "le pic des hospitalisations va encore augmenter"

Odile Launay, le 26 août 2021.

Odile Launay, le 26 août 2021. - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Sur France Inter, la membre du comité vaccin Covid-19 a également estimé que la vaccination des enfants n'était "pas l'urgence".

"Il semble que nous ayons atteint un pic épidémique dans notre pays", a déclaré mardi à l'Assemblée nationale le ministre de la Santé Olivier Véran. Une affirmation à relativiser pour l'infectiologue Odile Launay, invitée sur France Inter ce mercredi. Selon elle, cette déclaration est sans doute juste en ce qui concerne les contaminations, mais pour ce qui relève des hospitalisations, "disons que le pic [...] va encore augmenter".

"Le pic en termes d'hospitalisations en soins critiques, on sait qu'il est décalé. [...] On arrive à une période qui va être critique, parce que c'est la fin de l'année, ce sont les fêtes de fin d'année, que les soignants vont partir en vacances. On est très inquiets pour la surcharge qui va arriver sur nos hôpitaux", a déclaré l'infectiologue.

Arrivée en janvier du variant Omicron

Une situation d'autant plus délicate que le variant Omicron devrait "prendre le relais très vite" de cette cinquième vague. Actuellement, au Royaume-Uni, où ce nouveau variant gagne du terrain, les chiffres des contaminations doublent tous les deux à trois jours, une situation encore jamais vue auparavant.

"On est très inquiet, même s'il y a un petit décalage avec ce qu'il se passe au Royaume-Uni et au Danemark, sur l'arrivée d'Omicron, qui devrait arriver très probablement courant janvier", a jugé Odile Launay.

Malgré cette situation, l'infectiologue, comme le gouvernement, n'émet pas de recommandations concernant d'éventuelles jauges pour les fêtes de fin d'année. Tout en insistant sur l'importance de réaliser sa dose de rappel.

"On vit bientôt depuis deux ans avec ce virus, les fêtes de fin d'année l'année dernière ont déjà été mises à mal, on sait que les Français vont de toute façon se rassembler pour les fêtes de Noël. Donc aujourd'hui, les recommandations, c'est la troisième dose, faire tout pour l'accélérer, les mesures barrières, et les tests de dépistage", a-t-elle listé.

La vaccination des enfants "n'est pas l'urgence"

Egalement membre du comité vaccin Covid-19, Odile Launay a tenu à rassurer les auditeurs de France Inter sur le vaccin Moderna, qui confèrerait même une meilleure protection que le vaccin Pfizer, et sur la baisse de la protection vaccinale avec l'arrivée du variant Omicron.

Selon elle, aucun vaccin ne fournit jamais "une protection à 100%". Se faire vacciner permet donc de limiter ses chances de contracter le Covid-19, en essayant "de mettre les chances de notre côté". Odile Launay est cependant apparue plus nuancée sur la vaccination des enfants. Alors que s'ouvre aujourd'hui la vaccination pour les enfants présentant des comorbidités, vaccination sur laquelle il n'y a selon Odile Launay "aucune discussion" à avoir, vacciner les enfants ne présentant pas de pathologies spécifiques "n'est pas l'urgence".

"Mon impression est que les pédiatres sont déjà très occupés par la prise en charge d'autres infections virales respiratoires. Ce n'est pas l'urgence de vacciner les enfants", a-t-elle estimé, en référence à l'épidémie de bronchiolite qui touche les plus jeunes.
Jules Fresard