BFMTV

2000 patients par jour touchés par un variant: Véran veut "éviter une épidémie dans l'épidémie"

Le ministre de la Santé a tenu une conférence de presse ce jeudi. Sans annoncer de nouvelles mesures, Olivier Véran a dressé le nouveau bilan sanitaire du pays, et s'est alarmé de la montée en puissance des variants du Covid-19 en France.

Face à la presse ce jeudi, Olivier Véran n'a pas annoncé de nouveau confinement et n'a pas tranché le sort du couvre-feu. La nature de ce point n'était de toute façon pas celle-ci. Il s'agissait pour le ministre de la Santé de livrer au grand public un aperçu de la situation épidémiologique en France.

"Je veux vous donner en transparence les informations afin de saisir les enjeux du moment, pour que vous puissiez comprendre par vous-mêmes ce qui fonde nos décisions", a lâché Olivier Véran en préambule, tandis que les décisions de l'exécutif sur d'éventuelles futures mesures de restriction sont toujours attendues.

"Eviter une épidémie dans l'épidémie"

Admettant que la France affronte ces temps-ci un "plateau montant" plutôt qu'une vague épidémique comme au printemps ou à l'automne, le ministre de la Santé a cité les deux paramètres changeant la donne en ce début d'année 2021: la campagne de vaccination et la circulation des variants du Covid-19.

Olivier Véran n'a pas caché que ces nouvelles déclinaisons du virus motivaient l'essentiel des inquiétudes du gouvernement.

"Nous voulons éviter une épidémie dans l’épidémie dont tout nous laisse à penser qu’elle sera une réalité très vite et très forte si nous ne faisons rien", a-t-il affirmé.

"De 500 à 2000 patients par jour" atteints par des variants

"Ces variants, je les considère un peu comme des nouveaux virus appelant d’autres mesures", a-t-il ajouté, sans aller plus avant. "Ces variants sont plus contagieux que le Covid-19 classique", a rappelé Olivier Véran.

Le ministre a chiffré l'accélération de la diffusion des variants: "Nous sommes passés de 500 patients par jour atteints par ces variants au début de janvier à plus de 2000 atteints par ces variants actuellement. Il s'agit surtout du variant britannique mais aussi a minima du variant sud-africain".

"Nous avons déployé tous nos moyens de diagnostic pour casser les chaînes de transmission, ça nous permet de gagner un temps précieux notamment pour vacciner les plus vulnérables", a assuré Olivier Véran.

L'optimisme reste de mise autour des vaccins

Le ministre de la Santé a listé ces outils, qui regroupent le séquençage, un contact tracing "plus serré encore", la proposition systématique aux patients isolés de recevoir la visite d’un infirmier ou infirmière à domicile. On compte "déjà plusieurs milliers de visites à domicile", "et le dispositif monte en puissance", a assuré Olivier Véran.

Toutefois la hausse des cas de contagion par les variants oblige l'exécutif à un constat. "Le fait que ces variants se propagent dans le pays nous fait penser que le couvre-feu est insuffisant", a dit le ministre de la Santé.

"Les scientifiques et les laboratoires restent confiants quant à l’efficacité des vaccins", a-t-il en revanche remarqué.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV