BFMTV
en direct

Covid-19: le gouvernement prendra "des mesures supplémentaires" ces prochains jours

Gabriel Attal ce jeudi soir depuis Matignon.

Gabriel Attal ce jeudi soir depuis Matignon. - BFMTV

Le ministre de la Santé tenait une conférence de presse ce jeudi à 14h pour faire un point épidémiologique. Gabriel Attal, lui, a évoqué dans la soirée la nécessité de "prendre des mesures supplémentaires" pour lutter contre le virus.

Le vaccin de Novavax efficace à 89% lors d'un essai clinique

Le laboratoire américain Novavax annonce ce jeudi que son vaccin est efficace à 89% lors d'essais cliniques.

"2,5 millions de Français vaccinés" avant la fin-février

À la fin du mois de février, nous devrions être à 2,5 millions de Français vaccinés" contre le Covid-19, a ajouté le porte-parole du gouvernement face à la presse depuis la cour de Matignon.

Gabriel Attal: "il nous faut prendre des mesures supplémentaires"

Au terme des consultations qui ont eu lieu ces derniers jours avec le chef de l'État, Gabriel Attal a indiqué que "deux consensus" s'étaient dégagés. "Le premier autour de la fragilité de la situation épidémique, et le second qui découle du premier: c'est la nécessité de prendre des mesures supplémentaires pour freiner la circulation du virus dans les prochains jours", a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

"Le couvre-feu à 18h n'est plus suffisant et nous devons agir", affirme Attal

"Le couvre-feu à 18h a sans doute permis d'éviter une explosion du nombre de cas dans notre pays mais il n'est plus suffisant. Nous devons agir", a déclaré le porte-parole Gabriel Attal ce jeudi soir depuis Matignon.

Vaccins: 2.4 millions d’injections prévues en France au mois de février

1 million de premières injections et 1,4 million de deuxièmes injections des vaccins de Pfizer et Moderna sont prévues au mois de février, a-t-on appris du ministère de la Santé.

1.349.517 Français vaccinés depuis le début de la campagne

1.349.517 personnes ont été vaccinées contre le Covid-19 en France depuis le début de la campagne vaccinale, a indiqué le ministère de la Santé ce jeudi soir.

Aux Pays-Bas, commerce de données illégal de personnes testées au Covid-19

Les données des personnes testées aux Pays-Bas pour détecter si elles ont contracté le Covid-19 ont fait l'objet d'un commerce illégal, selon des révélations de médias locaux qui ont notamment conduit les autorités à ouvrir une enquête.

Le système informatique du GGD, le service local de santé publique, permet depuis avril le téléchargement et l'impression de listes de personnes testées, selon la chaîne de télévision publique NOS.

"Il existe un commerce à grande échelle de millions de coordonnées, de numéros de téléphone et de numéros de sécurité sociale, en provenance des deux plus importants systèmes corona du GGD", a affirmé lundi RTL.

Premiers cas du variant sud-africain détectés aux Etats-Unis

Deux cas du variant du coronavirus, initialement repéré en Afrique du Sud, ont été identifiés pour la première fois aux Etats-Unis, ont indiqué jeudi les autorités de Caroline du Sud.

Les responsables sanitaires de cet Etat du sud du pays n'ont pas établi de lien entre les deux malades, ni identifié de voyage récent susceptible d'avoir causé ces infections.

Le Portugal atteint les 300 morts en 24 heures

Le Portugal a enregistré jeudi un nouveau record de décès quotidiens provoqués par le Covid-19, avec 303 morts supplémentaires en 24 heures, a annoncé la Direction générale de santé dans son rapport quotidien. Le bilan total depuis le début de la pandémie dans ce pays de 10 millions d'habitants s'élève ainsi à 11.608 morts, alors que le gouvernement a reconnu que l'explosion des cas de coronavirus provoquait une pression "gigantesque" sur les hôpitaux.

AstraZeneca défend l'efficacité de son vaccin anti-Covid chez les plus de 65 ans

Le porte-parole du laboratoire AstraZeneca a défendu ce jeudi, lors d'une prise de parole, l'efficacité de son vaccin anti-Covid chez les personnes de plus de 65 ans.

Aucune primo-injection dans les hôpitaux d'Île-de-France à partir du 2 février

Aucune primo-injection ne sera effectuée dans les hôpitaux d'Île-de-France à partir du 2 février, compte-tenu de la difficulté d'approvisionnement des vaccins contre le Covid-19, a fait savoir l'Autorité régionale de santé (ARS) d'Île-de-France, citée par l'agence Reuters. Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, précise ce jeudi que cette mesure concernera aussi bien les soignants que les patients.

Aucune dose de vaccin ne sera donc délivrée aux établissements de santé (...), précise l'ARS "compte tenu de la situation extrêmement tendue sur les doses de vaccins, et la nécessité de garantir la deuxième injection pour les personnes déjà vaccinées".

Seules les deuxièmes injections seront ainsi délivrées, précise l'ARS dans un document envoyé mercredi aux acteurs du milieu de la santé. Le ministère de la Santé n'a pas fait de commentaire sur ces informations.

Presque 60% des lits d'hôpitaux occupés par des malades du Covid-19

"Nous sommes presqu'à 60% d'occupation de lits d'hôpitaux par des malades du coronavirus", souligne Olivier Véran, rapprochant ces données à celles d'octobre dernier.

La contamination intrafamiliale "est difficile à éviter", affirme Véran

Interrogé sur les lieux de contamination au coronavirus, Olivier Véran affirme:

"Il y a une contamination qui est difficile à éviter c'est celle intrafamiliale. (...) Il y a des contaminations qui sont liées à l'activité professionnelle", liste-t-il.

Et de précisier:

"Il y a plus de contaminations en covoiturage quand on ne porte pas de masque qu'en transports en commun."

"Nous devons tenir encore", demande Olivier Véran

"Nous avons toujours agi pour préserver la santé des Français et l'économie française en parallèle. (...) Nous n'ignorons pas l'impact psychologique réel et que nous suivons au quotidien. (...) Nous devons tenir encore", demande Olivier Véran.

Olivier Véran: "Les variants circulent activement en France"

"Le paramètre qui nous inquiète est bien évidemment ces variants", affirme Olivier Véran, rappelant que ces derniers "sont plus contagieux" que le coronavirus classique.

"Les variants circulent activement en France", affirme-t-il.

Selon le ministre, "plus de 2000 patients par jour" sont touchés par un variant du Covid-19.

Dans les hôpitaux, "il y a désormais plus de patients graves"

Dans les hôpitaux, "il y a désormais plus de patients graves que de patients qui guérissent", s'inquiète Olivier Véran.

L'efficacité du couvre-feu "s'estompe", reconnaît Olivier Véran

Selon Olivier Véran "il y a eu un effet réel" du couvre-feu dans les départements qui l'ont mis en place à 18h dès le début du mois de janvier.

En revanche, le ministre de la Santé et des Solidarité" reconnaît que son "efficacité s'estompe" et qu'il "ne suffit pas à faire reculer le virus".

"Nous ne sommes pas à proprement parlé dans une vague épidémique", affirme Véran

Le ministre de la Santé et des Solidarité prend la parole.

"Nous ne sommes pas à proprement parlé dans une vague épidémique", souligne Olivier Véran, "mais le virus circule à un niveau élevé et circule un peu plus vite chaque semaine."

Les pharmaciens demandent à vacciner même si les doses sont "en très faible quantité"

Les pharmaciens demandent à vacciner contre le Covid-19 "le plus rapidement possible, même s'il n'y a pas beaucoup de doses" disponibles pour "infuser" "au plus profond du territoire", a indiqué jeudi le Conseil de l'Ordre, qui attend un feu vert officiel.

"On peut se féliciter du grand nombre de personnes vaccinées aujourd'hui mais le problème c'est que l'on ne cible pas encore assez la population cible, les personnes âgées de plus de 75 ans", a indiqué la présidente de l'Ordre des pharmaciens, Carine Wolf-Thal, lors d'un point de presse en visioconférence, citée par l'AFP.

"La seule façon d'y arriver (est) de passer par le réseau de ville et le trépied médecin, infirmier, pharmacien", et ce "dès que les vaccins AstraZeneca seront disponibles, même en très faible quantité", a ajouté Carine Wolf-Thal, considérant que "ça pourrait également être jouable avec les vaccins Pfizer et Moderna".

Pour l'OMS, il est "trop tôt pour lâcher du lest" sur les restrictions en Europe

Il est "trop tôt pour lâcher du lest" sur les restrictions en Europe, malgré le recul du nombre de nouveaux cas dans de nombreux pays, a affirmé jeudi la direction régionale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

"30 pays (sur les 53 de la région) ont vu une diminution significative du taux d'incidence cumulée sur 14 jours (...) Pourtant, les taux de transmission à travers l'Europe restent très élevés, ce qui a des répercussions sur les systèmes de santé et met les services de soin à rude épreuve, et il est donc trop tôt pour lâcher du lest", a déclaré le directeur Europe de l'OMS, Hans Kluge, lors d'une conférence de presse en ligne.

Les troubles anxieux et dépressifs à des niveaux "alarmants" chez les jeunes, selon un sondage

La crise sanitaire liée au Covid-19 pèse sur la santé mentale des jeunes Français, selon une enquête publiée jeudi, qui montre en particulier des niveaux "alarmants" de troubles anxieux et dépressifs chez les 18-25 ans, rapporte l'AFP.

Près des deux tiers des jeunes de cette tranche d'âge interrogés (61%) estiment que la crise sanitaire "aura des conséquences négatives sur leur santé mentale, "un peu" pour 42% d'entre eux et "beaucoup" pour 19%, indique cette enquête réalisée par l'institut Ipsos pour la Fondation Fontamental, réseau de chercheurs sur les maladies psychiatriques.

Chez l'ensemble des Français, tous âges confondus, cette proportion n'est que de 50%.

L'infectiologue Gilles Pialoux appelle à ne pas regarder "avec condescendance" ce qu'il se passe au Royaume-Uni

Gilles Pialoux appelle à ne pas répéter les erreurs du passé. "Il ne faut pas faire avec l'Angleterre ce qu'on a fait avec l'Italie (au début de l'épidémie, NDLR), c'est-à-dire qu'il ne faut pas regarder l'Angleterre de loin avec un peu de condescendance", a commenté sur BFMTV le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Tenon à Paris.

En Angleterre, "ils ont été envahis par ce variant en deux mois", a-t-il rappellé. Et l'infectiologue d'appeler les "experts de l'Éducation nationale" de "regarder les données de ciruclation du virus chez les lycéens, chez les étudiants en Grande-Bretagne": "Ce sont des incidences extrêmement élevées".

"On a déjà ces informations qui nous viennent de l'Angleterre, il faut les regarder et les utiliser pour prévenir", a-t-il poursuivi. "Ce sera probablement un confinement préventif, alors qu'on était plutôt dans des confinements qui courraient derrière l'épidémie - en tout cas le premier."

Les rendez-vous de 1ère injection reportés au mois de mars dans les Hauts-de-France

A cause des difficultés d'approvisionnement du vaccin, l'ARS des Hauts-de-France annonce des reprogrammations. Tous les rendez-vous pour la première injection qui étaient prévus jusqu'au mardi 2 février sont ainsi reportés à mars.

L'ARS assure en revanche que tous les rendez-vous pour la seconde injection sont maintenus.

Olivier Véran tiendra une conférence de presse à 14h

L'horaire de la conférence de presse de ce jeudi au ministère de la Santé est désormais connu: selon nos informations, Olivier Véran prendra la parole face aux journalistes à 14h, pour faire le point sur la situation épidémiologique.

Pfizer et BioNTech jugent leur vaccin efficace contre les variants britannique et sud-africain

Le vaccin Pfizer-BioNTech conserve la grande majorité de son efficacité contre les principales mutations des variants anglais et sud-africain du coronavirus causant le Covid-19, ont annoncé jeudi les deux sociétés dans un communiqué.

Des tests in vitro "n'ont pas montré la nécessité d'un nouveau vaccin pour faire face aux variants émergents", selon les compagnies, qui soulignent toutefois qu'elles "continuent de surveiller les variants émergents et sont prêtes à réagir" si une de ces mutations s'avérait résistante au vaccin.

Une conférence de presse au ministère de la Santé en début d'après-midi

Une conférence de presse sera organisée au ministère de la Santé en début d'après-midi, a appris BFMTV. On ne sait pas encore qui s'exprimera précisément: le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon seul, ou accompagné d'Olivier Véran? Le ministre de la Santé a annulé un déplacement prévu ce matin pour une réunion avec le président de la République.

Attal assure que le gouvernement "a toujours comme boussole" de "permettre à nos enfants d'aller à l'école"

Y aura-t-il de nouvelles restrictions pour les établissements scolaires et si oui lesquelles? "On a fait un choix qui est celui de maintenir le plus possible les écoles ouvertes, ce choix on en est fier", a répondu ce matin Gabriel Attal sur France Inter. "On a toujours comme boussole, autant que c'est possible, de permettre à nos enfants d'aller à l'école."

"Ça a toujours figuré dans nos priorités, après on est dans une situation particulière avec ce variant britannique qui se développe", a nuancé le porte-parole du gouvernement, évoquant un possible rallongement des vacances d'hiver.

Quelles sont les pistes envisagées par l'exécutif?

Quelles sont les dernières pistes envisagées par le gouvernement? Selon les informations du service politique de BFMTV, la décision va se jouer autour de la question des écoles: vont-elles rester ouvertes? Trois scénarios sont aujourd'hui sur la table, d'après plusieurs participants au Conseil de défense organisé ce mercredi:

  • Le premier, celui d'un couvre-feu la semaine assorti d'un confinement le week-end
  • Le deuxième, celui d'un confinement similaire à celui de l'automne, où les écoles restent ouvertes
  • Le troisième, l'option la plus "serrée" évoquée par Gabriel Attal, avec un confinement proche de celui du printemps, où les écoles restent fermées.

Des options intermédiaires sont également étudiées: les écoles maternelles et primaires pourraient-elle rester ouvertes, et les collèges et lycées fermer? Les conséquences économiques ne seraient pas les mêmes.

En tout cas, au moins trois ministres (Jean-Michel Blanquer, Frédérique Vidal et Roselyne Bachelot) ont exprimé ce mercredi des doutes sur une option trop "serrée". La décision d'Emmanuel Macron pourrait elle tomber dès ce weekend ou en début de semaine prochaine.

Macron organise une réunion sur les traitements ce jeudi matin

Emmanuel Macron consulte. Une réunion sur les traitements est organisée à l'Élysée ce jeudi matin avec plusieurs scientifiques. Autour du président de la République, d'Olivier Véran et de Jérôme Salomon seront notamment présents Jean-François Delfraissy et Yazdan Yazdanpanah, membre du Conseil scientifique.

L'exécutif étudie "différents scénarios", dont un "confinement très serré"

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de coronavirus. L'exécutif s'est encore accordé le temps de la réflexion avant d'éventuellement redonner un tour de vis face à l'épidémie de Covid-19, actant toutefois mercredi à l'issue du Conseil de défense que le couvre-feu à 18h00 "ne freine pas suffisamment" la propagation du virus.

D'ores et déjà, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué que "différents scénarios" étaient à l'étude, qui vont "du maintien du cadre actuel", piste qu'il a jugée "peu probable", jusqu'à "un confinement très serré".

BFMTV