BFMTV

Le couvre-feu à 18h "ne freine pas assez" le virus, "différents scénarios" étudiés par le gouvernement

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a pris la parole ce mercredi devant la presse, à l'issue du Conseil des ministres. Sans condamner définitivement l'efficacité du couvre-feu à 18h, il l'a jugée "relative".

Le couvre-feu instauré à 18h "a une efficacité relative" et "ne freine pas suffisamment" la propagation du Covid-19 pour être "pleinement efficace", a déclaré ce mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres ayant suivi un Conseil de défense à l'Elysée.

"Le couvre feu a été annoncé à 18h pour deux semaines mais à ce stade nous sommes proches des deux semaines et son efficacité est relative. Le virus continue à progresser et les variants évoluent à un rythme important. Le maintien du cadre actuel paraît peu probable en effet aujourd’hui", a-t-il même concédé.

Un "confinement très serré" parmi les mesures à l'étude

"Différents scénarios" sont à l'étude pour faire face à la situation sanitaire, et feront l'objet d'une concertation avec le Parlement et les syndicats, a toutefois ajouté Gabriel Attal.

"Nous envisageons plusieurs scénarios qui vont d'un maintien du cadre actuel avec le couvre-feu à 18 heures" - jugé toutefois "à ce stade peu probable" - jusqu'à un confiement très serré. Le président de la République a demandé des études épidémiologiques et scientifiques complémentaires sur ces scénarios", a détaillé le porte-parole du gouvernement.

Alors que la question des contrôles aux frontières étaient abordée, Gabriel Attal a expliqué que le président de la République avait demandé à "instruire deux scénarios".

Une prise de parole de Jean Castex?

"D'abord, le durcissement des contrôles et des règles aux frontières extra européennes. Ensuite, des sanctions pour les compagnies aériennes qui ne respecteraient pas les règles fixées, sanctions qui pourraient se traduire par une interdiction temporaire de travailler avec la France", a-t-il décrit.

Alors qu'Emmanuel Macron a exclu, par l'entremise de son entourage, de s'adresser aux Français d'ici à la fin de la semaine, Gabriel Attal a également semblé repousser pour le moment l'idée d'une prise de parole du Premier ministre Jean Castex jeudi. "Ce qui est prévu à ce stade, c'est un point d'Olivier Véran sur la situation sanitaire et pour le reste nous vous tiendrons informés", a dit le porte-parole du gouvernement.

Robin Verner avec AFP