BFMTV

Valls vs Mélenchon: le duel continue sous le hashtag #JeSuisLaBandeDeValls

L'ex-Premier ministre, Manuel Valls, le 3 octobre 2017 à l'Assemblée nationale à Paris

L'ex-Premier ministre, Manuel Valls, le 3 octobre 2017 à l'Assemblée nationale à Paris - PHILIPPE LOPEZ / AFP

#JeSuisLaBandeDeValls s'est hissé parmi les mots les plus partagés sur Twitter, après que l'ex-Premier ministre l'a utilisé en personne, ce dimanche.

La guéguerre entre Manuel Valls et Jean-Luc Mélenchon s'est délocalisée ce week-end sur les réseaux sociaux. À coups de hashtag "Je suis la bande de Valls", les partisans de l'ancien Premier ministre ont fait bloc pour défendre le député de l'Essonne face au chef de la France insoumise. Mais, Twitter oblige, le mouvement a vite été détourné.

La réplique de "l'ignoble Valls"

L'affrontement entre les deux hommes est né vendredi. Tout d'abord, Jean-Luc Mélenchon annonce qu'il démissionne de la mission parlementaire sur la Nouvelle-Calédonie, présidée par Manuel Valls. Pour justifier sa décision, le député de Marseille décrit l'ex-chef du gouvernement comme "un personnage extrêmement clivant" qui aurait une "proximité avec les thèses ethnicistes de l'extrême droite".

Manuel Valls réagit immédiatement sur Twitter, avec trois messages consécutifs. "Ignoble et outrancier texte de Mélenchon qui en claquant la porte de la mission Nouvelle-Calédonie, affiche son mépris pour les Calédoniens. Que vient faire Israël dans ce débat? Quel lien avec l'islamisme radical? Là encore, des raccourcis et allusions évidentes et délétères", s'insurge l'ancien Premier ministre.

Un hashtag lancé par le Printemps républicain

L'Insoumis réplique samedi sur Twitter, où il écrit: "Dorénavant, la bande à Valls est totalement intégrée à la fachosphère et à sa propagande". Le hashtag "Je suis la bande de Valls" -à la manière de "Je suis Charlie"- est lancé. "Merci à tous et à toutes #JeSuisLaBandeDeValls", tweete d'ailleurs le député de l'Essonne ce dimanche midi. Mais, qui remercie-t-il exactement?

Comme l'affirme le Huffington Post, seule quatre personnes ont utilisé le hashtag avant que Manuel Valls ne le reprenne lui-même. La première n'est autre que Lunise Marquis, maire-adjointe de la mairie du 12e arrondissement de Paris.

L'élue se revendique comme porte-parole du Printemps républicain, un mouvement qui défend la laïcité, souligne Le Lab.

Sans utiliser le hashtag en question, la députée LaREM Aurore Bergé ou encore le journaliste Mohamed Sifaoui ont également pris position pour l'ancien locataire de Matignon.

"Si la bande à Manuel Valls c'est lutter contre l'islamisme, l'extrême-droite, le racisme, l'antisémitisme et défendre la laïcité, j'en suis", écrit ce dernier.

Trending topics

C'est uniquement quelques minutes après le tweet de l'ancien chef du gouvernement, via son compte officiel aux presque 800.000 abonnés, que le hashtag "Je suis la bande de Valls" s'est hissé parmi les mots les plus partagés sur le réseau social.

Mais, comme souvent sur Twitter, le hashtag a rapidement été détourné par les internautes, notamment par des militants de la France insoumise.

Juliette Pousson