BFMTV

Valérie Pécresse sur les voies sur berge: "Anne Hidalgo a l'occasion de  de saisir la main que je lui tends"

Valérie Pécresse s'était opposée à la piétonisation des voies sur berge de la mairie de Paris.

Valérie Pécresse s'était opposée à la piétonisation des voies sur berge de la mairie de Paris. - ERIC PIERMONT - AFP

Au lendemain de l'annulation de la fermeture des voies sur berge, Valérie Pécresse a lancé un appel à la maire de Paris pour "se mettre tous ensemble autour de la table" et travailler à un nouveau projet.

C'est une victoire pour Valérie Pécresse. La présidente de la région Ile-de-France s'est réjouie ce jeudi de la décision du tribunal administratif de Paris d'annuler l'arrêté de piétonisation des voies sur berge, pris par la mairie de Paris. Invitée sur RTL, Valérie Pécresse a déploré "le gâchis" de ce projet mis en place par Anne Hidalgo et la "brutalité" de sa politique.

"La mairie de Paris a refusé de travailler en équipe, de travailler avec la Région (...). La mairie a l'occasion de se rattraper et de saisir la main que je lui tends", a-t-elle lancé.

"On est parti sur un mauvais pied", a poursuivi Valérie Pécresse regrettant "le refus obstiné" de la mairie de Paris de "travailler en équipe". 

"Un plan de circulation qui ne soit pas source de mal-être"

Avec la Région, Valérie Pécresse faisait partie des collectivités à l'origine du recours en justice devant le tribunal administratif. Avec plusieurs communes de petite et grande couronne, ils dénonçaient les temps de parcours allongés entraînés par la fermeture des voies sur berge et le manque de concertation. La présidente de l'Ile-de-France souhaite désormais travailler à un autre projet de circulation "douce".

"Le sujet c'est est-ce qu'on peut arriver à avoir un plan de circulation dans Paris qui ne soit pas une source de mal-être pour les Parisiens et les Franciliens", a encore indiqué Valérie Pécresse.

Cette dernière souhaite mettre en place "des mesures compensatoires" pour faciliter la transition vers des véhicules propres ou encore des parkings relais qui permettent de déposer sa voiture aux portes de Paris.

La présidente de la Région avait début 2017 proposé un plan alternatif à celui de la mairie avec le maintien d'une file de circulation sur les quais bas transformée en "voie apaisée" et la création d'une ligne de bus à haut niveau de service sur les quais hauts. 

C. B