BFMTV

"Va voir ta mère": Jean-Luc Mélenchon perd son sang froid face à un manifestant qui l'interpelle

BFMTV

Le président de la France insoumise s'est emporté face à un manifestant qui lui demandait de renforcer son soutien envers les contestataires du projet de réforme des retraites. Une injonction qui a rapidement agacé Jean-Luc Mélenchon.

Nouveau coup d'éclat du chef de file de la France insoumise. Ce mercredi, lors de la huitième journée de mobilisation contre le projet de réforme des retraite à Paris, Jean-Luc Mélenchon a perdu son sang froid face à un manifestant, rapporte Le Figaro. Ce dernier, un salarié d'EDF avançant avec le cortège, a hélé le député insoumis et sollicité son aide: "Il faut que vous veniez nous soutenir", lui lance-t-il.

Irrité par cette requête, Jean-Luc Mélenchon prend alors à témoin le député Eric Coquerel qui affirme que le patron de la France insoumise est présent "partout depuis le 5 décembre". Une intervention qui ne semble pas convaincre le manifestant qui objecte: "Que sur les plateaux de télévision!" Ce à quoi le principal intéressé, visiblement agacé, rétorque: "D'accord, allez va voir ta mère!" Puis il s'en va, mettant un point final à cet échange tendu.

108.400 manifestants dans toute la France

A Paris et en régions, les manifestations interprofessionnelles contre le projet de réforme des retraites se sont déroulées dans le calme, avec des cortèges moins fournis que précédemment. Selon le ministère de l'Intérieur, 108.400 personnes se sont rassemblées dans toute la France, dont 13.000 à Paris, contre 249.000 lors de la dernière journée de mobilisation, le 24 janvier. La CGT a, quant à elle, décompté 180.000 personnes ce mercredi entre la place d'Italie et les Invalides.

Si les grèves s'essoufflent, certains secteurs refusent de s'avouer vaincus. Les ports et docks ont ainsi appelé à une grève de 24 heures. Et dans le secteur des déchets, la CGT Énergie a reconduit jusqu'au 3 février l'arrêt des trois usines d'incinération parisiennes décidé jeudi dernier, compliquant la gestion quotidienne de 6000 tonnes d'ordures. L'intersyndicale se réunit ce mercredi soir pour décider de la suite du mouvement, des actions sont déjà prévues jeudi et vendredi.

Ambre Lepoivre