BFMTV

Une députée pose un problème de maths à Elisabeth Borne en pleine Assemblée

Maud Petit à l'Assemblée nationale

Maud Petit à l'Assemblée nationale - GERARD JULIEN / AFP

Maud Petit a interpellé ce mercredi la ministre des Transports d'une façon très inhabituelle, au sujet des dépassements budgétaires du Grand Paris Express. Pour résoudre cette équation délicate, la députée MoDem a imaginé un énoncé de problème de mathématiques, qu'elle a soumis en plein Hémicycle à Elisabeth Borne.

Le projet du Grand Paris Express promet de développer de nouvelles lignes de métro entre Paris et sa banlieue. L'enjeu économique et ferroviaire est donc des plus importants. Mais, pour la députée MoDem du Val-de-Marne, Maud Petit, le bât blesse lorsqu'on se penche sur la question du budget. Ce mercredi dans l'Hémicycle, elle a choisi de montrer la complexité de la situation en la coulant dans un problème de mathématiques ardu, qu'elle a soumis à la sagacité de la ministre des Transports, Elisabeth Borne. 

"Elisabeth, Gilles et Edouard"

Debout, au micro, elle a ainsi débuté: "Exercice 1: la Cour des comptes donne à Elisabeth un budget limité pour la réalisation du Grand Paris Express, en sachant que la facture initialement prévue autour de 19 milliards d’euros s’est vu drastiquement augmentée, au point d’atteindre les 38 milliards d’euros, qu’il reste encore plusieurs œuvres à réaliser et notamment des interconnexions". Elle a alors poursuivi, faisant référence au Premier ministre Edouard Philippe, et au député issu des Républicains, Gilles Carrez:

"Sachant que celles-ci ne sont pas encore budgétées, considérant que Gilles a été chargé par Edouard de trouver un autre financement pour respecter les limites de budget dont dispose Elisabeth, comment Elisabeth va-t-elle utiliser les informations de Gilles pour financer ces interconnexions tout en respectant son budget ?" Souriante, elle a conclu: "Vous avez deux minutes, madame la ministre, je vous remercie."

"L'ensemble du projet sera réalisé"

La réponse d'Elisabeth Borne avait plutôt des airs de profession de foi que de théorème: "Le Premier ministre l’a confirmé le 26 février dernier: l’ensemble du projet sera réalisé. Toutes ces gares, toutes ces lignes. C’est bien l’ensemble qui n’est pas remis en cause." Elle a ajouté: "Compte tenu des dépassements que vous avez mentionnés, une mission a effectivement été confiée au député Gilles Carrez pour trouver de nouvelles ressources et que ces ressources puissent être inscrites dès la loi de finances pour 2019."

Robin Verner