BFM Eco

CARTE- Grand Paris Express: la mise en service de plusieurs lignes repoussée

-

- - BFM Paris

La priorité est donnée aux lignes 14, 15 Sud, au tronçon commun des lignes 16 et 17 pour 2024. Les autres lignes seront retardées, mais l'objectif global de 2030 est maintenu. Découvrez sur notre carte le nouveau calendrier du futur super métro.

Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre des Transports Elisabeth Borne ont dévoilé ce jeudi le nouveau calendrier du Grand Paris Express. Le gouvernement s'est d'abord engagé à réaliser l'intégralité du projet mais avec des tronçons à réaliser en premier.

"La première priorité concerne la mise en service des lignes qui bénéficient au plus grand nombre de Franciliens", a précisé Elisabeth Borne depuis Matignon.

Le prolongement de la ligne 14, la ligne 15 Sud, le tronçon commun des lignes 16 et 17 entre Saint-Denis Pleyel et Le Blanc Mesnil ainsi que la ligne 16 entre Le Bourget RER et Clichy-Montfermeil ont la priorité, elles seront réalisées à l'horizon 2024. 
Grand Paris Express
Grand Paris Express © Emeline Gaube / BFM Paris

Lignes 18, 17 nord, 15 Est et Ouest retardées

L'objectif de réalisation des 200 km de lignes du super métro reste maintenu à 2030 mais certaines lignes vont être "recalées", avec un calendrier rééchelonné. "L'objectif reste le même, faire au plus vite mais en maîtrisant strictement les coûts et en respectant les délais qu'on aura fixé", a précisé Elisabeth Borne. Le premier tronçon de la ligne 18 entre l'aéroport d'Orly et le plateau de Saclay sera réalisé "au plus tard en 2027", le reste de la ligne doit être mis en service en 2030 comme prévu.

Concernant la ligne 17 nord jusqu'au triangle de Gonesse, la mise en service est aussi prévue pour 2027. Des études vont être menées pour "savoir s'il est techniquement possible de desservir la gare du Bourget pour 2024", alors que cette gare doit accueillir le village média des JO. Le bouclage des lignes 15 Est et Ouest est prévu pour 2030, tout comme le reste du tronçon de la ligne 16.

Edouard Philippe a défendu devant la presse un calendrier "réaliste" revendiquant un discours "de vérité". Il a par ailleurs précisé qu'un autre enjeu sera aussi le financement du projet avec la préparation d'un "plan d'optimisation permettant de comprimer le coût global du projet". Le Premier ministre vise "une optimisation de l'ordre de 10%" du coût total évalué à 35 milliards d'euros.

C. B