BFMTV

Primaire à droite: Juppé écrase la concurrence et devance Sarkozy de 17 points

Alain Juppé est crédité de 41% d'intentions de vote pour le premier tour, en tête devant Nicolas Sarkozy qui recueillerait 24% des voix, selon notre dernier sondage Odoxa-Dentsu Consulting. Au second tour, l'ancien Premier ministre l'emporterait quelle que soit la configuration.

Alain Juppé écrase toujours la concurrence. A quelque six mois de la primaire à droite, le maire Les Républicains (LR) de Bordeaux, qui caracole en tête des sondages d'opinion depuis des mois, se détache toujours nettement avec 41% d'intentions de vote pour le premier tour du scrutin de novembre, selon le dernier sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour BFMTV et le Parisien-Aujourd’hui en France publié ce mardi matin.

Un chiffre qui le place loin devant ses rivaux pressentis ou déclarés, puisque après lui, le président de Les Républicains, Nicolas Sarkozy, stagne à 24% d'intentions de vote pour le premier tour... Soit 17 points de moins. Star des réseaux sociaux, d'après les mesures réalisées par Dentsu-Consulting, l'ancien chef de l'Etat ne parvient pourtant pas à rattraper sa chute dans l'opinion en mars, après sa mise en examen pour financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012.

-
- © BFMTV

Le Maire se maintient, Fillon se réveille

Vient ensuite le député LR de L'Eure Bruno Le Maire, qui après avoir connu une poussée dans les sondages fin mars peu après l'annonce de sa candidature, se maintient mais ne progresse plus. Puis François Fillon: le député LR de Paris, qui tentera ce mardi le "meeting 2.0" pour relancer sa campagne, redresse un peu la tête, sans revenir à la troisième place. 

Autre enseignement: au second tour de la primaire à droite, Alain Juppé l'emporterait haut la main dans tous les cas de figure, qu'il soit opposé à Nicolas Sarkozy (63% d'intentions de vote contre 37%), à Bruno Le Maire (66% contre 34%) ou à François Fillon (72% contre 28%). 

-
- © BFMTV

Un Français sur quatre est prêt à voter

Il ressort enfin de l'enquête que, s’ils jugent qu’elles génèrent trop de candidatures et trop de divisions, les Français plébiscitent le principe des primaires. Sur les 7.088 personnes interrogées, 1.660 comptent ainsi voter lors des ces primaires, et 12% sont même certains de le faire. 

Pour autant, les électeurs de droite restent inquiets. 58% d'entre eux redoutent qu'une telle élection ne divise leur camp à la veille de l'échéance présidentielle de 2017. En cause principalement, le nombre de candidats: 75% pensent qu'il est trop élevé. 

La notice de ce sondage peut être consultée à la Commission des Sondages. La première diffusion de ce sondage a été effectuée sur le site Internet d’Odoxa (http://www.odoxa.fr/) et comporte toutes les précisions demandées par la loi.

V.R.