BFMTV

Sondage BFMTV - Gilets jaunes: 84% des Français condamnent les violences de samedi dernier

L'institut Elabe a exploré l'évolution de la perception que les Français ont des gilets jaunes après la mobilisation particulièrement mouvementée de samedi dernier. Ils sont 70% à juger que les manifestants ont pris leurs distances avec les premières revendications de ce phénomène social et politique. Cependant, bien qu'en chute, l'approbation du mouvement reste majoritaire, et très forte au sein des classes populaires.

Les mouvement inscrits dans la durée, après avoir éclos spontanément, risquent toujours de perdre de vue leurs aspirations originelles. Soit dérive, soit évolution au gré des circonstances, les objectifs initiaux peuvent changer ou se perdre en route. Selon notre nouveau sondage Elabe "L'Opinion en direct" que nous diffusons ce mercredi matin, et réalisé après le dix-huitième et tendu week-end de mobilisation, 70% des Français jugent ainsi que les manifestations de gilets jaunes se sont éloignées de leurs premières revendications. C'est 6% de plus que lors de la précédente mesure le 13 février dernier. Ils sont 30% à affirmer au contraire que les mécontents campent fermement sur leurs volontés initiales. 

Une impression générale d'éloignement 

L'impression de gilets jaunes s'étant dégagés de leurs buts de novembre dernier est générale. Elle est particulièrement forte chez les personnes de 65 ans et plus qui en font part à hauteur de 81%, et les classes sociales supérieures avec un score de 73%. Géographiquement, cette analyse est très partagée dans l'agglomération parisienne, 75% des Franciliens se prononçant en ce sens, et parmi les populations des grandes agglomérations, avec à nouveau un taux de 73%. 

elabe
elabe © Capture d'écran Elabe

Ce diagnostic est presque unanime sur la scène politique, si l'on examine la question électorat par électorat. 90% des Français proches des Républicains pointent cet éloignement supposé. 88% des sympathisants de La République en marche en font autant. 68% des Français sans affiliation partisane, et une proportion égale de socialistes, le disent également. Même au sein des familles politiques les plus favorables au mouvement, on reconnaît majoritairement cette évolution: 61% des électeurs du rassemblement national et 56% des partisans de la gauche non socialiste, dont bien sûr ceux de la France insoumise. 

Classes moyennes et retraités prennent leurs distances

Cette prise de distance avec les origines équivaut-elle à un isolement des gilets jaunes vis-à-vis du reste de la population? Non, l'approbation du mouvement est toujours majoritaire parmi les Français bien qu'un glissement significatif se soit opéré ces derniers jours. Ainsi, 53% de nos concitoyens approuvent le mouvement, soit qu'ils le "soutiennent" soit qu'ils aient de la "sympathie" pour lui, mais ce niveau est plus bas de huit points par rapport à la mesure de la semaine dernière. Plus précisément, 24% des Français déclarent leur soutien, tandis que 29% vont jusqu'à la sympathie. En revanche, 35% des Français, en hausse de sept points, se disent opposés ou hostiles aux gilets jaunes désormais. 12% assurent être indifférents. 

Le soutien des classes populaires ne se dément pourtant pas, ou très peu. 65% accordent toujours leur satisfecit aux manifestants, en baisse de deux points à peine. Le trou d'air se situe ailleurs. On l'observe en premier lieu au sein des classes moyennes où l'approbation tombe à 49%, après une perte de cinq points. Les retraités sont plus sévères encore, n'étant plus que 44% à se mettre du côté des gilets jaunes, après un décrochage de 16 points. Le decrescendo est important dans l'agglomération parisienne où 44% des habitants approuvent toujours le mouvement, contre 55% précédemment. 

Si l'on se reporte vers le prisme politique, on voit que c'est du côté des Français sans préférence partisane que le coup est le plus rude pour les gilets jaunes. La cote d'approbation y passe à 53%, après un chute de 19 points. L'approbation n'est plus que de 40%, en baisse de cinq points, parmi les électeurs de LR, tandis que la désapprobation gagne 73% des sympathisants de La République en marche. Les électeurs du Rassemblement national sont toujours 69% à appuyer les cortèges, ne trébuchant que de deux points. La gauche non socialiste présente l'approbation la plus forte, à hauteur de 70%. 

Violences et dysfonctionnements 

Le spectacle des violences samedi dernier sur les Champs-Elysées a pu jouer et peser à la baisse sur le lien entre les Français et les gilets jaunes. 84% des Français condamnent les violences et 28% les comprennent, ce qui signifie également que 17% condamnent et comprennent à la fois. 

L'institut Elabe a interrogé son panel sur des sujets plus vastes encore. Et il apparaît que le tableau de la situation est sombre lorsque les Français le dépeignent. Ils sont 67% à déclarer que la démocratie fonctionne mal en France, dont 20% très mal. Ce niveau atteint même 74% au sein des classes populaires, et 88% au sein des électeurs de Marine Le Pen et 75% en ce qui concerne ceux de Jean-Luc Mélenchon. 74% de nos compatriotes posent enfin que les inégalités sociales se sont aggravées ces dernières années. 

Elabe
Elabe © Capture Elabe

Sondage Elabe pour BFMTV réalisé sur un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l'interviewé après stratification par région et catégorie d'agglomération. Interrogation par Internet les 18 et 19 mars 2019. 

Robin Verner