BFMTV

"Sincérité et simplicité": dans son livre, Nicolas Sarkozy ne tarit pas d'éloges sur Brigitte Macron 

Nicolas Sarkozy en compagnie du couple présidentiel, Emmanuel et Brigitte Macron en septembre 2017.

Nicolas Sarkozy en compagnie du couple présidentiel, Emmanuel et Brigitte Macron en septembre 2017. - LUDOVIC MARIN / AFP

Dans son livre Passions, l'ancien président de la République a des mots assez tendres à l'égard d'Emmanuel Macron, mais aussi de son épouse Brigitte Macron. Nicolas Sarkozy se souvient notamment d'un dîner à l'Elysée, au cours duquel il dit avoir été "sensible à la sincérité et la simplicité" de la Première dame.

Dans son ouvrage Passions, qui sort ce jeudi en librairies, et dont l'hebdomadaire Le Point a publié les "bonnes feuilles" ce mercredi, Nicolas Sarkozy chante les louanges de Brigitte Macron, qu'il a rencontrée lors d'un dîner avec le couple présidentiel au palais de l'Élysée, dans le courant de l'été 2017. "C'est une femme de qualité", écrit l'ancien président.

De manière générale, il dresse un portrait élogieux du couple présidentiel, mais tout particulièrement de l'actuelle Première Dame:

"Le dîner fut d'autant plus agréable qu'il commença par une déclaration de Brigitte Macron précisant: 'J'ai toujours eu de la sympathie pour vous et je ne le regrette pas.' J'ai été sensible à la sincérité et à la simplicité de Brigitte Macron. C'est une femme de qualité. J'apprécie son engagement auprès de son mari, et la conscience avec laquelle elle remplit son rôle".

Sarkozy n'a "aucun problème à revenir à l'Élysée"

Dans Passions, Nicolas Sarkozy se souvient du moment, il y a deux ans, où Emmanuel Macron l'a invité à dîner avec son épouse à l'Élysée. Il écrit: "Avec délicatesse, au téléphone, il me demanda si revenir à l'Elysée me gênait. Je répondis: 'En aucun cas, je n'y ai gardé que de bons souvenirs!'".

Un peu plus tôt dans l'ouvrage, il confie n'avoir aucun problème à revenir à l'Élysée et ne pas connaître "la nostalgie". "Celle-ci m'est étrangère, qu'il s'agisse des personnes comme des lieux. C'est ainsi que je n'ai jamais compris la réaction de Valéry Giscard d'Estaing, qui a toujours refusé de remettre les pieds à l'Elysée après sa défaite de 1981!".

"C'est avec plaisir que nous franchîmes les grilles du parc", se souvient Nicolas Sarkozy. "Je retrouvais avec joie des lieux familiers et des visages amicaux. Les huissiers et les maîtres d'hôtel me demandèrent des nouvelles de Giulia, qu'ils avaient vue naître au palais. En m'y installant, juste après mon élection, je savais pertinemment que je n'étais que de passage, que les lieux ne m'appartenaient pas. Je n'ai donc eu aucun mal à les quitter et pas davantage à les retrouver, ne serait-ce que l'espace d'une soirée." 
dossier :

Nicolas Sarkozy

Jeanne Bulant