BFMTV

Sibeth Ndiaye: les anciennes casseroles de la nouvelle porte-parole du gouvernement

Sibeth Ndiaye aux côtés d'Emmanuel Macron le 4 octobre 2018 à Colombey-les-Deux-Églises.

Sibeth Ndiaye aux côtés d'Emmanuel Macron le 4 octobre 2018 à Colombey-les-Deux-Églises. - Ludovic Marin - AFP

Tout juste nommée porte-parole du gouvernement, la conseillère en communication Sibeth Ndiaye voit déjà ressurgir d'anciennes casseroles qui pourraient ternir son arrivée.

"Sibeth Ndiaye, quand même, elle a été l’auteure de cette phrase, il y a quelques mois. Elle disait ‘j’assume totalement de mentir’", déclarait Ian Brossat, tête de liste du parti communiste aux européennes, sur BFMTV dimanche soir. Jusque-là conseillère presse et communication de l'Élysée, Sibeth Ndiaye a été nommée dimanche porte-parole du gouvernement, et succède ainsi à Benjamin Griveaux, parti briguer l'hôtel de ville de Paris.

Elle prend son nouveau poste aux côtés d'Amélie de Montchalin, qui remplace Nathalie Loiseau comme secrétaire d'État chargée des Affaires européennes. Cédric O succède quant à lui à Mounir Mahjoubi en tant que secrétaire d'État en charge du Numérique. De ces trois annonces, c'est celle de Sibeth Ndiaye qui fait le plus couler d'encre, car ces deux dernières années, le grand public a pu entendre parler d'elle pour les couacs auxquels elle est associée.

"J'assume parfaitement de mentir pour protéger le président"

"Sibeth Ndiaye, quand même, elle a été l’auteure de cette phrase, il y a quelques mois. Elle disait ‘j’assume totalement de mentir’ (…) je ne suis pas persuadé que cela fasse avancer la démocratie dans notre pays", déclarait Ian Brossat dimanche, ajoutant: "avant d'être collaboratrice à l'Élysée, elle était collaboratrice de Claude Bartolone, donc elle a une carrière de collaboratrice d'élus, ne m'expliquez pas que cela révolutionne la politique, c'est le pire de la politique".

Fidèle parmi les fidèles, Sibeth Ndiaye a participé à l'élection d'Emmanuel Macron en tant que chargée de la communication et des relations avec la presse. Quelques semaines après son élection présidentielle, elle déclarait à L'Express: "j'assume parfaitement de mentir pour protéger le président". Une parole reprise par l'opposition aujourd'hui, qui pourrait lui coller à la peau pour ce nouveau poste.

"Le mensonge devient officiellement porte-parole du Gouvernement", tweete par exemple Julien Sanchez, porte-parole du Rassemblement National.

"C’est du travail de sagouin!"

Sibeth Ndiaye avait été révélée aux yeux du grand public avec le documentaire "Emmanuel Macron, les coulisses d'une victoire", dans lequel Yann L’Hénoret filmait l'équipe de campagne du futur président de la République. Une scène la montrait notamment s'énervant contre un journaliste du magazine Les Inrocks après un article reprenant des propos d'Emmanuel Macron.

"Faites votre boulot les gars aussi. Non mais là, ça me saoule. Franchement, là, je suis saoulée", déclarait-elle devant la caméra, "c’est pas du travail de journaliste, c’est du travail de sagouin!"

Ce caractère trempé ne la quittera pas à l'Élysée, où des tensions avec la presse avaient éclaté dès le début du mandat d'Emmanuel Macron, alors que des journalistes étaient tenus à l'écart de certains événements, et d'autres choisis par le chef de l'État pour certains déplacements.

"Yes, la meuf est dead"

Ce lundi dans les colonnes du Parisien, des collaborateurs du gouvernement mettent en avant la "battante" et "l'énorme bosseuse" qu'est Sibeth Ndiaye. Mais un conseiller ministériel souligne une attitude parfois "dure" voire "cassante".

"Depuis que le communiqué du remaniement est tombé, on s’appelle tous entre nous. On est sciés, pour ne pas dire dubitatifs. On ne comprend pas", confie carrément un autre au quotidien francilien.

D'autres épisodes polémiques sont en effet associés à Sibeth Ndiaye depuis le début du mandat. C'était notamment elle qui avait tweeté en juin la vidéo controversée dans laquelle Emmanuel Macron déclare:

"On met un pognon de dingue dans des minima sociaux et les gens ne s'en sortent pas".

Dernièrement, Sibeth Ndiaye avait été grandement critiquée après des révélations du Canard Enchaîné, en août. Elle aurait confirmé la mort de Simone Veil à un journaliste en écrivant "Yes, la meuf est dead". La conseillère communication avait immédiatement démenti avoir écrit ce message.

Enfin, samedi, le quotidien Le Monde assurait que Sibeth Ndiaye avait orienté des journalistes vers le compte Twitter French Politic. Cette page avait notamment diffusé des vidéos visant à atténuer la responsabilité d'Alexandre Benalla dans l'affaire de la Contrescarpe, où l'ex-collaborateur avait, entre autres, été filmé rudoyant un homme et une femme le 1er mai dernier.

Une première vidéo montrait ce couple lançant des projectiles sur les forces de l'ordre, fait qu'ils n'ont jamais nié et pour lequel ils ont été condamnés à 1000 euros d'amende. Dans une seconde, un homme très agité poursuivant un policier une chaise à la main était présenté comme l'homme du couple, ce qui s'est avéré faux par la suite.

Salomé Vincendon