BFMTV

Sarkozy, "frime" et cocktail: les coulisses de la remise de la Légion d'honneur à Houellebecq par Macron

Michel Houellebecq et son épouse à l'Elysée.

Michel Houellebecq et son épouse à l'Elysée. - BFMTV

Jeudi soir dernier, Michel Houellebecq a été fait chevalier de la Légion d'honneur par Emmanuel Macron à l'Elysée. Devant un parterre d'invités disparate, le président de la République a rendu hommage au regard jeté par l'écrivain sur le monde dans ses romans.

Il n'a cessé de s'approcher, mais aussi de caricaturer le monde politique dans ses romans. On s'attendait donc d'autant moins à le voir décoré par les institutions et le sommet de l'Etat. Pourtant, figurant parmi la liste des promus du 1er janvier, Michel Houellebecq a bien été fait chevalier de la Légion d'honneur par Emmanuel Macron jeudi soir dernier à l'Elysée. Nos informations nous permettent désormais de dessiner un aperçu de la soirée. 

Macron encense un "romantique"

Emmanuel Macron a ouvert l'événement en prononçant son discours. Dépeignant son interlocuteur en "romantique dans un monde devenu matérialiste" et le qualifiant d'"immense écrivain", il a livré sa lecture de son oeuvre: 

"Vous examinez l’homme occidental contemporain se débattre avec peine dans un monde privé de transcendance. Vous avez renouvelé le roman français. Si vous ne retranchez rien de la banalité de la laideur de la désolation, vos livres témoignent aussi d’une aspiration maintenue à la beauté, à la bonté, à l’amour et au bonheur. Vos romans font entrer en littérature l’entreprise, les sciences, l’informatique, l’administration, les supermarchés, la publicité, le tourisme de masse, la sexualité."

Prenant acte de la division de l'opinion au sujet du décoré, il est revenu sur les termes de la controverse, notant qu'alors que pour certains Michel Houellebecq apparaît comme "islamophobe, misogyne et réactionnaire", il passe pour "visionnaire" auprès des autres.

"Vous saisissez l’époque comme personne", a lancé le chef de l'Etat, d'après un des convives.

Evoquant un fil de la trame de son dernier roman, Sérotonine, publié il y a quelques mois, Emmanuel Macron a félicité, comme l'a relaté un spectateur, l'auteur pour une forme de prémonition de la crise des gilets jaunes:

"Dans votre description des agriculteurs, certains ont vu le mouvement de contestataires qui se mobilisent les samedis et qu’aucun homme politique n'avait vu venir".

Mais c'est bien Soumission, paru en 2015, qui avait soulevé le plus de soufre autour de l'homme de lettres. Emmanuel Macron a exprimé son sentiment sur cette polémique, soulignant que tandis que nombre de lecteurs avaient vu dans le livre le simple récit de la prise du pouvoir par un parti islamiste, il regrettait que personne n’ait vu qu’il décrivait aussi un monde politique explosé, composé de partis affaiblis. 

Des invités choisis avec soin 

Outre le discours présidentiel, l'attention du public s'est naturellement porté sur Michel Houellebecq. Anticonformiste, bien que très médiatisé et gros vendeur de livres, sulfureux, l'écrivain est cependant apparu cravaté pour l'occasion. Habillé d'une veste à carreaux, l'auteur est apparu visiblement réjoui. L'un des invités s'est souvenu: "Il s’est baladé entre tout le monde et il a dit 'Je frime', c’était très touchant".

Les convives étaient nombreux pour l'occasion. On pouvait y croiser Nicolas Sarkozy (d'ailleurs brièvement portraituré par Michel Houellebecq dans son avant-dernier né, Soumission), Alain Finkielkraut (avec lequel il partage l'étiquette d'"anti-moderne" pour certains), l'écrivain Frédéric Beigbeder, l'artiste Jean-Louis Aubert. Et si, dans La carte et le territoire, Michel Houellebecq faisait référence à Jean-Pierre Pernaut, un autre journaliste était cette fois de la partie: David Pujadas. Un aréopage choisi par l'auteur lui-même, comme l'explique un membre de l'assistance.

"La règle c’est que c’est le récipiendaire qui choisit le format de la cérémonie et les invités. Michel Houellebecq n’a voulu inviter que des gens dont il était sûr qu’ils n’étaient pas fâchés les uns avec les autres"

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, était également présent. Selon l'une de nos sources, un étonnant souvenir unit en effet les deux hommes: ils ont sympathisé après que Bruno Le Maire, qui était à l'époque le ministre de l'Agriculture du gouvernement Fillon, a fait en sorte que le chien de l'auteur, mort en Irlande où Michel Houellebecq a résidé, puisse être enterré à Asnières-sur-Seine. 

Cocktail ambulatoire 

Un membre de l'assistance raconte que le discours "mettait d’accord" des personnalités aussi diverses qu'Alain Finkielkraut et l'ex-journaliste devenu conseiller de la présidence, Bruno Roger-Petit. Un cocktail a succédé à la prise de parole du chef de l'Etat. Brigitte Macron a alors fait visiter le rez-de-chaussée de l'Elysée à quelques invités. Peut-être une dernière occasion pour Michel Houellebecq de promener sur le palais son regard hésitant, entre ironie et fatalisme. 

dossier :

Nicolas Sarkozy

Agathe Lambret avec Robin Verner