BFMTV

Retrait de l'âge pivot: Elisabeth Borne juge qu'"il n'y a plus aucune raison que la grève se poursuive"

Invitée de BFM Politique ce dimanche, Elisabeth Borne a estimé que "le compromis" proposé samedi par Edouard Philippe, a savoir le retrait de l'âge pivot à 64 ans du projet de loi sur la réforme des retraites, est une garantie suffisante pour les syndicats.

En pleine journée de mobilisation intersyndicale, Édouard Philippe a annoncé samedi le retrait de l'âge pivot à 64 ans du projet de loi de réforme des retraites. Une déclaration saluée par les syndicats réformistes, notamment la CFDT et l'Unsa. Invité de BFM Politique ce dimanche, Elisabeth Borne s'est elle aussi félicitée de la disparition de l'âge pivot du texte. "C’était important qu'on démontre qu'on est ouverts sur la solution", a assuré la ministre des Transports et de la Transition écologique.

"C'est vraiment une très bonne chose qu’on ai trouvé un compromis. Je suis fière d’être dans un gouvernement qui sait trouver des compromis avec les organisations syndicales réformistes", a ajouté Elisabeth Borne.

"Tout le monde aspire à retrouver une vie plus facile"

Si la ministre a botté en touche sur la question du délai de retrait de l'âge pivot du projet de loi - qui est intervenu après 38 jours de grève - elle estime que ce "compromis" est une garantie suffisante pour mettre un terme au mouvement social débuté le 5 décembre dernier.

"Il y avait un sujet de débat, de discussions. Maintenant, on a un compromis qui est sur la table, donc il n’y a plus aucune raison que ce mouvement grève se poursuive. Je le dis clairement aux agents de la SNCF et de la RATP. (...) Je pense que tout le monde aspire à retrouver une vie plus facile."

Notre invitée a par ailleurs assuré que l'idée d'une réintroduction de l'âge pivot dans la future réforme des retraites venait "de nulle part".

"Je pense qu’on peut dire que c’est une fausse information", a lancé la ministre, qui a fermé la porte à un débat sur le service minimum malgré la poursuite de la grève. "C’est pas la réponse immédiate", a-t-elle ajouté.

Malgré le retrait de l'âge pivot, plusieurs syndicats, dont Sud Rail, la CGT et Force ouvrière continuent en effet de réclamer le retrait pur et simple de la réforme. L'intersyndicale a ainsi appelé à une nouvelle journée de mobilisation à travers la France, le jeudi 16 janvier

Juliette Mitoyen