BFMTV

Raquel Garrido: rentrée ratée pour l'Insoumise

Raquel Garrido.

Raquel Garrido. - AFP

La porte-parole de Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne présidentielle est omniprésente dans les médias depuis début septembre. Une nouvelle vie pour le meilleur et pour le pire.

Depuis qu'elle n'a plus de fonction officielle au sein de La France insoumise, on n'a jamais autant entendu parler Raquel Garrido. Un paradoxe pour l'ancienne porte-parole - et accessoirement son avocate - de Jean-Luc Mélenchon lors de la dernière campagne présidentielle. Blog, chaîne Youtube - qu'elle partage avec son compagnon le député FI Alexis Corbière - invitations dans les médias, compte Twitter archi-alimenté suivi par plus de 32.000 abonnés et, depuis la rentrée, une place de chroniqueuse dans l'émission de Thierry Ardisson, Les Terriens du dimanche!.

Cette surexposition médiatique et cette multiplication d'interventions, qu'elle veut au service de la cause, n'est pas sans conséquence. Dernier exemple en date: elle est apparue dans le viseur du Canard enchaîné. Cette semaine, le journal satirique a révélé que l'Insoumise avait six ans d'arriérés dans ses cotisations sociales à la caisse des retraites des avocats. Une aberration pour les opposants de celle qui n'hésite pas à dénoncer les cadeaux fiscaux faits aux plus riches.

Maladresses successives

Rapidement, la Caisse nationale des barreaux français a expliqué qu'elle s'était engagée à payer ses cotisations et qu'un échéancier avait été établi entre les deux parties. L'affaire rebondit ce vendredi avec les justifications étonnantes de Raquel Garrido dans une "stories" du réseau social Snapchat de la star des ados, Jeremstar, et montre que l'Insoumise ne compte pas se mettre au régime médiatique, et ce malgré ses maladresses successives.

Ancienne membre du Parti socialiste, Raquel Garrido avait suivi Jean-Luc Mélenchon lors de son émancipation en 2008. Rapidement, elle gravit les échelons et apparaît en première ligne de La France insoumise lors des dernières élections. Même si elle n'a plus de mandat, sa voix porte toujours surtout après s'être fait remarquer en se faisant embaucher sur C8.

C'est dans ce cadre, qu'elle en vient à interroger le Premier ministre, Edouard Philippe, lors d'une conférence de presse où il présente les ordonnances de réforme du code du travail. Un mélange des genres inédit.

"Au coeur du système"

D'ailleurs, c'est cette nouvelle casquette de chroniqueuse pour la chaîne de Vincent Bolloré, incarnation du capitalisme, que son parti ne cesse de combattre. "L’alternative, c’est quoi ? Qu’on ne soit présent nulle part?", se défend-elle dans les colonnes de Libération, assurant n'avoir aucun contact direct avec le patron de la chaîne. "On sait très bien qu’on nous utilise sous prétexte de pluralisme. Ce qui compte, c’est d’avoir une des nôtres au cœur du système pour pouvoir le perturber", surenchérissait Sophia Chikirou, dircom' de La France insoumise.

Mais à force de vouloir réagir sur tous les sujets, Raquel Garrido réalise des sorties de route. Au soir de l'effondrement d'une barrière au stade d'Amiens, qui a fait une trentaine de blessés, la chroniqueuse tweete une comparaison hasardeuse pour dénoncer les inégalités financières dans le milieu du football. 

"J'ai assisté ce soir au match PSG-Bordeaux, événement qui coûte des millions, tandis qu'à Amiens-Lille une tribune s'effondre. Cherchez l'erreur", lance l'Insoumise sur le réseau social. Message qu'elle avait dû retirer face au tollé provoqué alors que l'émotion était intense.

Elle était également devenue la risée du web quand elle avait réagi à la manifestation du 23 septembre dernier organisée par son parti dans l'émission où elle intervient Les Terriens du dimanche!. Raquel Garrido avait parlé de "succès" du rassemblement. Problème: l'enregistrement du programme avait eu lieu... deux jours avant le rendez-vous populaire de Jean-Luc Mélenchon.

Justine Chevalier