BFMTV

Qui est Jean-Frédéric Poisson, le candidat inconnu de la primaire à droite?

Jean-Frédéric Poisson est l'un des sept candidats qui participeront ce jeudi soir au premier débat de la primaire de la droite et du centre. S'il est le moins connu de tous, il compte se démarquer de ses rivaux par "la force des convictions".

Il a bien l'intention de faire entendre sa voix conservatrice durant le premier débat de la primaire de la droite et du centre ce jeudi soir. Jean-Frédéric Poisson, président du parti chrétien-démocrate (PCD) depuis 2013, brigue l'investiture à la présidentielle. Et se montre combatif, malgré son manque de popularité; il n'est crédité que de 1,5% des intentions de vote pour le premier tour de la consultation.

Touché par la grâce divine à 9h15

Docteur en philosophie, Jean-Frédéric Poisson a pourtant connu un parcours scolaire chaotique; il a été exclu de huit établissements. Élevé par des parents agnostiques, c'est en classe de terminale, lors d'un cours de philosophie, qu'il connaît une révélation. Il assure avoir été touché par la grâce divine un "samedi 30 janvier 1982 à 9h15". Et se convertit au catholicisme.

Le candidat est le successeur de Christine Boutin, fondatrice en 2009 de ce petit parti à droite de la droite. S'il ne compte que 10.000 adhérents, Jean-Frédéric Poisson entend bien s'imposer face aux six autres candidats.

"Je vais me faire entendre comme je fais d'habitude, a-t-il assuré lors d'une conférence de presse. C'est-à-dire avec la force des convictions que je porte."

"Les racines chrétiennes de la France"

Parmi celles-ci: la religion chrétienne. Dans la permanence de son bureau à Rambouillet, le député des Yvelines affiche sur son bureau deux petites icônes de la vierge Marie et de Jésus. Il l'affirme: la religion, "c'est important dans ma vie donc également dans ma vie politique".

Le Parti chrétien démocrate milite depuis sa création pour faire inscrire "les racines chrétiennes de la France" dans la Constitution. "C'est notre histoire qui le dit", se justifie Jean-Frédéric Poisson pour BFMTV. Et selon lui, cela ne discriminerait pas pour autant les croyants d'autres confessions.

"Que les Français soient croyants ou pas, chrétiens ou non, agnostiques ou tout ce que vous voulez, ils profitent de la conception que nous avons héritée de la pensée chrétienne."

La polémique sur le burkini "parfaitement déplacée"

Une position qui lui a fait prendre ses distances cet été lors de la polémique sur le burkini. Une controverse "parfaitement déplacée", selon lui.

"On ne gagne pas une guerre en demandant à son ennemi de changer de maillot de bain, ça me paraît parfaitement disproportionné", ajoute-t-il.

Autre point sur lequel Jean-Frédéric Poisson se démarque de ses rivaux: l'extrême droite. Le candidat estime que la droite devrait dialoguer avec le Front national. Comme il le confiait récemment à Libération, il accorde à Marion Maréchal Le Pen "une sympathie humaine et politique".

Abroger la loi Taubira

Parmi ses principales propositions: le retrait de la loi Taubira instaurant le mariage entre les couples de même sexe. Il l'assure, s'il accède au pouvoir, il abrogera ce texte "purement et simplement".

Pour le débat de ce jeudi soir, il s'est entraîné à tout formuler en 60 secondes. "Il faut apprendre à exprimer le plus clair de ce que nous voulons dire en une minute." Jean-Frédéric Poisson, comme les autres candidats, n'aura en effet qu'une minute pour répondre aux questions des journalistes et tenter de convaincre. 

Céline Hussonnois-Alaya avec Salhia Brakhlia