BFMTV

Quand Martine Aubry fait un pas de plus dans la bataille interne du PS

Martine Aubry et ses proches vont déposer une "contribution" pour préparer le prochain Congrès du Parti socialiste, programmé en juin prochain. Une manière de mettre en avant leurs idées et leurs convictions, avant de viser plus haut?

Martine Aubry et ses proches vont déposer une "contribution" pour préparer le prochain Congrès du Parti socialiste, programmé en juin prochain. Une manière de mettre en avant leurs idées et leurs convictions, avant de viser plus haut? - Philippe Huguen - AFP

INFO BFMTV - Martine Aubry, la maire de Lille, va déposer une contribution dans le cadre de la préparation du prochain Congrès du Parti socialiste, programmé en juin 2015. Une façon pour l’ancienne Première secrétaire du PS et ses proches de porter leurs idées. Avant de viser plus haut?

C’est un texte qui va faire du bruit dans les rangs du Parti socialiste (PS). Et même au-delà. Martine Aubry va déposer une contribution au Congrès du parti, qui doit se dérouler en juin 2015, selon les informations de BFMTV.

Près d'un mois après avoir publié une première contribution très remarquée sur le site internet des Etats généraux du PS, où elle plaidait pour "une nouvelle social-démocratie", la maire de Lille s'apprête donc à réitérer pour mettre en avant ses convictions. Mais attention, qui dit "contribution" ne veut pas (encore) dire "motion".

Porter leurs idées au sein du PS

Toujours selon nos informations, la décision vient tout juste d’être prise, ce mercredi. La stratégie est claire: par le biais de cette contribution, les aubrystes entendent porter plus haut leurs idées, et leurs convictions. Objectif: faire un pas de plus dans la bataille interne du PS, afin de ratisser au-delà des traditionnels proches de la maire de Lille, situés traditionnellement à l’aile gauche du mouvement.

Certains espèrent le renfort de fabiusiens, proches de l’actuel ministre des Affaires étrangères. D'autres rêvent carrément à une alliance avec l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, bien discret depuis sa sortie de Matignon, à la suite de la défaite du Parti socialiste aux élections municipales de mars.

Un frondeur et un ancien ministre mobilisés

Que contiendra cette contribution? Il est encore trop tôt pour le dire. Ce qui est en revanche certain, c’est que le député-frondeur Jean-Marc Germain a été chargé de réfléchir au contenu de ce texte.

Pour l’épauler, l'ancien ministre de la Ville François Lamy, qui s’est récemment installé à Lille pour "militer", devra lui travailler à la structuration du réseau aubryste. En effet, pour défendre sa contribution, Martine Aubry compte désigner des têtes de pont dans chaque région.

Ira-t-elle encore plus loin?

Martine Aubry ira-t-elle encore plus loin en déposant une "motion", en clair, sa candidature au poste de Première secrétaire du PS? La question n'est pas tranchée, confient ses proches à BFMTV. Selon-eux, la maire de Lille préfère se garder jusqu'au bout une porte de sortie.

Quoiqu’il en soit, celle qui fut la patronne du PS de 2008 à 2012, est revenue progressivement sur le devant de la scène politique ces dernières semaines, après être restée plutôt discrète depuis le début de la mandature socialiste. Celle qui affirme n’être, pour l’heure, "candidate" à rien d’autre qu’au "débat d’idées", a provoqué un véritable séisme au sein du Parti socialiste en critiquant très ouvertement la politique menée par François Hollande et Manuel Valls, le 19 octobre.

Le véritable adversaire de François Hollande

Une sortie saluée par les frondeurs du PS, et qui ont fait dire à certains commentateurs que Martine Aubry était devenue le véritable "adversaire" à gauche de l’actuel président de la République. Un chef d’Etat que la maire de Lille aurait par ailleurs qualifié "d’incapable", en off.

Si la montée en puissance de l’ancienne ministre se confirme, François Hollande pourrait avoir du souci à se faire en cas d’organisation d’une nouvelle primaire socialiste en vue de 2017, une idée qui revient de plus en plus souvent: un récent sondage donnait en effet le locataire de l’Elysée systématiquement devancé par la maire de Lille si un tel exercice devait avoir lieu.

Jé. M. avec Adrien Gindre