BFMTV

Primaire à gauche: Benoît Hamon rattrape Manuel Valls, Arnaud Montebourg distancé

Les supporters des deux hommes placardent des affiches de campagne.

Les supporters des deux hommes placardent des affiches de campagne. - JACQUES DEMARTHON - AFP

Le sondage "L'Opinion en direct" piloté par Elabe pour BFMTV place Benoît Hamon et Manuel Valls tous deux à 28% des souhaits de victoire parmi les électeurs de la primaire à gauche dimanche. Par ailleurs, 43% des sondés déclarent s'intéresser à ce scrutin.

L’institut Elabe vient de livrer à BFMTV la nouvelle mouture de son sondage "L’Opinion en direct" portant sur la primaire à gauche. L’enquête a été réalisée entre les 15 et 18 janvier (entre le jour du deuxième débat et ce mercredi) sur internet auprès de 4.700 personnes et 1.407 sympathisants des différentes tendances de la gauche. Ainsi, les souhaits de victoire, différents des intentions de vote, des sympathisants de gauche délivrent une nouvelle radiographie des forces en présence.

Manuel Valls, qui domine les sondages depuis son entrée dans l’arène et son départ du gouvernement, est en perte de vitesse. Cumulant sur son nom 28% (-3 points) des souhaits de victoire, il reste pourtant en tête…mais partage celle-ci avec Benoît Hamon, puisque le député élu dans les Yvelines fait un bond de 3%. Bien que derrière Manuel Valls chez les sympathisants PS, il effectue chez eux aussi un bond de 5 points.

Arnaud Montebourg fait lui du surplace, avec 24%. Loin derrière, on trouve Vincent Peillon qui ne recueille que 5% de ces désirs, ce qui représente pour lui un fléchissement de trois points.

Valls, favori des socialistes

Dans le détail, on voit que Manuel Valls demeure le choix privilégié des socialistes (40% des sondés se situant dans cette frange de l’électorat veulent sa victoire) tandis que c’est la gauche-non socialiste qui fait grimper l’ancien ministre de l’Education nationale et aide à maintenir le score de l’ex-ministre de l’Economie.

Elabe a aussi cherché à connaître les attentes et les motivations des citoyens s’apprêtant à voter à la primaire. 51% des futurs votants ont l’intention de plébisciter le candidat incarnant le mieux les valeurs de gauche. Pour 48% d’entre eux, en revanche, il s’agit avant tout de choisir la personne la mieux à même d’occuper la plus haute fonction de l’Etat.

Un intérêt stable

L'autre enseignement de cette étude est que l’intérêt nourri à l’égard de ce scrutin partisan par l’électorat est désormais stable. Il s’établit en effet ici à 43%, comme dans le précédent baromètre. L’attention est bien sûr plus soutenue à gauche: 67% des individus se réclamant de cette famille politique affirment ainsi qu’ils gardent un œil sur cette campagne. Un détour par les catégories socioprofessionnelles révèle que les cadres et les professions intellectuelles sont les plus zélés, avec 55% d’intéressés.

L’intérêt ne se convertit pas toujours en participation. Or, si l’on se penche sur les sondés résolus à aller voter le 22 janvier pour le premier tour, ils sont 6% à avoir l’intention de se rendre aux urnes. C’est un point de plus par rapport à la précédente étude. En cas de concrétisation de cette statistique, ce sont donc 2,6 millions de Français qui feraient le déplacement.

dossier :

Manuel Valls

R.V.