BFMTV

Présidentielle: les deux tiers des Français opposés à un soutien de la droite à Macron

Emmanuel Macron au Liban ce 1er septembre.

Emmanuel Macron au Liban ce 1er septembre. - GONZALO FUENTES

Christian Estrosi a appelé à une alliance avec Emmanuel Macron mais cette proposition ne convainc pas. 65% des Français y sont opposés.

La proposition du maire LR de Nice Christian Estrosi ne convainc pas les Français: ils sont 65% à être opposés à un soutien de la droite à Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle de 2022, selon un sondage Ifop pour le JDD. Seuls 35% des sondés ont répondu "oui" (10 "tout à fait" et 25 "plutôt") à la question "Pensez-vous que la droite (c'est-à-dire le parti Les Républicains) doit soutenir Emmanuel Macron comme candidat à l'élection présidentielle de 2022?"

72% des électeurs du président de la République en 2017 y sont favorables contre seulement 37% pour les électeurs du représentant de la droite à cette dernière élection, François Fillon.

43% des Français classent Macron à droite

Sur un axe allant de 0 (extrême gauche) à 10 (extrême droite), Emmanuel Macron est jugé à droite (7 à 10) par 43% des Français, au centre (4 à 6) par 32% et à gauche (0 à 3) par 16% d'entre eux. La moyenne du positionnement ainsi obtenu, 5,9, est en léger repli par rapport au 6,2 obtenu lors d'une étude précédente de février 2019.

Interrogés sur leur propre positionnement, les sondés se positionnent en majorité à droite (33%) et au centre (36%), et sont 16% à se placer à gauche, tandis que 15% d'entre eux ne se prononcent pas, des proportions relativement stables par rapport aux études menées depuis novembre 2017.

Nicolas Sarkozy est jugé comme étant la personnalité incarnant le mieux la droite (69% d'avis en ce sens), d'une courte tête devant Edouard Philippe (67%), plus largement devant Xavier Bertrand (59%) et François Baroin (58%).

Etude réalisée du 3 au 4 septembre par questionnaire autoadministré en ligne, auprès d'un échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

AL avec AFP