BFMTV

Pour Laurent Ruquier, la télévision est soumise à "la dictature de Twitter et de Marlène Schiappa"

Laurent Ruquier

Laurent Ruquier - Capture d'écran - France 2

L'animateur d'On n'est pas couché a fustigé l'utilisation de Twitter par certains journalistes et la manière dont le réseau social a permis l'éclosion de polémiques autour de l'émission lors de cette 13e saison.

Alors que son émission a connu une fin de saison mouvementée, notamment avec l'annonce des départs des chroniqueurs Charles Consigny et Christine Angot, Laurent Ruquier a décrypté la 13e saison d'On n'est pas couché, qui s'est achevée la semaine dernière, dans les colonnes du Journal du dimanche ce 16 juin.

Malgré des polémiques et une audience moyenne de seulement un million de téléspectateurs tous les samedis soirs, l'animateur de France 2 a estimé que son émission s'en sortait "plutôt pas mal".

Mais Laurent Ruquier a surtout utilisé cet interview pour pousser un coup de gueule contre les réseaux sociaux, et notamment Twitter, responsables selon lui de nombreuses polémiques et bad buzz qui ont touché On n'est pas couché cette saison.

"Nous vivons sous la dictature de Twitter et de Marlène Schiappa, a estimé Laurent Ruquier. (...) Or ce qui est grave, c'est que les journalistes eux-mêmes s’y mettent! On a vu des ex-chroniqueurs d'ONPC, tels qu’Audrey Pulvar et Aymeric Caron, stigmatiser Christine Angot pour sa maladresse, quand personne ne peut pourtant la soupçonner de négationnisme ou de racisme. (...) Que des gens de ce métier aujourd'hui sur le carreau utilisent les réseaux sociaux dans le seul but d’exister est honteux!"

L'animateur fait notamment référence à la polémique concernant les propos tenus par Christine Angot sur l'esclavage dans l'une des dernières émissions d'On n'est pas couché. Sur Twitter, ce dérapage avait énormément fait réagir.

"On ne peut plus rien dire"

L'animateur estime ainsi que la télévision disposait "d'infiniment" plus de libertés lorsque les réseaux sociaux n'existaient pas pour relever certains propos de journalistes ou de chroniqueurs télé.

"Nous avons tout simplement changé d’époque. On l’a bien vu avec la polémique née des propos de Christine Angot sur l’esclavage. Ou chez nos confrères de RMC avec les mises à pied de Daniel Riolo et Jérôme Rothen, tous deux sanctionnés pour avoir évoqué, certes avec lourdeur, les frasques du Brésilien Neymar: on ne peut plus rien dire sur quoi que ce soit."

"La bien-pensance"

Laurent Ruquier a enfin pointé du doigt "la pensée unique" et "la bien-pensance" qui touche selon lui le métier de journaliste, en danger à cause de Twitter.

"Twitter a rendu folle une profession à la dérive, qui se tire une balle dans le pied. Viendra le jour où les journalistes, s’ils ne se ressaisissent pas, ne pourront plus rien dire à force de taper sur des confrères qui sortent du lot", a-t-il ajouté.

La saison prochaine, On n'est pas couché changera de formule et n'aura plus de chroniqueurs fixes. Laurent Ruquier a annoncé que "les journalistes, éditorialistes ou témoins de l’actualité qui seront présents sur le plateau seront différents chaque semaine".

Juliette Mitoyen