BFMTV

Pour Alexis Corbière, Emmanuel Macron souffre d'une "une petite arrogance de classe"

Le député de la France insoumise dénote chez le président un "complexe de supériorité".

"Je ne déteste pas Emmanuel Macron, je lui manifeste un désaccord vis-à-vis de ses choix politiques", a déclaré Alexis Corbière ce mercredi. Invité de BFMTV et RMC, le député de l'opposition a cependant donné son avis sur le président et sa personnalité, estimant qu'il souffrait d'un certain "complexe de supériorité".

L'élu France insoumise de Seine-Saint-Denis a évoqué un épisode en particulier pour illustrer son propos: "je pense notamment à ce débat avec des chômeurs qui étaient en t-shirt, un des salariés en colère lui reprochait d’être bien habillé. Il (Emmanuel Macron) lui a dit, si tu veux te payer un costume, tu n’as qu’à travailler. C’est pas malin de dire ça à des gens qui sont en train de perdre leur emploi", a estimé Alexis Corbière. Emmanuel Macron avait tenu ces propos en mai 2016, lors d'un déplacement dans l'Hérault.

"Souvent, quand il est dans la chaleur d’un échange, il dérape. Et ça dénote d’une forme, cette fois-ci je vais être cruel, d’une petite arrogance de classe quand même".

Et le député de donner un conseil au chef de l'Etat:

"Il est bien élevé, de bonne famille, il a fait les bonnes études, il sait qu’il est intelligent, et il faut qu’il fasse attention".

"La pensée complexe, c'est plus un complexe de supériorité"

Alexis Corbière a également fait référence à la polémique sur la "pensée complexe" du président. Pour expliquer l'annulation de la traditionnelle interview du 14-Juillet cette année, ses équipes ont en effet fait valoir que "la pensée complexe d'Emmanuel Macron se prêtait mal au jeu des questions-réponses avec les journalistes". 

"Quand on annule l’interview du 14 juillet, et que ce qui ressort c’est qu’il vaut mieux l’annuler parce que la pensée complexe du président n’est plus adaptée à un format d’interview, je répète qu’il y a cette arrogance, la pensée complexe, c’est plus un complexe de supériorité. C’est ça qu’on retrouve dans la communication de Monsieur Macron", a conclu Alexis Corbière.

Charlie Vandekerkhove