BFMTV

Pass sanitaire, contrôles, vaccination... Ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

Le Premier ministre s'est exprimé ce mercredi à l'issue d'un nouveau Conseil de défense à l'Élysée.

"Nous devons agir". À l'issue d'un nouveau Conseil de défense à l'Élysée, Jean Castex a mis en garde contre la progression de la quatrième vague dans l'Hexagone, portée par le variant Delta plus contagieux. Le Premier ministre a détaillé les mesures de l'exécutif lors d'une interview sur TF1. Voici ses principales annonces.

• 96% des cas recensés mardi étaient non-vaccinés

96% des 18.000 cas de contamination par le Covid-19 recensés mardi n'étaient pas vaccinés, a déclaré mercredi le Premier ministre Jean Castex, appelant donc la population à se faire vacciner pour endiguer la propagation de l'épidémie. "Dans la 4ème vague, on y est", a affirmé Jean Castex, en précisant que le nombre de contaminations avait bondi de 140% en une semaine.

• Le pass sanitaire ne s'appliquera pas à l'école

Le Premier ministre a confirmé qu'aucun pass sanitaire ne sera requis pour se rendre dans un établissement scolaire, malgré l'appel du Haut Conseil de la Santé publique à l'étendre aux collèges et aux lycées.

"Toute notre stratégie depuis le début de la crise (...) a consisté à ce que les enfants de France soient le plus possible scolarisés", a expliqué Jean Castex. "Alors on ne va pas dire maintenant, si vous n'êtes pas vaccinés, d'autant que certains n'y peuvent rien, on va vous priver d'école."

En outre, la vaccination des adolescents de 12-17 ans pourra se faire dans les écoles, collèges et lycées à la rentrée. "Nous allons mettre le paquet pour vacciner les adolescents", a assuré Jean Castex. Ces derniers bénéficieront d'un répit supplémentaire pour l'application du pass sanitaire, qui entrera en vigueur pour eux fin septembre seulement.

• 5 millions de rendez-vous pour la vaccination vont être ouverts

Depuis l'allocution d'Emmanuel Macron, les délais pour obtenir un créneau pour une première injection se sont considérablement allongés. Pour y remédier, le Premier ministre assure que 5 millions de rendez-vous vont être ouverts dans les 15 jours.

Le chef du gouvernement a espéré que reçoivent leur première dose quatre millions de Français pendant la dernière semaine de juillet, et quatre autres millions la première semaine d'août. Il a réaffirmé son objectif d'atteindre, fin juillet 40 millions de primo-vaccinés en France et fixé un nouveau cap de 50 millions de primo-injections d'ici la fin août.

• Une semaine de "pédagogie" pour le pass sanitaire avant les sanctions

Les responsables d'établissements recevant du public - dont cinémas et musées depuis mercredi puis cafés et restaurants à partir d'août - devront contrôler les pass sanitaires mais ne seront pas tenus responsables en cas de fraude. Ils ne seront pas en charge de la "vérification de l'identité", a-t-il expliqué.

Jean Castex a par ailleurs annoncé "une semaine" de "pédagogie" pour l'entrée en vigueur de l'extension du pass sanitaire. Il n'y aura pas de sanctions au cours de cette période de rodage pour les gérants des lieux concernés. "Après viendra le temps des sanctions", a expliqué le Premier ministre.

• Le gouvernement promet d'être "intraitable" face aux "actes de violence" des anti-pass sanitaire

Le gouvernement sera "intraitable" avec ceux qui "en viennent à des actes de violence" en protestant contre la vaccination ou le pass sanitaire en ayant "une posture idéologique, voire politique", a assuré Jean Castex.

"On a le droit de manifester" mais "nous serons intraitables avec ceux qui (...) en viennent à des actes de violence", "font allusion à l'étoile jaune ou à la Shoah, s'en prennent à des permanences parlementaires, mettent le feu à des centres de vaccination", ce qui est "très grave", a ajouté le Premier ministre.

BFMTV