BFMTV

Pierre Jouvet, avec François Hollande contre vents et marées

Pierre Jouvet est un jeune élu socialiste. Il est surtout l'un des rares inconditionnels de François Hollande alors que la cote de popularité du président oscille entre 11% et 17% d'opinions favorables selon les sondages. Certains voient déjà en lui le futur porte-parole du candidat Hollande.

A 29 ans, cet élu de la Drôme, secrétaire national du PS en charge des fédérations, a déjà commencé à sa manière la campagne présidentielle. Jeune, dynamique et propre sur lui, au premier abord Pierre Jouvet a le look du gendre idéal.

Il n'hésite pourtant pas à mouiller la chemise pour sauver le soldat Hollande. Cet homme de terrain écume les réunions afin de redonner un peu de moral aux troupes socialistes pour la bataille de 2017.

"Non seulement il ne faut pas perdre espoir ni confiance mais il faut aller à la discussion, à la confrontation politique", assure-t-il face à des militants parfois déboussolés par les défaites successives du parti aux dernières élections.

"On doit se battre avec fierté"

Proche de Stéphane Le Foll depuis une dizaine d'années, il fait partie de ceux qui préparent déjà la campagne de François Hollande pour 2017. Dans le sillage de "Hé oh la gauche" ou encore de la "Belle alliance populaire", Pierre Jouvet tente de remobiliser les sympathisants de gauche déçus.

"On doit se battre avec fierté", martèle-t-il, reprenant à son compte le fameux "ça va mieux", devenu leitmotiv du gouvernement. D'ailleurs, contre les détracteurs du chef de l'Etat, il n'hésite pas à brandir ce qu'il considère comme les réussites du quinquennat.

L'élu de la Drôme n'a pas encore soufflé ses trente bougies qu'il est déjà l'un des plus jeunes membres de la direction du Parti socialiste. Une place qui ne doit rien au hasard.

"Il faut appeler un chat un chat. Oui, si je n'étais pas proche du président je ne serais sans doute pas là où je suis au Parti socialiste donc oui j'assume", affirme-t-il de manière franche.

Pierre Jouvet veut remobiliser les militants socialistes
Pierre Jouvet veut remobiliser les militants socialistes © BFMTV

Une primaire à gauche pour "faire gagner François Hollande"

L'élection de 2017 occupe déjà tous les esprits. A six mois de la primaire à gauche, le choix de François Hollande comme candidat pour représenter le Parti socialiste à la présidentielle ne s'impose pas comme une évidence pour tous.

Mais pour Pierre Jouvet, c'est l'actuel chef de l'Etat qui devrait prétendre à sa propre succession. Ce dernier attend la fin de l'année pour enfin lever le voile sur ses intentions. S'il se présentait, il pourrait se retrouver face à d'autres concurrents tels que: Marie-Noëlle Linemann, Gérard Filoche, François de Rugy, Arnaud Montebourg ou encore Benoît Hamon.

Fervent partisan de François Hollande, Pierre Jouvet n'hésite pas à torpiller ceux qui s'en prennent au Président. En février dernier Martine Aubry et d'autres signataires ont tiré à boulet rouge sur le gouvernement dans une tribune au Monde. Une charge contre laquelle un groupe de jeunes socialistes (dont il faisait partie) a organisé la riposte.

Au "trop c'est trop" de la maire de Lille, le groupe de "hollandais" a répondu par un "Chers camarades, maintenant ça suffit". Un pamphlet dans lequel figurait un appel à "se ressaisir" afin de "construire ensemble".

Le cas Macron

Autre personnage qui ne trouve pas grâce aux yeux du conseiller départemental de la Drôme: Emmanuel Macron. Le ministre de l'Economie a multiplié les saillies dans les médias contre l'action du gouvernement dont il fait partie.

Des sorties qui agacent dans toute la classe politique et qui lui valent un certain isolement au sein même de l'exécutif. Après le lancement de son propre mouvement "En Marche", dont le premier meeting s'est tenu le 12 juillet dernier, Pierre Jouvet n'a pas tardé à réagir pour tacler le locataire de Bercy. 

Et après?

Le jeune élu socialiste n'hésite pas à afficher son soutien à François Hollande et se montre motivé pour tenter de redynamiser ses potentiels électeurs.

Certains l'imaginent déjà porte-parole du candidat Hollande dans le cas d'une candidature primaire de la gauche. Il pourrait donc être l'une des étoiles montantes du PS. A moins que son parcours ne se retrouve fracassé l’année prochaine en cas de défaite du président sortant.

Marie-Caroline Meijer avec Adrien Gindre, Sébastien Savoye et Florent Bonnard