BFMTV

Emmanuel Macron agace (presque) tout le monde au gouvernement

Emmanuel Macron, Marisol Touraine et Manuel Valls lors d'un déplacement en Ardèche pour un comité interministériel sur la ruralité, le 20 mai 2016.

Emmanuel Macron, Marisol Touraine et Manuel Valls lors d'un déplacement en Ardèche pour un comité interministériel sur la ruralité, le 20 mai 2016. - Philippe Desmazes - AFP

Qu'il s'agisse de recadrages ou de piques, ils sont nombreux au gouvernement à ne pas avoir épargné Emmanuel Macron depuis son entrée à Bercy.

L'isolement d'Emmanuel Macron au sein du gouvernement n'est un secret pour personne. Et plus le ministre de l'Economie multiplie les sorties et travaille sa stature de présidentiable et plus les critiques pleuvent de toutes parts. Alors que le leader du mouvement "En Marche!" risque encore de faire des vagues mardi lors de son premier meeting politique, BFMTV.com revient sur les ministres qui ont déjà manifesté leur agacement.

> Manuel Valls: "Il est temps que tout cela s'arrête"

Quand il s'agit de recadrer les sorties de son ministre de l'Economie, Manuel Valls assume sa fonction de chef de gouvernement avec zèle. "Tu finiras comme Montebourg si tu continues!", "On ne peut pas être ministre et préparer un autre agenda que celui du président de la République", "Il faudrait qu'Emmanuel s'occupe davantage de ses dossiers", sont autant de phrases lâchées par le Premier ministre à l'attention du locataire de Bercy. Un clash virulent a même eu lieu entre les deux rivaux à l'Assemblée nationale.

A quelques heures du meeting d'Emmanuel Macron, le Premier ministre est monté d'un cran dans sa répartie en affirmant sur BFMTV: "Il est temps que tout cela s'arrête". D'après Le Monde, Manuel Valls aurait également appelé ses camarades à "taper, taper, taper" sur Emmanuel Macron. Ce que beaucoup ont fait.

> Michel Sapin: Macron est "le taré du troisième étage"

Entre le ministre des Finances et son homologue de l'Economie, l'histoire est pleine d'inimité. Excédé par les sorties d'Emmanuel Macron sur les fonctionnaires ou les 35 heures, Michel Sapin lui a notamment fait remarquer que "quand on est ministre, on n'est pas libre de sa parole". D'après une indiscrétion du Parisien, Michel Sapin appellerait même Emmanuel Macron "le taré du troisième étage", soit le palier où ce dernier se trouve dans leurs locaux communs de Bercy.

> Marylise Lebranchu: "Un ministre n'est pas libre de ses propos"

La sortie d'Emmanuel Macron sur le statut des fonctionnaires avait également agacé la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu. "Un ministre n'est pas libre de ses propos", avait-elle averti à l'époque, invitant son collègue de l'Economie à "parler le moins possible".

> Christian Eckert: Macron, le "ministre de tous les étages de Bercy?"

Au sein de Bercy, Emmanuel Macron agace également le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, qui n'a pas apprécié que le ministres de l'Economie marche sur ses plates-bandes en commandant deux véhicules solaires volants pour équiper les douanes. "Macron passe des commandes de Sea Bubble pour la douane. Il fait donc tout à la fois ce surhomme. Ministre de tous les étages de Bercy?", a ainsi lâché sur Twitter Christian Eckert, qui a la charge de l’administration des douanes avec Michel Sapin.

> Matthias Fekl: "Il n’est pas possible d’être et dedans et dehors"

Récemment, le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl, a profité de l'actualité du Brexit pour y aller, lui aussi, de sa petite phrase: "Il faut dire les choses, il n’est pas possible d’être et dedans et dehors. C’est comme dans un gouvernement, en réalité."

> Najat Vallaud-Belkacem: "La gauche n'a pas besoin d'aventure solitaire"

Mardi sur RTL, la ministre de l’Education nationale n’a pas caché son agacement à l’évocation du meeting de leader d'"En marche!": "Si on consacrait, ne serait-ce qu’un tiers du temps, de l’énergie et de l’encre qu’on fait couler pour commenter les aventures d’Emmanuel Macron, à expliquer ce que fait ce gouvernement pour les Français, on résoudrait au moins la moitié de la crise démocratique qui est la nôtre". Najat Vallaud-Belkacem avait déjà lancé en avril, quand Emmanuel Macron fondait justement son mouvement: "La gauche n'a pas besoin d'aventure solitaire."

> Stéphane Le Foll: "Toutes les expressions doivent être maîtrisées"

Porte-parole du gouvernement et ministre du l'Agriculture, Stéphane Le Foll, s'était lui aussi permis un rappel à l'ordre à l'égard du locataire de Bercy. "Toutes les expressions comptent et elles doivent être maîtrisées à l'aune de l'intérêt, de la ligne et des choix collectifs qui sont faits. Ça doit rester la règle", avait-il lancé en mars. D'après Le Monde, il accuse Emmanuel Macron d'"utiliser le poste de ministre pour être candidat", "un problème" selon lui.

> Marisol Touraine: "Il est objectivement exaspérant"

Toujours d'après le quotidien du soir, la ministre de la Santé Marisol Touraine a été bien franche dans sa critique à l'égard d'Emmanuel Macron en affirmant: "Il est objectivement exaspérant. Il se pose en Premier ministre alternatif. C’est pénible."

> Jean-Marc Ayrault : "Il faut se concentrer sur l'essentiel"

Même le ministre des Affaires étrangères, plutôt discret et à un poste assez éloigné de celui de Bercy, a recadré Emmanuel Macron en avril. "Il faut se concentrer sur l'essentiel. (...) Nous avons besoin d'unité dans l'action, je souhaite qu'on ait cette exemplarité de comportement, l'unité dans l'action, la cohérence", avait déclaré Jean-Marc Ayrault sur Europe 1.

Marion Garreau