BFMTV

Montebourg soutient les frondeurs au Mont Beuvray en restant (presque) silencieux

Officiellement retiré de la vie politique, Arnaud Montebourg était aux côtés de son ami Christian Paul lundi au sommet du Mont Beuvray. Plutôt discret, l'ex-ministre de l'Economie a néanmoins témoigné son soutien au "frondeur" socialiste candidat au poste de Premier secrétaire du PS en déclarant qu'il était "derrière" lui.

D'habitude c'est lui la star, mais maintenant qu'il est officiellement retiré de la vie politique, Arnaud Montebourg se doit d'être discret. Même s'il avait évoqué la possibilité de ne pas y aller, l'ex-ministre démissionnaire du gouvernement Valls a participé lundi au traditionnel rassemblement socialiste au Mont Beuvray.

Mais le désormais vice-président d'Habitat a choisi d'esquiver l'ascension en empruntant en un chemin de traverse avec sa compagne, l'ex ministre de la Culture Aurélie Filippetti. L'ancien bouillonnant ministre du Redressement productif a également esquivé les prises de paroles officielles et laissé la vedette aux frondeurs aux côtés desquels il s'est affiché.

"Derrière" Christian Paul

Il a en effet témoigné son soutien à Christian Paul, candidat au poste de Premier secrétaire du PS, en déclarant qu'il était "derrière" lui. S'il a refusé de réagir à la politique actuelle du gouvernement, il a renvoyé les journalistes vers ses anciennes déclarations. Et quand Christian Paul a pris la parole, Arnaud Montebourg a expliqué qu'il n'en pensait pas moins.

Devant les journalistes, Christian Paul a confirmé qu'il serait bien candidat au poste de Premier secrétaire du PS, "pour défendre l'éthique de la politique, la clarté des idées, pour le respect des engagements et pour que ceux de Poitiers soient davantage tenus que ceux du Bourget.

Vendredi, la motion B des "frondeurs" et de l'aile gauche menée par le député de la Nièvre a obtenu 29% des voix des militants, derrière la motion A du Premier secrétaire sortant Jean-Christophe Cambadélis (60%). La motion D de la députée Karine Berger a récolté 9,5% des voix contre 1,5% pour le texte C de Florence Augier, secrétaire nationale chargée de la vie associative. 

"La gauche et les Français ne supporteraient pas une nouvelle déception"

Le congrès de Poitiers du 5 au 7 juin qui doit entériner les résultats du vote des motions du 21 mai puis ceux du vote désignant le 28 mai le Premier secrétaire du parti, "ne sera pas facile, pour personne!", a souligné Christian Paul, estimant que "la gauche et les Français ne supporteraient pas une nouvelle déception".

"Nos idées sont dans la motion qu'on a portée et qui sont parfois embarquées par d'autres", a poursuivi le député en évoquant "un combat d'idées avec des exigences sur l'économie, sur la réforme fiscale, sur les besoins des collectivités pour investir et pour une loi bancaire".

A Poitiers, Jean-Christophe Cambadélis espère l'adoubement des militants socialistes, lui qui a été propulsé à la tête du parti en 2014 après l'"exfiltration" de son prédécesseur Harlem Désir vers le gouvernement. Et d'avoir ensuite un PS en ordre de marche pour 2017.

K. L.