BFMTV

Harlem Désir: "Jean-Luc Mélenchon ne peut pas mettre en doute le patriotisme de Pierre Moscovici"

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, le 25 mars sur BFMTV

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, le 25 mars sur BFMTV - -

Le premier secrétaire du Parti socialiste était l'invité de BFMTV/RMC lundi matin.

"Ce n'est certainement pas une victoire de l'UMP. Si le FN a perdu, c'est peut-être grâce à nous". Interrogé sur la défaite dès le premier tour du candidat socialiste lors de la législative partielle de l'Oise, qui s'est finalement soldée dimanche par la victoire sur le fil du candidat UMP, le député Jean-François Mancel, le premier secrétaire du Parti socialiste a estimé que ce score était plutôt un aveu de confusion autour de la ligne politique défendue par l'UMP.

"Je demande à monsieur Copé de clarifier la ligne du parti", a-t-il lancé sur BFMTV/RMC.

Les propos de Mélenchon "pourrissent le débat politique"

Interrogé sur la polémique au sujet des propos tenus par Jean-Luc Mélenchon sur Pierre Moscovici, Harlem Désir a défendu le ministre de l'Economie. "Jean-Luc Mélenchon ne peut pas mettre en doute le patriotisme de Pierre Moscovici", a-t-il fait valoir, confirmant qu'il avait demandé à Jean-Luc Mélenchon "de retirer ses propos".

La polémique ne devrait toutefois pas en rester là puisque le président du Front de gauche attend lui-même des excuses de Harlem Désir, qui lui reprochait samedi "un vocabulaire des années 30". Sommé de s'expliquer sur cette référence historique, qui évoque un antisémitisme latent, Harlem Désir a assuré qu'il s'agissait-là d'une référence à une époque où l'on éliminait ses ennemis politiques.

"On n'a pas à tenir ce genre de vocabulaire qui pourrit le débat politique et qui n'a pas sa place au sein de la gauche. Il n'y a pas de gauche qui gagne sur une autre", a-t-il fait valoir.

Une "radicalisation" lors de la "Manif pour tous" dénonce Désir

Enfin, Harlem Désir a évoqué la "Manif pour tous" et ses nombreux incidents. Pour le premier secrétaire du PS, cette mobilisation a montré "une radicalisation et une récupération politique" du débat. Quand à la polémique née du recours aux gaz lacrymogènes, Harlem Désir a préféré botte ren touche, estimanque que les forces de l'ordre avaient fait leur travail.