BFMTV

Aubry rejette le "coup médiatique" de Montebourg

Arnaud Montebourg et Martine Aubry en novembre 2012 à Roubaix, dans le Nord.

Arnaud Montebourg et Martine Aubry en novembre 2012 à Roubaix, dans le Nord. - Philippe Huguen - AFP

La maire de Lille dénonce l'attitude d'Arnaud Montebourg après la publication d'une tribune dimanche dernier dans la presse, dans laquelle il étrille l'exécutif.

"Ce n'est pas une attitude normale". Martine Aubry n'a visiblement pas apprécié la tribune d'Arnaud Montebourg, cosignée par le banquier Mathieu Pigasse le dimanche 7 juin dans le Journal du dimanche. "Taper sur le gouvernement au moment où l'on vit des avancées, je dis non", lance la maire de Lille dans Le Monde. "Arnaud a été membre du gouvernement: on ne peut pas être au gouvernement et le critiquer comme il l'a fait. Il y a là une question de morale, ce n'est pas une attitude normale. C'est un coup médiatique et c'est ce qui tue la politique".

L'ancien ministre voulait s'exprimer? "On était en plein congrès (…) Il n'avait qu'à venir et parler". Arnaud Montebourg, qui n'a signé aucune des quatre motions socialistes, avait pourtant confirmé la semaine passée qu'il ne participerait pas à ce rendez-vous du PS. Mais n'a pas pu s'empêcher d'y participer quand même, à sa façon.

Deux stratégies inverses

Une stratégie inverse de celle de Martine Aubry. L'ancienne ministre a choisi il y a quelques semaines de rejoindre la motion A de Jean-Christophe Cambadélis, soutenue par l'exécutif. Son but: peser de l'intérieur, "essayer de convaincre ceux qui sont au pouvoir pour que les choses bougent et qu'on réussisse".

La maire de Lille s'est montrée discrète pendant le congrès, et n'a pas participé à la photo de famille finale. Mais cette fois, elle donne des gages de son ralliement, en se joignant aux critiques contre Arnaud Montebourg. La tribune de l'ex-ministre de l'Economie a déplu au congrès de Poitiers. Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, s'est dit "sidéré" par "la faiblesse" du texte, et même le frondeur Jérôme Guedj, d'accord avec le "diagnostic" d'Arnaud Montebourg, a évoqué la "tonitruance" de son texte. "Moi j'aime les débats internes", a-t-il ajouté. Arnaud Montebourg lui semble plutôt s'en éloigner.

A. K.