BFMTV

Le député Matthieu Orphelin quitte le groupe La République en marche

Le proche de Nicolas Hulot faisait partie des députés qui se sont abstenus mardi lors du vote de la proposition de loi "anti-casseurs".

Cela en fait un de moins. Selon un mail interne révélé ce mercredi et auquel BFMTV a eu accès, le député de Maine-et-Loire Matthieu Orphelin a décidé de quitter le groupe La République en marche à l'Assemblée. La veille, lors du vote de la proposition de loi dite "anti-casseurs" défendue par le gouvernement, ce proche de Nicolas Hulot avait choisi, avec 48 autres collègues LaREM, de s'abstenir.

Dans le mail récupéré par l'AFP, Matthieu Orphelin motive sa décision en invoquant des avancées insuffisantes sur les "enjeux climatiques, écologiques et sociaux".

Il y explique avoir "pris la décision de quitter le groupe parlementaire" macroniste après avoir "fait tout (s)on possible" pour "porter haut l'écologie" depuis qu'il a rejoint le mouvement, en janvier 2017.

Déception sur l'enjeu climatique

Exprimant sa déception de manière franche, Matthieu Orphelin constate que la majorité et, par déduction, le gouvernement, n'est "malheureusement au bon rythme sur aucun des grands chantiers de la transition" écologique. Il fustige un "échec collectif" de La République en marche sur ce sujet. Cela faisait quelques temps, déjà, qu'il exprimait ses regrets à bas bruit. Notamment depuis la publication, par le GIEC, d'un rapport alarmiste sur le réchauffement climatique en octobre 2018.

"Plus grave, nous ne nous donnons plus les moyens d’y être (au bon rythme, ndlr), ni de tenir nos engagements, prisonniers de logiques budgétaires et d’arbitrages politiques de court terme", poursuit-il dans son courrier, dans une tonalité similaire à celle de Nicolas Hulot lorsque ce dernier avait claqué la porte du gouvernement par surprise, fin août dernier. 

Pas assez de "justice fiscale"

Matthieu Orphelin va plus loin, estimant que "certains choix politiques du gouvernement - souvent non prévus dans le projet présidentiel" sont "contradictoires avec l’idée de plus de justice fiscale". 

Il revient enfin sur son choix de s'abstenir lors des débats sur la lois "anti-casseurs" et son désaccord fondamental avec le contenu de son article 2, qui prévoit l'interdiction administrative de manifester. "L’égalité et la lutte contre toutes les formes de discriminations sont non négociables, toute hésitation est coupable. Il en est de même quant au respect des libertés fondamentales et des droits humains", écrit le député de Maine-et-Loire dans son mail. 

Le monde politique réagit

Cet événement a suscité de nombreuses réactions dans le monde politique. "Merci à toi, Matthieu Orphelin, pour ton engagement à LaREM pour une action écologique toujours plus ambitieuse. Je regrette ta décision mais la respecte. Beaucoup reste à accomplir. Nous devons accélérer, agir dans le temps long. Je sais que les députés de la majorité le souhaitent", a tweeté le ministre de la Transition écologique François de Rugy.

La secrétaire d'État Marlène Schiappa a considéré ce mercredi soir sur notre antenne: "c'est vraiment dommage, c'était un excellent député". "Il porte des convictions, il sait faire de la politique, donc c'est vraiment dommage" a insisté Marlène Schiappa, tandis que sur notre plateau le même soir, Yannick Jadot, tête de liste écologiste aux européennes, s'est montré plus sombre:

"Sa décision m’attriste mais je la comprends. Nicolas Hulot et Matthieu Orphelin, leur pari c’était d’écologiser le président de la République, le gouvernement, la majorité. Et ce constat d’échec de Nicolas Hulot comme de Matthieu Orphelin, c’est un échec pour tous les Français, pour la protection de l’environnement"

Au sein de la majorité, plusieurs parlementaires ont aussi dit leur mot. "Ça me fait un peu de peine", a lâché Erwan Balanant (MoDem). "Aura-t-il cette même voix à l'extérieur du groupe?", demande Bérangère Couillard (LaREM).

Dans l'opposition, le député communiste Sébastien Jumel a tweeté: "Après le départ de Nicolas Hulot, Macron et LREM orphelins d’ Orphelin ... du vert très peu plein au vert vide". 

Jules Pecnard avec Elisa Bertholomey