BFMTV

Jérôme Cahuzac de nouveau entendu par la commission d'enquête

Jérôme Cahuzac devant la commission d'enquête parlementaire le 26 juin 2013

Jérôme Cahuzac devant la commission d'enquête parlementaire le 26 juin 2013 - -

Le président de la commission, Charles de Courson a affirmé mercredi détenir "les preuves" que l'Elysée était "parfaitement informé" de la situation fiscale de Jérôme Cahuzac.

Sa première audition le 26 juin dernier n'avait pas convaincu. Charles de Courson, le président UDI de la commission d'enquête censée démêler les responsabilités à la tête de l'Etat dans l'affaire Cahuzac, a décidé mercredi selon Le Monde d'entendre à nouveau l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac. Celle-ci devrait avoir lieu la semaine prochaine. Les auditions du Premier ministre ou d'autres membres du gouvernement, voire du chef de l'Etat, n'auront elles pas lieu.

Déjà, au lendemain de l'audtion mardi de Christiane Taubira, Manuel Valls et surtout Pierre Moscovici, Charles de Courson avait affirmé que la commission détenait "les preuves" que le président François Hollande était "parfaitement informé" du comportement fiscal, et du compte en Suisse, de Jérôme Cahuzac. Une affirmation démentie par le rapporteur PS de la commission Alain Claeys.

L'intrigante réunion du 16 janvier

C'est d'abord Michel Gonelle, premier propriétaire de l'enregistrement incriminant l'ancien ministre, qui avait informé l'Elysée mi-décembre puis Edwy Plenel deux jours plus tard qui avait assuré François Hollande du sérieux des preuves de Mediapart.

Enfin le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a admis mardi devant les membres de la commission d'enquête qu'une réunion s'était tenue à l'Elysée en présence de François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Jérôme Cahuzac et lui-même le 16 janvier.

C'est notamment cette recontre en présence, qualifiée d'"incroyable" par Charles de Courson, du ministre incriminé qui intrigue les députés membres de la commission d'enquête.

S. A.