BFMTV

Cumul des mandats: Estrosi fait ses adieux à l'Assemblée après 27 ans de mandat

Christian Estrosi avait promis qu'il ne cumulerait pas les mandats après son élection à la tête de la région Paca. Une promesse à moitié tenue pour l'instant.

Christian Estrosi a posé sa dernière question au gouvernement à l'Assemblée nationale ce mardi après-midi. Il ne s'agissait pas tout à fait d'une question, mais après 27 ans à siéger au Palais Bourbon (interrompus par un passage au gouvernement), l'élu Les Républicains des Alpes-Maritimes ne souhaitait visiblement pas de partir sur la pointe des pieds.

Christian Estrosi a donc parlé de lui: "Monsieur le Premier ministre, dès l'instant où il m'a été confié de porter ici la voix d'une part du peuple français, j'ai essayé de m'en montrer digne comme sans doute la plupart d'entre vous et mes convictions gaullistes n'ont jamais changé".

Après avoir évoqué la "guerre" à laquelle doit faire face la France et le chômage, il s'est adressé à ses collègues: "Un dernier mot pour vous, mes chers collègues, pour remercier ceux des Républicains et du Centre qui ne m'ont jamais fait défaut, et saluer ceux de tous bords avec lesquels j'ai entretenu des relations constructives".

Manuel Valls a salué son "parcours" et son "engagement".

La tribune de Christian Estrosi n'a toutefois pas plu à tout le monde. Le député PS Alexis Bachelay s'est ainsi demandé sur Twitter s'il n'y avait pas "des sujets plus importants" que Christian Estrosi "dans le pays".

"C Estrosi entame sa tournée des adieux... #CompagnonDeLaChanson", a raillé le socialiste Stéphane Travert.

"J'accomplirai un dernier geste symbolique à l'Assemblée nationale" mercredi au moment de la séance des questions au gouvernement, avait prévenu Christian Estrosi la semaine dernière. On attend avec impatience.

Champion du cumul

Le maire de Nice et président de la région Paca n'a en revanche pas eu droit à une chaleureuse standing ovation.

L'ancien champion de France de moto était un champion du cumul. Christian Estrosi avait annoncé que s'il gagnait les régionales, il démissionnerait de son mandat de député et de celui de maire de Nice pour se consacrer pleinement à la région Paca. Or, il n'a pas encore remis sa démission pour la mairie de Nice, arguant que plusieurs recours contre son élection à la région Paca avaient été présentés devant le Conseil d'Etat.

K. L.