BFMTV

On abandonne l'agriculture, déplore Martine Aubry

BFMTV
PARIS (Reuters) - Martine Aubry s'est efforcée mercredi de tisser des liens avec le monde agricole au Salon de l'agriculture à Paris, où elle a...

PARIS (Reuters) - Martine Aubry s'est efforcée mercredi de tisser des liens avec le monde agricole au Salon de l'agriculture à Paris, où elle a dénoncé l'abandon d'un secteur "dont tout le monde a besoin."

Après Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac, la dirigeante socialiste a arpenté les allées d'un salon qui est devenu un rendez-vous incontournable de la classe politique, très attentive aux agriculteurs malgré leur faible poids électoral.

L'électorat paysan étant majoritairement à droite, malgré le recul de l'UMP aux régionales de 2010, le premier secrétaire du PS a tenté de gagner en popularité Porte de Versailles, ne manquant pas de rappeler qu'elle est "petite-fille de paysan".

Elle a déploré à cette occasion la "grande crise" que traverse l'agriculture depuis trois ans.

"Quatre cents suicides d'agriculteurs en un an, 40.000 demandes de RSA (Revenu de solidarité active-NDLR) ça veut dire réellement qu'on abandonne aujourd'hui les agriculteurs alors que tout le monde en a besoin", a-t-elle dit à la presse.

"Ils ne demandent pas d'assistance, ils ne demandent pas à être aidés avec des aides, des compléments de salaire. Ils demandent que leur travail soit rémunéré à sa juste valeur. Et pour nous, c'est une priorité", a-t-elle ajouté.

Le PS prône un grand plan de relocalisation des productions agricoles, la mise en place de conventions par filières pour garantir un prix minimum et le soutien aux exploitants engagés dans une agriculture durable.

Le député PS Arnaud Montebourg, qui a salué Martine Aubry dans les allées, et le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë étaient également présents mercredi Porte de Versailles.

Jeudi, ce sera au tour du Premier ministre François Fillon, d'Eva Joly, candidate à l'investiture d'Europe Ecologie pour 2012, ou de François Hollande, candidat aux primaires socialistes, de se rendre au salon. La présidente du Front national, Marine Le Pen, ira vendredi et François Bayrou, président du MoDem, s'y rendra dimanche.

Nicolas Sarkozy multiplie les déplacements en zones rurales pour tenter de retrouver du crédit auprès des agriculteurs, qui avaient à 87% une bonne opinion de lui après son élection en 2007, pour seulement 32% d'opinions favorables en mars 2010.

Depuis, le travail de reconquête du chef de l'Etat semble porter ses fruits, 51% des agriculteurs ayant un avis favorable sur le chef de l'Etat, selon un récent sondage Ifop.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal