BFMTV

Nicolas Sarkozy: Les Républicains ne sont plus son "actualité"

Ce vendredi, Nicolas Sarkozy était en déplacement à Belfort pour y rendre hommage à Simone Veil, à qui une rue de la ville est désormais consacrée. Il a glissé quelques mots à notre micro.

Ce vendredi, Nicolas Sarkozy se trouvait à Belfort, à l'invitation du maire de la ville, afin d'inaugurer la rue Simone-Veil. Lors de son discours, il a fait l'éloge du travail de l'ex-ministre de la Santé, de la construction européenne, et a mis en garde contre l'antisémitisme. L'ancien président de la République a aussi glissé quelques mots à notre micro. 

"Il faut faire rétention avec l’antisémitisme. L’unité européenne n’est pas quelque chose de naturel. C’est très précieux. La liberté de la femme aussi. Ce sont des combats qui ont été portés par Simone Veil. Ce sont les lignes rouges", a-t-il tout d'abord déclaré. 

Rencontre avec les syndicalistes de General Electric 

Il a aussi évoqué son rapport actuel aux Républicains, dans la tourmente depuis leur cinglant échec aux européennes du 26 mai: "Je ne m’inscris plus du tout dans cette actualité. J’ai beaucoup de fidélité et d’amitié pour les militants et les électeurs. Je les respecte et je les aime beaucoup, mais je ne suis plus élu, ça n’est pas mon actualité, ça n’est pas ma vie".

Il a cependant concédé qu'il était "très touché par ces marques d'amitié", venues de la base et de responsables de sa famille politique. 

Ce vendredi après-midi, il doit rencontrer des syndicalistes de l'entreprise General Electric, en butte à un plan social. Il a également expliqué le sens de ce déplacement: "Ce sont des gens qui sont en souffrance et qui s’inquiètent pour la vie d’une entreprise qui est associée à ma vie politique de ministre et de président. Non, ça n’était pas envisageable de refuser, non. Ça n’aurait pas été respectueux". 

dossier :

Nicolas Sarkozy

Robin Verner