BFMTV

Municipales à Paris: les options de LaREM pour succéder à Benjamin Griveaux

BFMTV

Selon Marie-Laure Harel, porte-parole de Benjamin Griveaux dans la campagne des municipales, "l'objectif est de commencer la semaine avec un nouveau candidat, idéalement lundi".

Dans le monde politique, c'est une déflagration. Un tournant spectaculaire que nul ne peut prétendre avoir vu venir. Benjamin Griveaux a annoncé d'une voix blanche vendredi matin renoncer à la mairie de Paris. Une décision prise après la mise en ligne d'une vidéo sexuelle qui lui est attribuée ainsi que d'échanges de messages privés avec une jeune femme. L'ex-candidat n'a pas nié ni admis de lien avec ces documents, mais son avocat a fait savoir que des poursuites allaient être engagées contre ceux qui ont diffusé les images.

À un mois du premier tour des élections municipales, Benjamin Griveaux était en difficulté dans les sondages. Sa campagne marquait le pas et le candidat investi par La République en marche (LaREM) n'était donné que troisième dans les sondages, après Anne Hidalgo et Rachida Dati.

Pas de candidature évidente

Pour autant, en dépit de cette défection, LaREM compte bien présenter une liste au scrutin de mars. Plusieurs réunions se tiennent ce samedi au siège de LaREM pour y parvenir.

À cette heure, aucun nom ne s'impose comme une évidence mais plusieurs hypothèses sont avancées. "Celui d'Agnès Buzyn revient, mais on ne sait pas si elle en a envie", indique à l'Agence France-Presse (AFP) un des participants aux réunions au siège de LaREM, sous couvert d'anonymat. Mais la ministre de la Santé, un temps intéressée par une candidature dans le XVe arrondissement, est actuellement aux prises avec la crise du coronavirus.

D'autres noms circulent, comme ceux de "Jean-Louis Borloo, Marlène Schiappa (candidate dans le XIVe arrondissement, NDLR)", mais l'entourage de cette dernière a fait savoir à BFMTV qu'elle n'était pas intéressée. Il y a également ceux d'élus locaux comme "Delphine Bürkli (maire du IXe arrondissement, ex-Les Républicains), et du député Agir Pierre-Yves Bournazel", ancien candidat à la mairie de Paris, qui avait rejoint Benjamin Griveaux en janvier.

Mounir Mahjoubi, qui fut candidat à l'investiture LaREM pour Paris, s'est d'ores et déjà mis sur les rangs en se déclarant "disponible". Le nom de la députée de la douzième circonscription de Paris Olivia Grégoire, proche de Benjamin Griveaux, revient également.

Le porte-parole du groupe LaREM au Sénat, Julien Bargeton, s'est également proposé devant des journalistes, rapporte l'AFP. "Il y aura la candidature de Mounir Mahjoubi, sans doute celle de Sylvain Maillard, la mienne."

"La main est tendue" à Cédric Villani

Quant à Cédric Villani, candidat dissident qui avait échoué à obtenir l'investiture comme Mounir Mahjoubi, "la main est tendue", a affirmé ce matin le député de la majorité et porte-parole du groupe Sylvain Maillard sur Europe 1. Une difficulté toutefois dans ce cas précis: le dissident a été exclu fin janvier du parti pour avoir justement présenté et maintenu à ce jour une liste concurrente à celle de Benjamin Griveaux, alors même qu'Emmanuel Macron lui avait demandé de rallier le candidat choisi par la majorité.

L'identité du successeur de Benjamin Griveaux sera connue "en tout début de semaine, idéalement lundi", a indiqué vendredi sur notre plateau Marie-Laure Harel, qui fut la porte-parole de l'ancien secrétaire d'État.

"J'ai dit qu'il fallait réfléchir collectivement et rapidement", a indiqué ce samedi Stanislas Guerini, le délégué général du parti présidentiel, à son arrivée au siège de LaREM, interrogé sur les successeurs putatifs de Benjamin Griveaux.

Rare élan d'unanimité dans la classe politique

La mise en ligne des documents compromettants visant Benjamin Griveaux a été revendiquée par l'activiste russe Piotr Pavlenski. Ce dernier, opposant à Poutine réfugié en France depuis 2017, dit avoir voulu "dénoncer l'hypocrisie" de Benjamin Griveaux. L'épisode a provoqué une rare élan de soutien au sein de la classe politique, qui a unanimement défendu le candidat initial de LaREM à Paris.

Clarisse Martin