BFMTV

Même avec 100% des métros et RER le 2 juin, Pécresse ne veut voir circuler que "25% des passagers"

Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d'Île-de-France, était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin ce lundi matin. Elle a évoqué l'avenir proche des transports en commun.

Comment pourra-t-on circuler durant la deuxième phase du confinement? Présente dans le studio de Jean-Jacques Bourdin ce lundi matin, Valérie Pécresse, a évoqué la question, particulièrement décisive pour les Franciliens, des transports en commun ferroviaires.

Alors que le trafic des rames est pour le moment réduit, la présidente du Conseil régional d'Île-de-France a rappelé sur BFMTV-RMC que la ligne d'horizon courait jusqu'au 2 juin: "L’objectif, c’est que d’ici le 2 juin on soit vraiment à 100% (de l'offre de transport). On va même essayer d’anticiper pour avoir plus d’offre".

Le renfort des forces de l'ordre

Cependant, le 2 juin ne devrait pas marquer un retour à la normale en terme d'affluence, selon l'élue: "Mais là encore, 100% de l’offre, ça veut dire 25% des passagers. Ça veut dire que dans un RER où on met 2500 personnes tous les jours on n'en mettra que 700. Dans un métro, où on met 700 personnes, on n’en mettra que 200. Si on veut respecter la distanciation physique, on est obligé de n’avoir qu’un tiers des personnes dans les trains."

Une volonté qui implique toutefois le recours aux forces de l'ordre. "Ça nécessite un filtrage, j’ai écrit à Christophe Castaner à ce propos. Si les policiers ne sont pas là pour prêter main-forte, on le sait le métro est un goulet d’étranglement, il y aura des effets de foule que nous ne souhaitons pas avoir", a ainsi relevé Valérie Pécresse.

Elle a nuancé pour finir: "Peut-être, et je le souhaite, que l’épidémie régressera suffisamment pour qu’on puisse alléger ce dispositif d'ici au 2 juin". 

Robin Verner