BFMTV

Mélenchon: Hollande a divisé "la gauche, sa majorité et le gouvernement"

Jean-Luc Mélenchon a critiqué fortement François Hollande ce dimanche à Grenoble.

Jean-Luc Mélenchon a critiqué fortement François Hollande ce dimanche à Grenoble. - Capture BFMTV

Jean-Luc Mélenchon a une fois encore critiqué l'exécutif ce dimanche, à l'occasion du discours de clôture de l'université du Parti de gauche. Selon lui, François Hollande a divisé le gouvernement et la gauche.

Après avoir déclaré que Hollande était "pire" que Sarkozy, Jean-Luc Mélenchon récidive. L'ancien candidat à l'élection présidentielle a estimé dimanche à Grenoble que les appels de Benoît Hamon et Arnaud Montebourg à changer de politique montraient que le chef de l'Etat avait "réussi à diviser son gouvernement".

"Voici maintenant deux ministres, et non des moindres, qui vont se réunir cet après-midi (dimanche, ndlr) pour tailler en pièce la politique du gouvernement auquel ils participent", a lancé Jean-Luc Mélenchon, dans son discours de clôture de l'université du Parti de gauche (PG).

François Hollande "a donc divisé la gauche, divisé sa majorité. Et maintenant, voici qu'il aura réussi à diviser son gouvernement!", a-t-il lancé.

"Absurdité financière"

Reprenant les propos tenus par le ministre de l'Économie dans Le Monde, Jean-Luc Mélenchon a estimé qu'Arnaud Montebourg accusait "la politique du Premier ministre, du gouvernement dont il est membre, d'aggraver le chômage, d'être une absurdité financière, de rendre impossible le redressement des comptes publics, de jeter les Français dans les bras des extrémistes".

"Et il qualifie la politique du président de la République de sinistre politique. Mais qu'est-ce que vous voulez que j'ajoute à ça, moi?", a-t-il ironisé, sous les rires et les applaudissements.

Le ministre de l'Éducation nationale Benoît Hamon a affirmé dimanche dans Le Parisien que son collègue Arnaud Montebourg et lui-même ne sont "pas loin des frondeurs" du PS qui contestent la politique économique de l'exécutif. La veille, c'était Arnaud Montebourg qui avait critiqué dans Le Monde les choix budgétaires du président François Hollande et de son Premier ministre Manuel Valls.

M. K. avec AFP